Une organisation du travail souple ou rigide ? - Management des Organisations - Bac STMG

Une organisation du travail souple ou rigide ? - Management des Organisations - Bac STMG

Télécharge gratuitelement cette fiche de cours 1ère STMG en management des organisations, rédigée par un professeur certifié.

Cette fiche s’intitule « Une organisation du travail souple ou rigide ? » et constitue la deuxième fiche du thème « Le management stratégique : l’organisation de la production ».

digiSchool t'accompagne toute l'année dans tes révisions grâce à de nombreux cours, quiz, annales corrigées, LIVES de révisions et vidéos de notions dans toutes les matières !

Document rédigé par un prof Une organisation du travail souple ou rigide ? - Management des Organisations - Bac STMG
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

4424 téléchargements

Le contenu du document

PRÉREQUIS

  • Décisions stratégiques
  • Offre

OBJECTIFS

  • Notions à acquérir : Division du travail ; taylorisme, toyotisme ; Polyvalence, flexibilité ; Enrichissement des tâches.  
  • Objectifs en fin de fiche :  Caractériser l’organisation du travail ; Identifier et justifier le type d’organisation de travail choisi.   

Introduction

Dans toutes les organisations, la division du travail apparaît, à un moment donné, comme une nécessité.

I. LA DIVISION DU TRAVAIL

La division du travail consiste à décomposer le travail à réaliser en différentes tâches, qui seront ensuite réparties en nombreux postes de travail. La division du travail en tâches spécifiques réalisables par les membres d’une organisation s’impose quand le travail devient plus complexe, ou que les tâches demandent une spécialisation et sont répétitives. Une personne seule ne suffit pas pour les réaliser.

Un poste de travail peut se limiter à l’exécution de tâches simples ou au contraire regrouper des tâches plus ou moins complexes comme le contrôle de la qualité, la planification, voire la conception du travail. 

Il peut exister des différences très marquées entre le travail d’exécution et le travail de conception, les uns concevant le travail que d’autres se contentent d’exécuter.

DÉFINITION : Division du travail. La division du travail consiste à décomposer le travail à réaliser en différentes tâches, qui seront ensuite réparties en nombreux postes de travail.

II. L’ORGANISATION DU TRAVAIL : DU TAYLORISME AU TOYOTISME

A. Le taylorisme

Frederick Winslow Taylor (1856-1915), ingénieur américain, va utiliser la « science » pour organiser et diriger les ateliers (OST ou organisation scientifique du travail). Le taylorisme impose une double division du travail :

  • Horizontale : le travail est décomposé en tâches élémentaires. Chaque ouvrier dans l’atelier a en charge exclusivement l’une de ces tâches ;
  • Verticale : la définition des tâches, la mise au point des procédures, la fixation des normes de temps et de salaires, etc. sont pensées par des ingénieurs (bureau des méthodes) et non par les ouvriers.

L’ouvrier est donc recruté en fonction de ses aptitudes à occuper un poste spécifique et à réaliser un certain nombre de tâches spécialisées et répétitives. Il reçoit en contrepartie une rémunération, des primes et une formation.

C’est la forme d’organisation du travail qui s’est imposée comme la référence dominante dans les entreprises (mais pas que) tout au long du XXe siècle.

DÉFINITION : Taylorisme. Forme d’organisation du travail qui repose sur une double division des tâches, horizontale d’abord (spécialisation des ouvriers, tâches élémentaires), mais aussi verticale (séparation entre l’exécution du travail par les ouvriers et la définition du travail et son contrôle par le bureau des méthodes).

B. Le toyotisme

Face aux transformations des années 1980 (contestations sociales issues du taylorisme, incompatibilité dans certaines industries comme la chimie qui font face à des aléas, concurrence accrue, etc.), le modèle japonais d’organisation du travail en place chez Toyota va s’imposer comme une référence.

Cette forme privilégie le travail en équipe, la rotation des tâches, le respect et le contrôle de la qualité. On ne cherche plus à produire un bien avant qu’il n’ait déjà fait l’objet d’une commande par un client. 

