Aide, commentaire sur La Peste, A.Camus
Auteur Message

Aide, commentaire sur La Peste, A.Camus

inesdavid19
1 messages
1 jeton


03 Novembre 2018 à 18:10
J'aurai besoin d'un coup de pouce pour un commentaire sur l'extrait: "la confession de Jean Tarrou" dans La Peste d'Albert Camus.

Voici l'extrait:

« Depuis, je n'ai pas changé. Cela fait longtemps que j'ai honte, honte à mourir d'avoir été, fût-ce de loin, fût-ce dans la bonne volonté, un meurtrier à mon tour. Avec le temps, j'ai simplement aperçu que même ceux qui étaient meilleurs que d'autres ne pouvaient s'empêcher aujourd'hui de tuer ou de laisser tuer parce que c'était dans la logique où ils vivaient et que nous ne pouvions pas faire un geste en ce monde sans risquer de faire mourir. Oui, j'ai continué d'avoir honte, j'ai appris cela, que nous étions tous dans la peste, et j'ai perdu la paix. Je la cherche encore aujourd'hui, essayant de les comprendre tous et de n'être l'ennemi mortel de personne. Je sais seulement qu'il faut faire ce qu'il faut pour ne plus être un pestiféré et que c'est là ce qui peut, seul, nous faire espérer la paix, ou une bonne mort à son défaut. C'est cela qui peut soulager les hommes et, sinon les sauver, du moins leur faire le moins de mal possible et même parfois un peu de bien. Et c'est pourquoi j'ai décidé de refuser tout ce qui, de près ou de loin, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, fait mourir ou justifie qu'on fasse mourir. « C'est pourquoi encore cette épidémie ne m'apprend rien, sinon qu'il faut la combattre à vos côtés. Je sais de science certaine (oui, Rieux, je sais tout de la vie, vous le voyez bien) que chacun la porte en soi, la peste, parce que personne, non, personne au monde n'en est indemne. Et qu'il faut se surveiller sans arrêt pour ne pas être amené, dans une minute de distraction, à respirer dans la figure d'un autre et à lui coller l'infection. Ce qui est naturel, c'est le microbe. Le reste, la santé, l'intégrité, la pureté, si vous voulez, c'est un effet de la volonté et d'une volonté qui ne doit jamais s'arrêter. L'honnête homme, celui qui n'infecte presque personne, c'est celui qui a le moins de distraction possible. Et il en faut de la volonté et de la tension pour ne jamais être distrait ! Oui, Rieux, c'est bien fatigant d'être un pestiféré. Mais c'est encore plus fatigant de ne pas vouloir l'être. C'est pour cela que tout le monde se montre fatigué, puisque tout le monde, aujourd'hui, se trouve un peu pestiféré. Mais c'est pour cela que quelques-uns, qui veulent cesser de l'être, connaissent une extrémité de fatigue dont rien ne les délivrera plus que la mort. « D'ici là, je sais que je ne vaux plus rien pour ce monde lui-même et qu'à partir du moment où j'ai renoncé à tuer, je me suis condamné à un exil définitif. Ce sont les autres qui feront l'histoire. Je sais aussi que je ne puis apparemment juger ces autres. Il y a une qualité qui me manque pour faire un meurtrier raisonnable. Ce n'est donc pas une supériorité. Mais maintenant, je consens à être ce que je suis, j'ai appris la modestie. Je dis seulement qu'il y a sur cette terre des fléaux et des victimes et qu'il faut, autant qu'il est possible, refuser d'être avec le fléau. Cela vous paraîtra peut-être un peu simple, et je ne sais si cela est simple, mais je sais que cela est vrai. J'ai entendu tant de raisonnements qui ont failli me tourner la tête, et qui ont tourné suffisamment d'autres têtes pour les faire consentir à l'assassinat, que j'ai compris que tout le malheur des hommes venait de ce qu'ils ne tenaient pas un langage clair. J'ai pris le parti alors de parler et d'agir clairement, pour me mettre sur le bon chemin. Par conséquent, je dis qu'il y a les fléaux et les victimes, et rien de plus. Si, disant cela, je deviens fléau moi-même, du moins, je n'y suis pas consentant. J'essaie d'être un meurtrier innocent. Vous voyez que ce n'est pas une grande ambition.

Voici le plan de mon commentaire :


l- Une personne impersonnelle
a. un aveu émouvant
b. un verbe convaincant
c. un long cheminement

ll- Une réflexion universelle ( c'est à partir de cet endroit où j'aurai besoin d'aide)
a. l'humaine malédiction.
b. la lutte par l'action.
c. l'humanité en question.


