Gestion des données - Bac STMG - Option GSI

Gestion des données - Bac STMG - Option GSI

Gestion des données -  Bac STMG - Option GSI

Le contenu du document

Le document présenté aborde la partie travaux pratiques du cours de GSI, grâce à ce cours que vous pouvez télécharger, vous aurez la totalité des notions théoriques à connaître pour l'épreuve du bac STMG option GSILe document aborde le thème de la gestion des données en entreprise.

 

Révisez votre épreuve grâce aux cours GSI bac STMG !

COURS DE GESTION DES SYSTEMES D’INFORMATIONS :PARTIE TRAVAUX PRATIQUES

 

Chapitre 2 : gestion des données 

 

Toute organisation a besoin d’information pour coordonner et atteindre ses objectifs. 

Ces informations sont élaborées à partir des données. Elles sont stockées de façon structurée. 

Un moyen efficace de les stocker est d’utiliser les bases de données. 

 

Définition d’une base de données : un ensemble organisée de données mémorisées sur un support 

informatique. 

 

Les bases de données que nous étudierons reposent sur un modèle relationnel.

 

I) Comment gérer les données ? 
 
A) Le modèle relationnel 
 
1) Explication 
 

Pour le modèle relationnel on peut le représenter de deux façons : 

X Textuelle 

X Graphique 

 

Propriété : les données calculées ne sont pas stockées dans la base de données. 

 

2) Notion 

 

La relation : un ensemble d’attributs. 

 

L’attribut : le plus petit élément d’information. Il comporte un « nom d’attribut » et il prend des valeurs dans 

un domaine de valeur. 

 

Le domaine de valeur : décrit l’ensemble des valeurs possibles pour un attribut. 

 

L’occurrence, tuple ou n-uple : une ligne de la table. 

La clé primaire d’une relation : un attribut ou un ensemble d’attributs qui permet d’identifier de manière 
unique et certaine tout tuple de la relation. 
 
Une clé primaire peut être composé ou simple. La clé primaire simple est composée d’un seul attribut. La clé 
primaire composée résulte de la concaténation de plusieurs attributs. Une clé primaire doit respecter les règles 
suivantes : 
X Sa valeur est unique 
X Sa valeur est non-nulle. 
 
Propriété : tous les champs de la table sont en dépendance fonctionnelle de la clé primaire. Cela signifie que 
pour une valeur d’une clé primaire, les autres champs de la table ne peuvent pas prendre qu’une seule valeur. 
 
La clé étrangère : un champ ou un ensemble de champs est dit clé étrangère dans une table quand il est clé 
primaire d’une autre table. 

B) Le SGBDR

 

1) Explication 

 
Pour contrôler ces données, il faut utiliser un SGBDR (système de gestion de bases de données relationnelles). 
Un SGBDR est un logiciel qui permet de stocker et de gérer l’accès a de données organisées en tables selon le 
modèle relationnel. 
 

2) Vocabulaire 

 
Le vocabulaire adapté au SGBD différents de celui du modèle relationnelle : 
X Tables pour relation 
X Champs pour attributs ou colonnes 
X Enregistrements pour ligne, ou tuple, ou n-uplet, ou occurrence. 
Un SGBD permet de : 
X Décrire la structure d’une base de données 
X Implanter des données (ajouter des lignes) 
X Traiter les données 
X Assurer la sécurité et la confidentialité 
X Vérifier les contraintes d’intégrité : 
~ L’intégrité d’entité (unicité de la clé primaire) 
~ L’intégrité de domaine 
~ L’intégrité référentielle 
Contrainte d’intégrité : elle concerne les valeurs prises par la clé étrangère d’une table par rapport aux valeurs 
prises par la clé primaire correspondante dans une autre table ; 
X Les valeurs de 2 champs doivent être définies sur des domaines compatibles. 
X La valeur prise par la clé étrangère de la table doit exister comme une valeur de clé primaire 
dans l’autre table. 
 

C) Le SGBDR 

 
Pour communiquer avec un SGBD, il faut utiliser le langage SQL (Structero Query Language). 
Le SGBDR agit sur la base de données grâce au langage SQL par le LDD (Langage de Définition de Données) 
qui permet de créer et de modifier la structure de la base de donnée ; par le LMD (Langage de Manipulation 
de Données) qui permet de mettre à jour, ajouter et supprimer des données ; par le LID (Langage 
d’Interrogation de Données) qui permet de rechercher des données répondant à des critères ; et par le LCD 
(Langage de Contrôle de données) qui permet d’attribuer et de révoquer des droits et des utilisateurs. 
 
LE LID (LANGAGE D’INTERROGATION DE DONNEES) 
 
Une requête d’interrogation de données est une combinaison d’opérations portant sur des tables et dont le 
résultat est lui-même une table. 

1) La projection 

 
L’instruction SELECT permet de déterminer les champs que l’on souhaite projeter à partir des tables de la 
clause FROM. 
 

