Corrigé de Philosophie (2/3) Bac STMG 2018

Corrigé de Philosophie (2/3) Bac STMG 2018

Retrouvez dès la fin de l'épreuve le corrigé n°2 de Philosophie du Bac STMG 2018. Tous nos corrigés sont réalisés par des professeurs de l'Éducation nationale !

Également disponible le sujet de l'épreuve de Philo et les corrigé n°1 et corrigé n°3 pour le Bac STMG 2018.

Accédez également à tous les sujets et corrigés du Baccalauréat  2018 des autres filières sur digiSchool.fr. Également disponibles pour vous entraîner, tous les sujets et corrigés de Pondichéry pour le Bac 2018. Allez, on va s'entraîner ? :)

Corrigé de Philosophie (2/3) Bac STMG 2018

Le contenu du document

 

SUJET 2 : Peut-on maîtriser le développement de la technique ?

Présentation du sujet :

3 pièges à éviter :

1/ le « oui », « non »… le verbe « peut-on » renvoie à l’idée de degré et pas à une réponse simpliste !

2/ ne pas analyser et définir le verbe « maîtriser », ici il fallait traiter des questions de contrôle, de limitation de la technique

3/ ne pas citer d’exemples concrets … le sujet est très actuel et présente pleins d’exemples potentiels, n’hésitez pas à faire référence à votre culture générale pour le nourrir !

Les notions aux programme : Ce sujet traite de la technique, notion au programme de philosophie de Terminale STMG qui appartient au grand domaine de la culture. C’est un sujet très riche, actuel et assez controversé.

Analyse du sujet :

« Peut-on » : Faites toujours attention aux verbes employés dans les sujets proposés. Ils ne sont pas anodins et recèlent d’indices pour problématiser le sujet. Ici, on questionne la possibilité, la potentialité de la maîtrise, de la limitation des progrès techniques et technologiques. Il faut ici distinguer la possibilité technique de la possibilité morale. On interroge aussi bien les champs de la science que de la morale.

« Maîtriser » : Ce verbe assez vague doit être précisé au fil du raisonnement à travers des degrés différents. Il y a plusieurs manières de « maîtriser » : de la domination, au contrôle, à la régulation… Doit-on ou non intervenir dans le développement de la technique ? Quelles limites lui opposer ?

« Le développement technique » : le développement technique c’est le progrès technique, l’avancée des moyens humains pour se rendre maître de la nature. Il fallait ici revenir à la définition de la technique : technè en grec, c’est l’ensemble des règles qu’il faut suivre dans un art donné. D’abord proche de l’art, la technique moderne concerne davantage le domaine scientifique. C’est l’ensemble des applications de la science, de la connaissance scientifique, qui ont pour finalité d’être utiles à l’homme, et d’augmenter sa maîtrise de la nature. Le développement technique renvoie donc aux usages que font les hommes des progrès de leurs connaissances, aux applications concrètes de leurs savoirs.

Problématisation : Cette année ont eu lieu les Etats Généraux de la bioéthique, pour statuer sur la position de la France vis à vis de questions telles que l’euthanasie ou encore la Gestation Pour Autrui (GPA). Ces questions sont au coeur de ce sujet, car elles interrogent les limites qu’il faut poser au progrès technique. Il fallait interroger la tension avec la nature. Le problème ici est celui de la légitimité d’une telle limitation. Quelles valeurs peuvent guider cette maîtrise du progrès technique ? Qu’est ce qui fonde la critique et la régulation de la technique ? Il y a deux dimensions dans ce sujet : scientifique et morale.

I. Les bénéfices du développement de la technique

A. Progrès techniques, progrès de l’humanité : le développement technique est le propre de l’homme

cf. Hannah Arent, la Condition de l’homme moderne

La technique est ce qui nous permet de nous distinguer des animaux. Bien que certaines sociétés animales aient mis en place des dispositifs régulés. Mais ces dispositifs ont trait à l’instinct et non à l’invention comme chez l’homme. L’« homo faber » se sépare, par son inventivité, de la vie naturelle.

B. La technique permet aux hommes de se rendre « maîtres et possesseurs de la nature »

cf. Descartes, Discours de la méthode

La technique nous libère des contraintes naturelles. Elle permet d’améliorer la vie humaine et de nous rendre, selon Descartes « plus sages et plus habiles ». La technique permet de poursuivre des fins utiles, au delà d’une simple poursuite du confort. Ici on peut se référer aux progrès de la médecine, comme à la technique des vaccins.

Transition : La technique est donc utile à l’homme et peut poursuivre des fins louables. C’est un moyen indispensable de l’émancipation humaine. Toutefois, la « maîtrise de la nature » par la technique induit des risques.

II. Les dangers de la technique La technique a de nombreux dangers : physiques, économiques, éthiques…

A. La technique et la nature : un rapport inversé

cf. Hans Jonas, Le principe responsabilité Les développements techniques moderne ont créé un rapport inversé à la nature. C’est l’environnement qui est maintenant mis en danger. On peut ici se référer au nucléaire, ou à la pollution générée par le plastique.

B. La technique et la question de la liberté et de l’égalité

cf. Marx, Philosophie La technique n’est pas seulement libératrice mais peut créer un rapport d’aliénation. Comme l’explique Marx, les nouvelles conditions de travail nées avec la révolution industrielle ont induit une aliénation des travailleurs. Nous sommes aujourd’hui aussi dans une forme d’aliénation vis à vis de nos outils techniques, dont on ne peut réellement s’émanciper. Par ailleurs, ces outils techniques posent la question de la protection de nos données personnelles, utilisée par les grandes firmes technologiques que sont les GAFA. Par ailleurs, la monétarisation de certains développement techniques, renforce certaines inégalités sociales déjà présentes : fracture numérique, robots, mères porteuses aux USA…

Transition : En raison de ces dangers, il semble qu’il faille proposer une forme de régulation des progrès techniques. Dans un dernier temps, on propose une articulation de la technique et de la morale.

III. Vers une technique « raisonnée » ?

A. La technique moderne n’est pas seulement un instrument, c’est une « provocation de la nature »

cf. Heidegger, La question et la technique

Si les technophiles considèrent la technique comme un simple moyen, elle n’est pas neutre. Heidegger critique la conception instrumentale de la technique. Plus encore que les mauvais usages de la technique c’est le projet de domination, de provocation de la nature qui est dangereux. La technique moderne considère la nature comme une ressource à sa disposition, alors que la technique traditionnelle utilisait la nature sans la provoquer. En suivant Heidegger, il faudrait changer de paradigme vis à vis de la technique, développer un nouveau rapport vis à vis de la technique qui soit plus raisonné.

B. Pour une technique responsable

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »,dit Rabelais dans son ouvrage Pantagruel. Il s’agit ici de proposer une articulation entre la science et la morale. En pratique, cette articulation est possible grâce à des institutions comme le Comité d’Ethique, où les scientifiques sont mêlés à d’autres professions, et où s’instaure un dialogue avec la société civile. La technique doit donc être modérée, comme l’explique Jean Rostand : « L’homme est devenu trop puissant pour se permettre de jouer avec le mal. L’excès de sa force le condamne à la vertu. » Une technique responsable serait ainsi respectueuse de l’environnement, de la nature. Toutefois, reste à déterminer la nature de cette vertu technique et il est parfois difficile de déterminer les fondements de cette raison technique.

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?