L’ingénieur japonais Ohno a été à l’initiative du système de production de Toyota basé sur la réduction des stocks à zéro et sur la disparition des erreurs (zéro défaut). 

Il recommandait le déclenchement de la production par la commande en aval « juste-à-temps » (just in time en anglais). La performance dépend alors de la capacité de l’entreprise à vendre des produits de qualité à des prix compétitifs, en répondant aux goûts de plus en plus diversifiés de la clientèle.

Le toyotisme a beaucoup apporté à la réflexion sur l’organisation du travail, en privilégiant la régularité et la rapidité d’écoulement de la production. Il repose sur la polyvalence des personnes, la fiabilité des machines et la qualité des produits.

DÉFINITION : Toyotisme. Organisation du travail sous influence du modèle japonais qui repose sur le travail en équipe et la polyvalence (enrichissement des tâches), la rotation des tâches, le respect et le contrôle de la qualité. 

Il y a enrichissement des tâches lorsqu’un salarié se voit confier de nouvelles responsabilités ou de nouvelles tâches qui lui permettent de développer ses compétences ou ses capacités.

III. L’ORGANISATION DU TRAVAIL FLEXIBLE

L’environnement actuel des organisations est caractérisé par son caractère changeant, incertain et instable. Les entreprises doivent faire face à une concurrence intense, voire très intense dans certains secteurs. La demande est instable et difficile à prévoir car les besoins des clients évoluent rapidement, à l’instar des technologies et de la culture.

Cela conduit alors les organisations à adapter des formes d’organisation offrant plus de flexibilité et à recourir à la polyvalence de leurs membres (en développant les compétences des salariés par exemple) pour assurer la réalisation d’un plus grand nombre de tâches diversifiées et d’activités nouvelles. Le but est d’améliorer la compétitivité et d’optimiser les coûts liés aux ressources humaines.

 La flexibilité est la capacité d’une organisation à s’adapter rapidement et de manière appropriée aux changements de son environnement sans que soient remises en causes ses grandes orientations stratégiques. Des actions correctrices adaptées seront mises en œuvre.

Elle peut aussi se traduire par la modulation des heures de travail (horaires variables ou flexibles) ou par un ajustement des effectifs aux besoins de l’entreprise. On a ainsi recours aux CDD (contrats à durée déterminée) ou à l’intérim. Cela peut générer des conflits sociaux, notamment quand elle est imposée par la direction et que les conditions de sa mise en œuvre ne font pas l’objet de négociations avec les personnes concernées.

DÉFINITION : Polyvalence. Un salarié est polyvalent lorsqu’il est susceptible d’effectuer des tâches différentes.  

DÉFINITION : Flexibilité. La flexibilité est la capacité d’une organisation à s’adapter rapidement et de manière appropriée aux changements de son environnement sans que soient remises en causes ses grandes orientations stratégiques. Des actions correctrices adaptées seront mises en œuvre.

Conclusion

Certaines organisations favorisent la polyvalence des tâches quand d’autres séparent distinctement les tâches de conception des tâches d’exécution. Il résulte de l’ensemble de ces choix des organisations du travail plus ou moins flexibles.

LE PETIT + DANS TA COPIE

Le taylorisme existe toujours, même si les formes d’organisation du travail dites plus flexibles se sont imposées. En effet, l’industrie agroalimentaire, le textile ou encore les centres d’appels sont très attachés à cette forme ancienne d’organisation du travail. Ne vous trompez pas !

POUR ALLER PLUS LOIN …

Dans le film « Les Temps modernes » (1936), Charlie Chaplin joue le rôle de Charlot, un ouvrier que son travail à la chaîne rend fou. À la fois tragique et comique, le film s’oppose à la déshumanisation du travail imposée par le taylorisme.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

sofie2
5 5 0
20/20

parfait document intéressant très synthétique

par - le 28/08/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?