L'évolution politique de la Ve République - Histoire - Terminale STMG

L'évolution politique de la Ve République - Histoire - Terminale STMG

Télécharge vite notre fiche d'histoire Terminale STMG pour réviser le Bac. Cette fiche sur l'évolution politique de la Vème république est rédigée par un professeur certifié.

Cette fiche est consacrée à la question obligatoire du thème 3 du programme d’histoire. Le programme officiel précise que le professeur doit présenter les grandes caractéristiques de la Ve République, les principales mutations politiques puis les contestations croissantes des citoyens face au fonctionnement des institutions.

digiSchool t'accompagne toute l'année dans tes révisions du bac STMG grâce à de nombreuses fiches, quiz, cours, annales du bac, LIVES de révisions et vidéos de notions !

L'évolution politique de la Ve République - Histoire - Terminale STMG

Le contenu du document

Cette fiche est consacrée à la question obligatoire du thème 3 du programme d’histoire. Le programme officiel précise que le professeur doit présenter les grandes caractéristiques de la Ve République, les principales mutations politiques puis les contestations croissantes des citoyens face au fonctionnement des institutions.

PRÉREQUIS

La création de la Ve République est étroitement liée à la décolonisation et particulièrement à la guerre d’Algérie. Les choix politiques imposés par les présidents successifs s’inscrivent également dans le contexte de la diplomatie internationale de 1958 à nos jours. Cette fiche sera donc enrichie par les deux précédentes consacrées aux questions obligatoires des thèmes 1 et 2 du programme d’histoire.

OBJECTIFS

Après la lecture de cette fiche, vous devez connaître les notions suivantes : alternance, constitution, cohabitation, droite/gauche, parti politique.

Vous devez pouvoir caractériser les institutions de la Ve République (organisation du pouvoir, fonctionnement de la démocratie), identifier les principaux partis qui animent la vie politique, expliquer les grandes phases de cette Ve République et analyser la crise de confiance qui s’est instaurée entre l’opinion publique et les politiques.

Introduction

Le 04 octobre 1958, le général de Gaulle obtient le remplacement de la IVe République par la Ve République, fondée sur un nouveau régime politique caractérisé par la primauté de l’exécutif sur le législatif, c’est-à-dire par l’attribution de pouvoirs accrus au président de la République.

En décembre 1958, de Gaulle est élu au suffrage indirect (vote des grands électeurs que sont les maires, les conseillers généraux) président de la République, puis en 1965 au suffrage universel direct (par l’ensemble des électeurs inscrits). La crise de mai 68 le fragilise et de Gaulle choisit de démissionner en 1969. Les institutions vont toutefois se révéler suffisamment solides et efficaces pour survivre à leur fondateur.

La Ve République se caractérise ensuite par la succession de sept nouveaux présidents, avec une alternance politique droite/gauche qui ne remet pas en cause la stabilité du régime et de ses institutions. Pourtant, elle est peu à peu marquée par la montée du désaveu des citoyens, qui se manifeste par des taux de participations aux élections successives qui montrent depuis une décennie une ampleur grandissante de l’abstention.

Problématiques

  • Quelles sont les principales caractéristiques de la Ve République ?
  • Comment s’adapte-t-elle aux évolutions politiques de la seconde moitié du XXe siècle ?

Nous étudierons dans un premier temps le fonctionnement des institutions de la Ve République, puis les grandes mutations du régime et de la vie politique depuis 1958, pour finalement analyser les fondements de la contestation de l’opinion publique à l’égard des responsables politiques.

I. LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS DE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE MISE EN PLACE EN 1958

A. Une nouvelle Constitution

En 1958, face au conflit algérien, le président René Coty demande au général de Gaulle de revenir au pouvoir. Ce dernier accepte et propose aux Français une nouvelle constitution. C’est la naissance de la Ve République.

DÉFINITION : Constitution. Ensemble des lois qui déterminent le partage des pouvoirs et qui garantissent le respect des droits fondamentaux des citoyens.

La Constitution maintient le principe démocratique et la séparation des pouvoirs. Le pouvoir exécutif est constitué par le président et par le gouvernement. L’Assemblée nationale et le Sénat forment le Parlement, qui a le pouvoir législatif. Le Conseil constitutionnel vérifie que chaque nouvelle loi respecte les grands principes de la République.

DÉFINITION : Pouvoir exécutif. Pouvoir de diriger.

