Dissertation : Doit-on opposer nature et culture ? - Philosophie - Terminale STMG

Dissertation : Doit-on opposer nature et culture ? - Philosophie - Terminale STMG

digiSchool Bac STMG vous propose cette dissertation de Philosophie sur le thème "Nature et Culture", au programme de toutes les séries techno du Bac. La problèmatique est la suivante : Doit-on opposer nature et culture ?

Notre professeur vous propose donc une dissertation rédigée et détaillée : introduction, développement en deux parties, et conclusion.

Téléchargez gratuitement cette dissertation de philosophie sur la nature et la culture.

Dissertation : Doit-on opposer nature et culture ? - Philosophie - Terminale STMG

Le contenu du document


DOIT-ON OPPOSER NATURE ET CULTURE ?


INTRODUCTION

Un immeuble, une œuvre d’art, un langage… Ces choses ont en commun le fait d’être le fruit d’une invention, d’une création humaine. Aussi, il nous semble aller de soi de considérer que de telles choses sont non naturelles, et font dès lors partie du vaste champ de la culture. Elles ne précèdent pas l’homme, mais supposent au contraire son existence.

L’opposition entre les notions de nature et de culture repose sur cette définition. Une définition dont un des postulats est de placer l’homme, ainsi que ses productions, dans une situation ambiguë vis-à-vis de la nature. En effet, au-delà de distinctions somme toute évidentes, il nous faut constater une véritable continuité dans l’ensemble de l’Être : par exemple, les procédures nécessaires à la construction de l’immeuble sont tributaires des lois physiques qui régissent l’univers entier, de l’inerte jusqu’au vivant. La science, d’ailleurs, explique la naissance de la vie comme un processus naturel. 

Mais alors, si l’homme est un « produit » de la nature, en quoi la culture, comprise comme son « produit », se distingue-t-elle à son tour de la nature ? 

Pour répondre à cette question, nous verrons d’abord ce qui distingue l’homme de la nature, pour, dans un second temps, essayer de déterminer plus précisément la nature de cette distinction. 


PARTIE 1

- Le rôle de la religion : dans de nombreuses religions, et tout particulièrement dans les principaux monothéismes, l’homme occupe une place particulière, et centrale, au sein de la nature, qui favorise le développement d’un anthropocentrisme. Dans le Christianisme, Dieu a créé l’homme à son image : si cela participe à créer et à maintenir une vraie communauté parmi les hommes, celle-ci se coupe, fatalement, du reste de la nature. 


- La philosophie à souvent insister sur les capacités singulières de l’homme, qui en font un être à part (Aristote, Descartes par exemple). C’est d’ailleurs à partir de ces facultés (intellect, raison, mémoire, etc.) que sont rendus possibles les instruments de la culture. Bergson écrit que la fonction première de l’intelligence est par exemple de fabriquer des objets artificiels, qui n’existent donc pas d’eux-mêmes dans la nature. Or, il est vrai qu’en dehors de l’homme, il est difficile de trouver de véritables formes d’intelligence dans l’univers. 


- Dans le prolongement de ses facultés, par la technique et la technologie, l’homme inverse le rapport vis-à-vis de la nature : il s’en rend, au moins partiellement, maitre, tandis que le reste du monde connu semble au contraire se plier complètement à ses règles. 


Transition : l’homme est un être à part, qui se distingue du reste de son environnement connu. Mais cet écart suffit-il à considérer que lui, ainsi que ses productions, appartiennent à un monde radicalement différent ? De quelle nature est cette distinction ? 


PARTIE 2

- Rapport entre nature et culture. La culture semble liée et déterminée par l’environnement dont elle émerge. C’est ce que montre les différences notables entre les cultures (voir à ce propos les observations des anthropologues). Tout aussi difficile est le fait de comparer ces différences de cultures, non hiérarchisables, précisément car elles prennent racine dans un rapport au monde différent, qui n’est pas tant lié aux dispositions de l’homme, mais bien à son milieu, son environnement (Montaigne sur la relativité des culture). En effet, si l’intellect est universel, et que la culture dérive de ces facultés, pourquoi n’y a-t-il pas davantage d’homogénéité dans les cultures ? 


- Une continuité dans le vivant. On note, de plus en plus, des traces de cultures, certes mineures, chez les animaux. On peut imaginer que si ce qui permet la culture chez l’homme est plus développé chez ce dernier que chez l’animal, cela n’interdit pas de penser que, compte tenu des facultés des animaux, il est naturel qu’ils soient, à leur niveau, aussi capable de culture. Si l’on pose une continuité « naturelle » entre l’animal et l’homme, alors l’expression de la culture, même dans ses manifestations les plus radicales, tout comme les conséquences de ces manifestations, restent de l’ordre du « naturel ». Mais d’un nature « augmentée », amplifiée par l’intervention humaine.


- Dans Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique, Kant dit quelque chose d’intéressant à propos du rapport entre culture et nature. Certes, l’homme est un être singulier, qui le détache par-là du reste de la nature à travers la culture. Mais précisément, c’est la nature elle-même qui destine l’homme à la culture. 


CONCLUSION

Il est difficile de remettre totalement en question le fait que l’homme représente une forme d’exception au sein de la nature tant ses caractéristiques l’éloignent du reste de celle-ci. 

Mais la grandeur de cet éloignement ne doit pas pour autant nous faire perdre de vue sa « nature » : davantage que qualitatif (une différente de nature), l’écart qui sépare l’homme et ses productions du reste de son environnement naturel est peut-être de l’ordre du quantitatif (une différence de degré), nous permettant de penser une réelle continuité entre la nature et la culture. Une continuité qui tendrait dès lors à dépasser la simple dualité. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bacstmg.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?