Qu'est-ce qu'une entreprise performante ? - Spé Gestion et Finance - Terminale STMG

Qu'est-ce qu'une entreprise performante ? - Spé Gestion et Finance - Terminale STMG

Notre professeur a rédigé pour vous ce cours gratuit de Spé Gestion et Finance pour la Terminale STMG, consacré au chapitre "Qu'est-ce qu'une entreprise performante ?".

Chaque entreprise ou organisation doit pouvoir montrer ses résultats aux actionnaires, à l'Etat ect... L'entreprise doit être rentable pour survivre au fil du temps. Différentes formes de performance permettent d'amener l'entreprise vers la rentabilité. Dans ce cours de Spé Gestion Finance, vous étudierez la performance organisationnelle, la performance commerciale, la perfomance financière et la performance sociale.

Téléchargez gratuitement ce cours de Spé Gestion et Finance de Terminale STMG sur le chapitre "Qu'est-ce qu'une entreprise performante ?"

Qu'est-ce qu'une entreprise performante ? - Spé Gestion et Finance - Terminale STMG

Le contenu du document

 

Notions :  

 

  • performance organisationnelle
  • performance commerciale
  • performance financière
  • performance sociale

 

 

LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE

Elle se définit comme la réalisation d’un résultat équivalent ou supérieur aux objectifs fixés. Cette performance se mesure à l’aide de trois notions, formant un triangle appelé le triangle de la performance de Gibert. Une entreprise est performante lorsque trois notions sont réalisées :

 

  • la pertinence : l’entreprise se munit-elle de bons moyens pour atteindre ses objectifs ?
  • l’efficience : l’entreprise arrive-t-elle à atteindre ses objectifs aux moindres coûts ?
  • l’efficacité : l’entreprise est-elle suffisamment efficace pour atteindre ses objectifs ?

 

Une organisation est performante lorsqu’elle utilise au mieux ses ressources afin d’atteindre ses objectifs. La performance peut être commerciale, financière ou sociale.

 

LA PERFORMANCE COMMERCIALE

Pour de nombreuses organisations, la mesure de la performance commerciale est indispensable pour préparer les décisions de gestion. Elle s'effectue selon des indicateurs préalablement identifiés : la fidélité, le chiffre d'affaires et les parts de marché.

La fidélité correspond à la création d'une relation durable avec un produit, une marque, ou une organisation. La fidélité se traduit par un ensemble d’indicateurs liés au comportement du client. On peut observer par exemple l’augmentation du panier moyen, la fréquence des achats, la recommandation de l’entreprise par ses clients, etc.

Le chiffre d’affaires hors taxes est le montant total des ventes de l’entreprise. Il se calcule en multipliant les quantités vendues par le prix de vente. Pour développer son chiffre d’affaires, l’entreprise peut augmenter la quantité vendue et/ou le prix de vente.

La part de marché représente la part des ventes d’une entreprise comparée aux ventes totales de tous les offreurs du marché. La part de marché traduit la position de l’entreprise sur le marché. L’entreprise qui a la plus grosse part du marché s’appelle le leader, la seconde le challenger et les autres les suiveurs. Une entreprise peut augmenter son chiffre d’affaires en faisant progresser ses ventes tout en ayant sa part de marché qui diminue (car les ventes progressent moins vite que les entreprises concurrentes).

Calcul de la part de marché : (chiffre d’affaires de l’entreprise/chiffre d’affaires total du marché) * 100

L’augmentation de la part de marché est la traduction de sa plus grande compétitivité sur le marché.

Le tableau de bord : outil regroupant les indicateurs de la performance commerciale. Il permet le pilotage de l’organisation, il est facultatif et sa forme est libre. Il présente des comparaisons dans le temps. Il permet de suivre de façon synthétique l’évolution de l’activité.

 

LA PERFORMANCE FINANCIERE

La mesure de la performance financière est imposée par la loi. Ce sont les documents comptables : le bilan et le compte de résultat. Il existe plusieurs indicateurs : la rentabilité, la profitabilité, l’autofinancement et les dividendes versés aux actionnaires.

