Mondialisation et firmes transnationales - Géographie- Terminale STMG

Mondialisation et firmes transnationales - Géographie- Terminale STMG

Découvrez ce cours de Géographie gratuit, rédigé par un professeur, intitulé "Mondialisation et firmes transnationales", chapitre au programme du bac STMG.

Ce cours répond à la question du thème 2 du programme de géographie STMG et mt l'accent sur le rôle croissant des firmes transnationales.

Téléchargez gratuitement ce cours de géographie rédigé par un professeur digiSchool. Retrouve en bas de cette leçon les autres cours disponibles pour réviser ton programme de Terminale.

Mondialisation et firmes transnationales - Géographie- Terminale STMG

Le contenu du document

 

Cette fiche est consacrée à la question obligatoire du thème 2 du programme de géographie. Le programme officiel précise que le professeur doit mettre l’accent sur les facteurs explicatifs de la mondialisation, en insistant d’abord sur le rôle croissant des firmes transnationales.

 

PRÉREQUIS

Avant d’aborder ce cours, il faut se rappeler que la mondialisation se caractérise par des échanges de marchandises, de capitaux, d'informations et des flux de population à l'échelle mondiale, qui se multiplient. La mondialisation favorise donc l'interconnexion entre les territoires, dont le niveau d’intégration est variable selon qu’ils sont des centres d’impulsion de la Triade, des pôles émergents ou des espaces qui demeurent en marge des principaux réseaux.

 

OBJECTIFS

Après la lecture de cette fiche …

  • Vous devez avoir renforcé votre connaissance des notions suivantes : acteurs spatiaux, division internationale du travail, firmes transnationales, flux, mondialisation, réseaux.
  • Vous devez connaître les principaux acteurs de cette mondialisation.
  • Vous devez pouvoir nommer, situer et caractériser les principales firmes transnationales, les flux majeurs qui relient les territoires selon leur niveau d’intégration à la mondialisation.

Introduction

La mondialisation peut se définir comme une dynamique économique résultant de l’extension du capitalisme, qui a des conséquences géographiques nombreuses comme la mise en relation des différentes parties du monde par les échanges et la production, la multiplication des interdépendances entre les acteurs de la mondialisation ou encore l’intégration ou l’exclusion des territoires.

La mondialisation se caractérise donc par l’essor de flux qui se libéralisent et transcendant les frontières. Elle crée de nouvelles interdépendances sous la forme de réseaux qui relient des pôles qui sont non seulement hiérarchisés (lire les fiches du thème 1 de géographie), mais aussi de plus en plus spécialisés. Car la mondialisation a pour fondement la mise en place d’une division internationale du travail.

Dans ce contexte, on observe l’affirmation du rôle croissant des firmes transnationales dont les sièges sociaux sont pour la plupart situés dans les centres d’impulsion de la Triade ou dans les pays émergents. Si elles ne sont pas les acteurs uniques de la mondialisation, les stratégies planétaires de ces firmes alimentent le processus de densification des flux à l’échelle mondiale.

 

Problématique

Comment les firmes transnationales s’imposent-elles comme des acteurs majeurs de la mondialisation ?

 

Après une première analyse des fondements de la mondialisation et des flux qui relient les territoires, nous étudierons la domination effective des échanges par les firmes transnationales, puis les réseaux de transport et les techniques de communication sur lesquelles elles s’appuient.

I. LE LIBRE-ÉCHANGE ET LA DIVISION INTERNATIONALE DU TRAVAIL, FONDEMENTS DE LA MONDIALISATION

A. Le libre-échange

L’après seconde guerre mondiale est marquée par plusieurs évolutions. Les pays occidentaux entreprennent une politique de libéralisation de leurs économies en abaissant leurs tarifs douaniers afin de promouvoir les échanges entre les nations, l’échange étant vu comme un gain mutuel entre deux pays comme l’ont notamment démontré les économistes Adam Smith et David Ricardo (avec l’avantage comparatif). 

Ainsi, la communauté européenne créée en 1957 par le traité de Rome entreprend la création d’un marché économique commun et de nombreuses organisations régionales de libre-échange se créent un peu partout dans le monde (ALENA, ASEAN, CEDEAO etc.…).

B. La Division Internationale du Travail

Les FTN sont des entreprises exerçant ses activités dans plusieurs États, directement ou par l’intermédiaire de filiales en optimisant ses profits par une stratégie spatiale qui articule les espaces de production et de commercialisation. Elles ont su tirer leur épingle du nouveau jeu institué par la mondialisation en développant des stratégies reposant sur ses nouvelles caractéristiques.