DÉFINITION : Pouvoir législatif. Pouvoir de créer, discuter et voter les lois.

 

5d1d5790-dd25-4e14-8316-de64ca176e03_w772h533

B. Une volonté de renforcer l’autorité du président de la République

Le président de la République est le chef de l’État et des armées. Il promulgue les lois, ratifie les traités et préside le Conseil des ministres. Il peut recourir au référendum (article 11) et dissoudre l’Assemblée (article 12).

En 1962, de Gaulle organise un référendum pour adopter l’élection du président de la République au suffrage universel direct. La proposition est approuvée à plus de 60%, malgré l’opposition de plusieurs dirigeants politiques, parmi lesquels François Mitterrand, soucieux de ce qui permet un renforcement supplémentaire du pouvoir présidentiel. De Gaulle est ainsi réélu en 1965.

DÉFINITION : Suffrage universel direct. Élection d’un dirigeant politique par le vote direct des citoyens.

En 2008, les prérogatives du président de la République sont élargies, puisqu’il obtient, à certaines conditions, le droit de s’exprimer devant le Parlement.

II. LA RÉPUBLIQUE « GAULLIENNE » DE 1958 À 1968

A. Les choix politiques de Charles de Gaulle visent l’affirmation de l’influence de la France dans le monde

Outre la résolution de la crise algérienne et l’indépendance accordée aux colonies d’Afrique noire, la diplomatie de de Gaulle se caractérise par une volonté de libérer la France de l’influence des États-Unis. Pour mener une politique diplomatique et militaire autonome, il retire la France de l’OTAN en 1966 et la dote de la puissance nucléaire.

En Europe, de Gaulle renforce les liens avec la RFA et s’oppose à l’entrée dans la CEE du Royaume-Uni, qu’il juge trop lié aux États-Unis.

B. La fin du régime gaullien

Aux élections de 1965, de Gaulle est à la surprise générale mis en danger au premier tour des présidentielles par François Mitterrand. La crise de mai 1968 concerne tous les milieux et fragilise le pouvoir gaullien. Les manifestations et les grèves se multiplient. 

Les étudiants condamnent la société de consommation issue des Trente Glorieuses et veulent davantage de libertés, des conditions d’études plus favorables. Les ouvriers demandent une hausse des salaires. 

Si le 27 mai, les syndicats, le patronat et le gouvernement parviennent finalement à un accord qui désamorce la crise, de Gaulle paraît affaibli, tandis que le leader de la gauche, François Mitterrand, gagne encore en popularité. 

Certes, les élections législatives de juin 1968 se soldent par une nouvelle victoire de la droite gaulliste, car les Français ont voté pour la stabilité du pouvoir, mais un an plus tard, la majorité des Français vote « non » au référendum sur la régionalisation et à la réforme du Sénat. De Gaulle prend le rejet de sa réforme comme un échec personnel. Il démissionne le 28 avril 1969.

 

III. UNE RÉPUBLIQUE MARQUÉE PAR DE PROFONDES MUTATIONS À PARTIR DE 1969

ca658759-be7b-4a99-b2e5-4cdda7ae4726_w862h427

06814b7d-8e14-4109-8f05-95dc72951b16_w859h384

A. Une vie politique marquée par la bipolarisation

1. En 1969, Georges Pompidou, l’ancien premier ministre de Charles de Gaulle, devient président de la République. Il poursuit la modernisation de la France et la construction européenne. Il cherche aussi à gouverner de façon moins autoritaire et moins marquée à droite.

DÉFINITION : Bipolarisation. Alternance politique entre les partis de droite et les partis de gauche. 

DÉFINITION : Alternance. Succession à la présidence de deux tendances politiques opposées.

DÉFINITION : Parti de gauche – Parti de droite. La Gauche et la Droite défendent les mêmes valeurs républicaines. C’est la priorité donnée à certaines de ces valeurs qui les distinguent. La Gauche est davantage favorable à la défense des services publics, à l’intervention de l’État pour combler les inégalités sociales, au nom du principe de solidarité. La Droite prône plutôt le libéralisme, l’initiative privée, la faible intervention de l’État, considérant que ce sont les réussites individuelles qui permettent d’atteindre le progrès collectif.

2. Homme de droite non gaulliste, Valéry Giscard d’Estaing propose une société plus libérale. Il baisse la majorité de 21 à 18 ans, il légalise l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Ce combat est mené par Simone Veil. Cependant, VGE n’arrive pas à faire sortir la France des deux crises pétrolières. Il échoue aux élections présidentielles de 1981.