2) La restriction des lignes  

La clause WHERE permet de spécifier des critères de restriction seules les lignes respectent les critères sont 
affichées. La clause WHERE n’est pas obligatoire. 
 
Il se peut qu’on ait besoin de vérifier plusieurs critères. On utilise alors les opérateurs logiques AND (et), OR 
(ou), ou les deux. 
 
L’opérateur de négation NOT sert quand on souhaite qu’un critère ne soit pas vérifié. 

Chapitre 5 : la programmation

 
Leçon 1 : Introduction à la programmation en VBA (Visual Basic for Application) 
 

I) introduction 

 
Visual Basic for Application est un environnement de développement sous Windows, édité par Microsoft. 
Il permet de créer des applications fenêtrées, de pratiquer la programmation événementielle et de créer des 
programmes relativement rapidement. 
On peut développer en VBA toutes sortes d’applications, qui peuvent notamment être intégrées dans les 
principaux logiciels Microsoft (Access, Excel, Word, etc.) 
 
Afin de créer des programmes, vous allez devoir apprendre à utiliser un langage de programmation. 
Définition : 
Un langage de programmation est un ensemble de commandes et d’opinion de commande (les arguments) 
par lequel on envoie des instructions à l’ordinateur. 
 
Pourquoi écrire des programmes ? 
 
La plupart des utilisateurs de logiciel n’ont jamais à apprendre un langage de programmation. Ils se 
contentent en général d’acheter leurs logiciels dans des magasins spécialisés. Les logiciels proposés sur le 
marché sont génériques et ne répondent pas forcément aux besoins spécifiques des utilisateurs. 
Apprendre à programmer en VBA va donc permettre de concevoir des traitements qui accompliront des taches 
professionnelles. 

II) La démarche de conception d’un programme 

 
Cette démarche comporte trois étapes : 
X Les entrées : ce sont des données transmises par le déclencheur du traitement qui constituent des 
éléments connus entrant dans la résolution d’un problème. Ces entrées proviennent de saisie (clavier, 
souris) ou de lecture de fichiers. 
X Les traitements : ce sont les actions réalisées par un programme 
X Les résultats : ce sont les changements provoqués par le traitement (mise à jour de données, création 
de données) et qui inclut les sorties (écriture dans un fichier, impression, affichage, etc.) 
 
Remarque : 
En entreprise, un développeur est amené à travailler en équipe ou à maintenir le code de son programme. Il 
est donc nécessaire de prendre l’habitude de commenter son code, c'est-à-dire placer quelques phrases dans 
un langage naturel qui donnera du sens à son programme. 
En VBA, pour insérer des commentaires il est nécessaire de préfixer son commentaire d’un « quote » 
 
Syntaxe du commentaire : 
‘Commentaire 
Il convient de toujours tester son programme afin d’éliminer des bogues et contrôler son bon fonctionnement. 
 

III) Création d’un programme 

 
Lorsque vous souhaitez concevoir un programme, celui-ci doit avoir la forme suivante : 
Sub nom_de_votre_programme
End Sub 
 
NB : X dans la suite du cours, pour un programme on fera la distinction entre procédure et fonction. 
X La fonction MsgBox()permet d’afficher une chaine de caractère (du texte). 
X En VBA, on place les chaines de caractères entre guillemets (« ») 
 

IV) Les variables 

 
Généralement en programmation, il est nécessaire de garder temporairement des données afin de les utiliser 
pour effectuer des calculs ou des comparaisons. 
 
Pour cela, on utilise des variables. 
 
Définition : 
Une variable est une zone de stockage temporaire. Elle est désignée par un nom unique et caractérisée par un 
type de données (numérique, texte, etc.). A un nom de variable correspond un espace réservé dans la 
mémoire vive de l’ordinateur. 
 
Remarque : 
Les noms de variables ne peuvent pas comporter certains caractères. De plus, il ne faut pas utiliser des mots 
réservés par VBA comme nom de variable. 
 
Image : 
On peut comparer la mémoire vive à une armoire dans laquelle il y a des tiroirs pouvant contenir des valeurs 
(variables) qu’on repère par une étiquette (le nom de la variable)

A) Déclaration d’une variable 

 
Pour pouvoir utiliser une variable, il convient de l’avoir déclarer au préalable. 
Voici les instruments VB permettant la déclaration une variable : 
Dim Nom_de_la_variable As Type_de_donnée 
 
Remarque : 
Il est essentiel de donner des noms de variable qui ont un sens afin de faciliter la compréhension de son 
programme. 
 
NB: 
La déclaration des valeurs doit se faire au début du programme. On parle alors de variable locale. Nous 
verrons dans la suite du cours les variables globales. 
 
Pour le reste du cours, téléchargez ce document gratuitement avec digiSchool :)

 

 

 

 

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bacstmg.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?