Voici le début de mon commentaire avec toute la première partie complète:

Albert camus rédige La Peste en 1947, dans cette partie du récit le fléau de la peste sévit depuis 6mois à Oran. Le docteur Rieux et son ami Tarrou s’accorde un moment de repos pendant l’hiver et c’est ce moment que choisis Jean Tarrou pour faire une confession afin d’évoquer sa vie et son cheminement, il est le fils d’u avocat général et à un jour assister à une condamnation à mort. Il va quitter sa famille pour militer au sein d’un parti politique hostile à la peine de mort sauf pour les ennemis du partit, en apprenant cela Jean se détourne de tout mouvement politique. Pour lui l’idéologie souille l’homme et la peste touche à la fois la conscience et le corps. Dans cet extrait nous avons un changement de narrateur. Lors de ce commentaire, nous étudierons tout d'abord « une personne personnelle », puis « une réflexion universelle ».

(1/) Pour commencer, nous pouvons relever l’aveu émouvant de la part Tarrou car il y a un sur-marquage de la première personne « je » dans le texte, il apparait 27 fois dont 26 fois en étant le sujet. Tarrou apparait comme un sujet ou comme un être pesant et/ou agissant. Il apparait dans l’intimité de sa confession avec toute sa sincérité.
Il fait un aveu de culpabilité par exemple nous pouvons citer les termes : « mourir » (l. 13), « meurtrier » (l. 2), « j’ai honte de mourir » (l.1), « tuer ou laisser tuer » (l. 13), « la mort » (l. 26). Ce champ lexical de la faute traduit l’obsession du personnage de se voir tel qu’il est c’est-à-dire « un meurtrier innocent » (l. 39-40), il s’agit ici d’un oxymore. La difficulté qu’il a à vivre dans sa condition d’homme conscient de sa finitude, sa mort qui est une perte intérieure.
On voit apparaitre une subjectivité du personnage à travers des modélisateurs tels que la vision de la réalité personnelle, la subjectivité, ainsi que la vision de la réalité scientifique, l’objectivité. On perçoit un questionnement existentiel de Tarrou à travers une démarche qui le fragilise : « il en faut de la volonté et de la tension pour ne jamais être distrait.» (l. 22).
Tarrou à une posture de rhétorique tel que :
- 1 L’ethos, ensemble des caractéristiques de l’orateur.
- 2 Le pathos, ce qui émeut, du verbe émouvoir.
- 3 Le logos, la raison/ le raisonnement.
1Il apparaît d’une grande modestie, « cela vous paraîtra peut-être un peu simple » (l. 33), « je consent à être ce que je suis » (l. 32). 2Par ailleurs on a le terme apathique, ce sont des tournures complexes pour dire quelque chose de simple. Il y a aussi l’éthique du retardement à travers les compléments circonstanciels, cela rend le propos de Jean Tarrou émouvant. 3On peut observer des événements rigoureux notamment avec les connecteurs logiques. Ils rendent la démonstration efficace et organisée.
On peut observer plusieurs polyptotes, c’est une répétition du même mot appartenant à la même famille fondé sur le même radical. Ce polyptote crée un effet de mouvement destiné à son destinataire.
Le lexique de l’expérience : « j’ai appris » (l. …), « je sais » (l. 15), « je sais aussi » (l. 29), est un élément essentiel dans la philosophie de Camus. Le verbe « dire » (l. 38 ) atteste une action qui découle une réflexion individuelle. Selon Camus, la parole est importante. On peut voir que cette expérience dure dans le temps.
L’expérience acquise de Tarrou se traduit par les tournures impersonnelles : « il faut se surveiller » (l. 17), « ce qui est naturel » (l. 19), « ce qui n’infecte presque personne » (l. 21). On peut relever des paroles de sagesse, sa vision est lucide et marque l’acceptation : « je sais » (l. 15), « j’ai renoncé » (l. 28 ), « je me suis condamné dans un exil » (l. 28 ), « il y a des fléaux, il y a des victimes » (l. 32). Accepter passivement le sort de l’Homme, l’action de ‘Homme doit être simple et quotidienne.

(2/)

Merci d'avance pour votre aide! Smile
Répondre à ce message
Sponsor




 
Noter

Sujets similaires à Aide, commentaire sur La Peste, A.Camus

FORUM Candidats Libres

Posté par Leana2101 le 24/10/18, 17h23

Aide en Philo bac stmg

FORUM Candidats Libres

Posté par Woukoo le 15/10/18, 19h10

Bac stmg candidat libre aidé moi

FORUM Candidats Libres

Posté par KRENTZ le 13/09/18, 12h20

Besoin d’aide Étude de gestion

FORUM Présentez vous ici

Posté par Powerside le 07/07/18, 12h48

aide pour le rattrapage

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?