La stratégie des FTN repose avant tout sur la rationalisation des coûts. Ceux-ci doivent être réduits au minimum afin que les produits soient compétitifs et puissent affronter la concurrence internationale, de plus en plus forte. Ainsi les FTN délocalisent le plus souvent les activités de production à faible valeur ajoutée dans les pays en développement qui accueillent de nombreuses usines où les travailleurs sont beaucoup moins payés qu’ils ne le seraient dans les pays développés. Cette main d’œuvre à faible coût permet aux grandes firmes de proposer ensuite des produits peu chers afin d’être compétitifs.

 

Les activités à forte valeur ajoutée sont le plus souvent effectuées dans des pays où la main d’œuvre est qualifiée (le plus souvent les pays riches) tandis que les activités d’assemblage ou de production qui ne requièrent aucune qualification sont implantées dans des pays pauvres. La division internationale du travail est donc à l’origine des stratégies mondiales des FTN. 

Les grandes entreprises mondiales divisent les territoires en deux catégories : les territoires de production (pays en développement où les coûts de production sont faibles) et les territoires de conception (pays d’origine des FTN d’où les ordres de production sont passés). Ces deux types de territoire sont reliés par des flux intenses de capitaux, de marchandises et de travailleurs.

II. LES FTN SONT DES ACTEURS MAJEURS DE LA MONDIALISATION

A. Les FTN participent à la hiérarchisation des territoires

d58e014b-ff81-4e49-a35a-eb3748b4e5e8

Les firmes transnationales sont nombreuses dans les pays qui appartiennent à la Triade. 80 % des FTN sont originaires des pays développés et construisent leur puissance sur des compétences et des réseaux anciens. Les États-Unis et l’Union européenne arrivent en tête. Les premières firmes mondiales sont américaines, avec en tête Google, Apple et Microsoft.

Les grandes firmes issues de l’Europe occidentale, des États-Unis et du Japon (soit les pays de la Triade) sont cependant progressivement concurrencées par celles des pays émergents qui s’appuient sur une augmentation de leur consommation intérieure et sur l’émergence d’une classe moyenne. L’exemple le plus frappant est la Chine où des grandes firmes mondialisées émergent peu à peu.

 

fd8a3d13-496b-4ca4-9aea-b5d2fcfa409e_w779h496

À plus grande échelle, on remarque donc que les FTN privilégient les littoraux pour implanter leurs activités en raison de leur connexion avec le reste du monde. Cela conduit au développement de certaines zones comme la côte chinoise, mais n’entraîne pas le développement d’autres territoires situés plus dans les terres comme l’intérieur de l’Afrique ou encore de la Chine « profonde ». Les FTN façonnent donc en grande partie les territoires et les économies nationales tout en créant néanmoins de fortes inégalités de développement.

B. Les fondements de leur domination

Les FTN représentent une part essentielle de la production de richesses. En 2015, elles sont plus de 80 000 (7 000 dans les années 1960). Elles produisent ¼ du PIB mondial et 2/3 du commerce international. Elles emploient plus de 80 millions de salariés. Leurs investissements directs à l’étranger sont passés de 6 % à plus de 20% du PIB mondial entre 1980 et 2015. Ce fort poids économique permet aux FTN de bénéficier d’une puissance importante. Ainsi, ces grandes firmes peuvent parfois peser plus lourd économiquement que des petits États comme le Mali, le Burkina Faso ou encore le Yémen.     

Les FTN peuvent également se reposer sur une base nationale solide. En effet, par leur poids économique et leur réseau étendu sur le globe, les grands groupes mondialisés peuvent compter sur leur État d’origine pour appuyer leur politique ou leurs actions à l’international. Ces firmes réalisent encore la moitié de leur activité et concentrent 60% de leurs effectifs, ainsi que leur centre décisionnel, dans leur pays de création. Les IDE investis par les FTN dans les pays en développement, et particulièrement dans les pays émergents, contribuent fortement à l’accroissement du PIB (Produit Intérieur Brut) de ces pays, qui permet leur insertion dans l’économie mondialisée aux côtés des pays du Nord.

Par ailleurs, la croissance étant en grande partie déterminée par les investissements, les choix des FTN conditionnent en partie la croissance ou non des pays. Ces grandes entreprises, de par leur grande puissance financière, peuvent ou non intervenir dans les décisions des entreprises nationales, publiques ou privées en entrant dans leur capital (en bourse). Elles émettent également des IDE (Investissements Directs à l’Étranger) qui conditionnent en grande partie le développement d’un pays. C’est grâce aux investissements étrangers que la Chine est devenue la grande puissance que nous connaissons aujourd’hui.