La rentabilité représente la capacité d’une entreprise à réaliser des bénéfices à partir des moyens mis en œuvre. La rentabilité économique mesure l’utilisation des capitaux investis par l’entreprise.

Taux de rentabilité économique = (résultat d’exploitation / capitaux permanents) * 100, 

Capitaux permanents = capitaux propres + emprunts et dettes financières à long terme.

 

La rentabilité financière compare les bénéfices générés par l’organisation avec les capitaux propres de l’entreprise.

Taux de rentabilité financière = (résultat net comptable / capitaux propres) * 100.

 

Le capital correspond aux apports faits par les associés, les réserves correspondent à la part des bénéfices qui restent à la disposition de l’entreprise. Mesurer la rentabilité financière permet aux associés de vérifier la rentabilité de leur investissement dans l’entreprise.

La profitabilité est la capacité de l’entreprise à générer des profits à partir de ses ventes. Elle compare le résultat net (bénéfice ou perte) au chiffre d’affaires hors taxes de l’exercice comptable.

Taux de profitabilité = (résultat net comptable / chiffre d’affaires) * 100

 

Le partage de la valeur financière : salaires, autofinancement ou dividendes

Les salariés recherchent de meilleures conditions de travail et des rémunérations plus élevées, le dirigeant et les associés souhaitent réaliser des bénéfices. Le dirigeant devra arbitrer entre les attentes des salariés et la volonté de faire des bénéfices (une augmentation de salaire fait baisser les profits). Un autre arbitrage doit être réalisé : celui des dividendes. En effet, une partie des bénéfices sont versés aux actionnaires pour rémunérer les risques encourus et une partie est mise en réserve pour de futurs financements. Il faut donc un équilibre entre ces différentes affectations.

 

LA PERFORMANCE SOCIALE

C’est la capacité de l’organisation à prendre en compte les besoins des travailleurs. L’entreprise doit s’assurer du bien-être des salariés : amélioration des conditions de travail ou de rémunération afin de donner envie aux salariés de s’investir. La performance sociale est également stratégique car elle soigne l’image que l’organisation renvoie à son environnement. Afin de mesurer l’efficacité de ces actions, des indicateurs sociaux sont mis en place afin de faire des comparaisons dans le temps mais également entre organisations. Ils servent également de base à la discussion et la négociation en interne, et à la communication en externe. Le nombre de recrutement par an, le taux de démission annuel, le budget formation, la rémunération moyenne sont autant d’indicateurs permettant une vision sociale de l’entreprise.

Les données peuvent être collectées dans les documents comptables et administratifs mais également à l’aide d’enquête auprès du personnel ou d’une évaluation globale, via un audit.

Un autre outil permet d’évaluer la performance sociale : il s’agit du bilan social. Il retrace les chiffres clés permettant d’apprécier la situation sociale de l’entreprise, d’enregistrer les réalisations effectuées et de mesurer les changements intervenus au cours de l’année écoulée. Il est obligatoire pour les entreprises de plus de 300 salariés. Il comporte les informations sur l’emploi, les rémunérations, les conditions de travail, la formation, les relations professionnelles, etc.

C’est un outil de communication à la fois en interne et en externe. C’est également un élément essentiel au pilotage de l’entreprise, car il montre les dysfonctionnements présents dans l’organisation. Il aide le dirigeant dans ses prises de décision, afin d’adopter la meilleure stratégie pour l’entreprise.

Ces trois performances représentent la performance globale qui doit être la recherche d’un équilibre afin de satisfaire les parties prenantes de l’entreprise : salariés, actionnaires, clients, fournisseurs essentiellement. La performance sociale est la seule qui ne relève pas directement de l’activité économique. Par contre, la performance sociale et financière sont liés car de mauvaises conditions de travail ou de bas salaires engendrent une démotivation des salariés et ont pour conséquences (démissions, absentéisme, etc.) des coûts pour l’organisation. Une bonne performance financière entraînera la satisfaction des revendications des salariés. La performance commerciale permettra d’accroître les ventes et donc de conquérir des parts de marché. Les trois performances sont donc primordiales pour l’organisation. On rejoint ici le triangle de la performance.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?