Correction Sujet 1 Philosophie - Bac STMG 2017

Correction Sujet 1 Philosophie - Bac STMG 2017

Consultez gratuitement la correction du sujet 1 de l'épreuve de Philosophie du Bac STMG 2017. Ce corrigé est valable pour toutes les séries technologiques du Bac 2017.
Voir le sujet de Philosophie

Notre professeur vous propose un exemple de corrigé pour que vous puissiez vous évaluer et vous rendre compte de ce qui était attendu de vous dans cette épreuve.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Philosophie (Sujet 1) du Bac STMG 2017 !

Correction Sujet 1 Philosophie - Bac STMG 2017

Le contenu du document



SUJET 1 : Y A-T-IL UN MAUVAIS USAGE DE LA RAISON ?

AVANT-PROPOS

Il ne s’agit pas d’un corrigé type mais de propositions de correction. L’important dans l’épreuve de dissertation est de construire une argumentation rigoureuse et d’analyser précisément les termes du sujet. L’organisation de la dissertation peut être toute autre, en fonction de la réflexion personnelle du candidat.


ANALYSE CONCEPTUELLE

La raison : la faculté humaine qui sert à penser et à agir. Elle est commune à tous. Nous sommes tous des êtres doués de raison et c’est ce qui nous distingue d’ailleurs des animaux (c’est aussi ce qu’on appelle la différence anthropologique). Nous sommes capables de réfléchir, de penser, de juger. En général, on considère que c’est une faculté qui guide et nous oriente dans nos actions de manière bénéfique. User de la raison c’est discerner le vrai du faux, le bien du mal.

Bon usage de la raison : conformément à des normes -> fonction bénéfique de la raison pour celui qui en est doté et aussi conformément à des règles morales. La raison fait le bien.

Mauvais usage de la raison : un usage corrompu par rapport à l’essence de la raison, une instrumentalisation de la raison peut-être. Pb des finalités que la raison se donne. Si elles sont mauvaises, on parle de mauvais usage de la raison. 


Y a-t-il : consiste à renverser la vision commune de la raison comme le propre de l’homme, peut-être qu’elle peut conduire à la barbarie par exemple, à l’inhumain. 


PROBLEMATIQUE

La raison comme faculté permettant de distinguer le vrai du faux, le bien du mal, peut-elle être utilisée à mauvais escient ? 


Tension entre essence de la raison et exercice de la raison + fins que l’on se donne 


ANNONCE DE PLAN

1. Essence de la raison et usage de la raison. 

2. Y a-t-il des limites de la raison ? 

3. Le comportement raisonnable et le risque du mauvais usage


1ERE PARTIE

"Rationnel" : ce qualificatif désigne à la fois une façon de réfléchir et de se conduire, qui présuppose une méthode et de l'ordre dans la façon de procéder. Ce qui est rationnel s'oppose donc à ce qui est vague ou imaginaire, mais aussi à ce qui relève de la croyance.


- Principe d’égalité entre les hommes ‘la raison est naturellement égale en tous les hommes’ comme le dit Descartes dans le Discours de la méthode. Elle a à voir avec notre humanité même : « la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes ».


- Faculté de connaître : accroître la connaissance pour bien agir, pour agir en toute connaissance de cause, pour éviter l’erreur et l’illusion. Elle joue un rôle clé dans la recherche de la vérité. Elle est aussi une puissance d’action et elle est liée à la liberté de penser.


- Le motif de la méthode (le chemin) chez Descartes : il existe un écart entre le fait de posséder la raison et l’opinion qu’on se forge. Tout dépend de la voie choisie. Pour accepter une idée ou une doctrine, il faut toujours juger par soi-même de sa validité et donc courir le risque de se tromper. Méthode : un canevas de base pour aborder une question, un problème.


Règle de l’évidence : ne pas se précipiter et ne rien admettre comme vrai (cad indubitable) tant qu’on ne l’a pas examiné soi-même.

Règle de l’analyse : Partir des éléments simples en décomposant les éléments complexes.

Règle de la synthèse : Remonter l’ordre des raisons, des éléments simples aux plus complexes

Règle du démembrement : Parcourir l’ensemble des jugements pour vérifier qu’on n’a rien oublié


Transition

Une faculté caractérisant la nature humaine mais pour son usage dépend de chacun. Pour ne pas se tromper, il faut suivre une méthode rigoureuse sans quoi on risque de se tromper, ou pire, de tomber dans l’illusion. 


2EME PARTIE

La foi en la raison qu’on peut qualifier de foi rationaliste et humaniste conduit à penser qu’on peut expliquer tous les phénomènes de l’univers. Les opérations d’analyse et de synthèse permettent de formuler des lois rationnelles pour expliquer la nature. Ce postulat fonde toute la science moderne.


- Ainsi Galilée énonce-t-il que la nature est comme un livre écrit en langage mathématique : pour comprendre la nature et son fonctionnement, il faut d'abord comprendre que l'on peut rendre compte de tous les phénomènes à l'aide de lois rationnelles et nécessaires. L'idée est donc bien que la réalité serait, dans son ensemble, dotée d'une structure mathématique que la raison n'aurait plus qu'à déchiffrer.


- Les champs qui résistent à la raison comme la croyance chez Pascal : « La dernière démarche de la raison est de reconnaître qu'il y a une infinité de choses qui la dépassent. » Elle ne peut pas être utilisée dans tous les domaines de la vie. 


- L’usage excessif de la raison chez Kant consiste à vouloir faire de la métaphysique, c’est-à-dire pour connaître des réalités (Dieu, l’âme, le monde) qui nous dépassent, qui ne sont pas accessibles pour l’esprit humain. Il faut se livrer à un usage critique de la raison, qui est le seul bon usage possible, en prenant conscience des limites de nos facultés. 


Transition

Même s’il est indéniable que la raison est une puissance considérable de réflexion et d’action, son bon usage dépend de la conscience que l’on a de ses limites. La raison ne peut pas tout et la surestimer peut conduire à en user de façon erronée voire néfaste. La raison n’engage pas seulement une activité rationnelle mais aussi un comportement raisonnable, elle a un enjeu moral. 


3EME PARTIE

- La raison ne garantit pas que l’on fasse toujours le bien. Rôle de la volonté dans l’action. On peut vouloir faire le mal et user de raisonnements astucieux, ingénieux et très élaborés pour commettre une mauvaise action. Par ex, crime avec préméditation, mise en place de tout un dispositif avec le choix d’une victime, d’un mode opératoire, d’un lieu etc. St-Augustin sur le mal. Le mal n’est pas en soi le produit de la raison mais d’une volonté défaillante et la raison peut servir de moyen pour réaliser cette fin. On peut même agir de façon barbare, inhumaine mais avec sa raison.


- Bon usage de la raison = le raisonnable, cad conforme à la raison pratique, au devoir, à la morale (point de vue de l'universel) => libre par rapport aux appétits => qui perçoit les limites du rationnel et s'ouvre au qualitatif => pour qui la fin ne justifie pas les moyens => soucieux de respecter les personnes, qui sait distinguer morale et éthique => Qui ajuste son comportement à l'universel et aussi aux circonstances particulières, dans la mesure du possible. Kant, Critique de la raison pratique.


CONCLUSION

Distinguer la raison comme faculté et l’exercice de la raison.

Le rationnel du raisonnable.

Volonté et raison.

-> bon usage de la raison requiert une conformité à la morale et une méthode rigoureuse.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?