La force des FTN tient également dans leur diversité. Elles sont présentes dans tous les domaines, de l’informatique et des nouvelles technologies (Microsoft, IBM, Apple) aux articles de sport (Nike, Adidas) en passant par le secteur du pétrole (Total, BP, ExxonMobil) qui concentre les FTN les plus puissantes au monde.

Les progrès des réseaux de transport et la conteneurisation (système de transport des marchandises dans des conteneurs standardisés adaptables sur des modes de transport variés) permettent une diminution des coûts de transport, spécialement par voie maritime, ce qui entraîne une explosion du commerce mondial et des flux d’échanges mondiaux.

Enfin, les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) réduisent le temps de communication entre les espaces et permettent une accélération des transactions commerciales dans une optique de réduction des coûts sur un nouveau marché mondial en proie à la concurrence entre de nombreux acteurs économiques.

 

C. D’autres acteurs régulent la domination des FTN

Les États continuent de jouer un rôle important. Ils sont en concurrence pour attirer les FTN et multiplient donc les mesures avantageuses pour elles, telles la création de zones franches (zones où les entreprises qui s’y implantent bénéficient d’avantages importants) ou encore des baisses d’impôts sur les sociétés. On remarquera que ces zones franches ou zones spéciales se situent le plus souvent sur le littoral (Macao, Hong-Kong, Shanghai) en raison de la forte accessibilité de ces territoires par le biais notamment du commerce maritime international.

Si les FTN connaissent un succès fulgurant, elles sont cependant de plus en plus contestées. Elles représentent une culture mondiale (qui serait occidentale) et qui tendrait à l’uniformisation des coutumes et les pratiques culturelles au mépris des traditions locales. Ainsi, de grandes firmes comme McDonald’s véhiculent dans le monde entier des habitudes alimentaires originaires des États-Unis qui provoquent parfois des réticences comme l’a montré récemment la fermeture par le gouvernement russe de plusieurs de ces restaurants en Russie pour des raisons « sanitaires ».

Des critiques existent également pour contester l’exploitation à laquelle se livrent les FTN en faisant travailler une main d’œuvre pour des salaires très bas dans des pays où les conditions de travail sont le plus souvent très dures. Des grèves ont souvent lieu afin de réclamer des hausses de salaire, et celles-ci rendent cette main d’œuvre moins compétitive, ce qui amène les FTN à trouver d’autres pays où le salaire minimum est très peu cher. C’est pour cette raison que beaucoup de grandes entreprises étrangères ont déjà quitté la Chine en raison de l’accroissement du niveau de vie des travailleurs (et donc de leur salaire) au fur et à mesure des années.

Enfin, les ONG et d’autres acteurs de la société civile contestent le caractère peu démocratique de l’influence des FTN sur les politiques des États qui prend souvent la forme de lobbying, c'est-à-dire de pressions en dehors de tout cadre formel sur les États ou les OI (Organisations Internationales) afin que ces entités prennent des décisions politiques qui correspondent aux intérêts des grandes firmes.

 

Conclusion

Les Firmes Transnationales sont des acteurs incontournables et majeurs de la mondialisation, d’abord par leur poids économique. Elles bénéficient de la libéralisation des échanges et contribuent fortement à la Division Internationale du Travail.

Leurs relations avec les États sont complexes. Elles bénéficient du soutien de ces États, elles contribuent à leur développement économique, tout en étant parfois considéré comme un obstacle à l’affirmation de leur souveraineté.

D’autres acteurs tentent de réguler leur influence, en particuliers les Organisations Internationales, qui considèrent des FTN comme le fer de lance d’une mondialisation dont elles dénoncent les excès.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Utiliser un vocabulaire précis
  • Citer des exemples précis de FTN.
  • Savoir localiser sur un croquis les régions du monde qui bénéficient le plus de la domination des FTN.

POUR ALLER PLUS LOIN …

Des ouvrages sont proposés dans les programmes officiels. Parmi ceux-ci, nous pouvons retenir :

  • Atlas de la mondialisation : comprendre l’espace mondial contemporain, Les presses de Sciences Po., 6e édition, 2013.
  • « Comprendre le monde en 200 cartes », Grand atlas 2014, Autrement, 2013.
  • « La mondialisation : comprendre le monde et ses réseaux », revue Carto n°20, 2013. L’édition annuelle des Images économiques du monde (Armand Colin).
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?