3. La période 1981-1995 est celle de la première alternance de la Ve République avec l’élection de François Mitterrand. Cette période est chargée de grands bouleversements : abolition de la peine de mort dès le début du mandat du nouveau président, décentralisation avec les lois Defferre, cinquième semaine de congés payés et 39h de travail hebdomadaire. Toutefois, le chômage continue.

François Mitterrand est réélu en 1988 et s’investit dans la création de l’Union européenne (à la place de la CEE). Il œuvre avec le chancelier Kohl pour une monnaie unique (l’Euro) et une libre circulation des biens et des personnes. Face à la crise politique de la fin des années 1980, Mitterrand va gouverner avec deux cohabitations (MM. Chirac et Balladur).

DÉFINITION : Cohabitation. Situation dans laquelle le président de la République et le Premier ministre ne sont pas du même bord politique.

4. Les élections de 1995 marquent le retour de la droite au pouvoir. Jacques Chirac est élu. Il doit cependant vite gouverner avec les socialistes (Lionel Jospin) en 1997 : son gouvernement de cohabitation fait voter les lois sur les 35 heures, celle sur la parité. Jacques Chirac réduit le mandat présidentiel à 5 ans. Il est réélu massivement face à Jean-Marie Le Pen en 2002. 

Nicolas Sarkozy lui succède en 2007. Il fait une politique de durcissement du contrôle de l’immigration et rétablit les camps de rétention pour les populations Roms. Il libéralise l’économie. Il renforce la laïcité. Il finira son mandat dans la contestation, notamment par rapport à ses lois sur la retraite.

5. En mai 2012, une nouvelle alternance a lieu avec François Hollande. Il base son programme sur la relance pour éviter l’austérité. Très vite contesté, il réussit quand même à faire voter la loi sur le mariage pour tous. 

Dès 2014, la France souhaite un changement. Il nomme Manuel Valls Premier ministre. Il a pour mission première de réduire le chômage et appliquer un « pacte de responsabilité » des entreprises. Les résultats obtenus ne permettent pas à la gauche de se maintenir au pouvoir lors des élections de 2017.

B. Une République marquée par la contestation grandissante de l’opinion publique

Depuis les années 1980, plusieurs lois sont votées par le Parlement pour réduire les prérogatives du pouvoir central, au profit des pouvoirs locaux. Ces lois de décentralisation sont attendues par les citoyens. 

La loi de 2004 amplifie le processus en élargissant les prérogatives des collectivités territoriales dans les domaines de l’urbanisme et des transports, de l’enseignement, de l’action économique, du logement, de l’action sanitaire et sociale et de la culture.

 

DÉFINITION : Décentralisation. Transfert de certains pouvoirs de l’État (pouvoir central) vers les collectivités territoriales (commune, département, région).

 

Pourtant, ces lois sur la décentralisation, qui marquent une inflexion des institutions en réduisant le pouvoir central, ne suffisent pas à bloquer le processus de contestation de l’opinion publique à l’égard des élites politiques. 

Cette contestation se traduit lors des élections par la montée des partis extrêmes (en 2002, Jean-Marie Le Pen se qualifie pour le second tour des élections présidentielles, sa fille Marine Le Pen fait de même en 2017) et par la forte augmentation de l’abstentionnisme (qui semble révéler tant l’insatisfaction que la lassitude de l’électorat envers les dirigeants politiques).

Conclusion

Les élections de 2017 marquent une rupture avec la bipolarisation. Les facteurs sont multiples. 

Si Emmanuel Macron parvient à incarner un renouveau politique, une rupture dans la rivalité gauche/droite, il bénéficie aussi de la volonté de l’électorat de rompre avec des dirigeants politiques qui se sont partagés le pouvoir au gré des alternances sans parvenir à conserver la confiance de l’opinion publique quant à leur capacité à faire face aux enjeux de la société actuelle.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Utiliser un vocabulaire précis.
  • Connaître les noms des présidents de la République, leurs partis politiques, leurs principales réalisations.
  • Connaître les grandes étapes de l’évolution de la Ve République : 1958, 1962, 1965, 1968, 1969-1981, 1981-1995, 1995-2012.

POUR ALLER PLUS LOIN …

  • Un numéro récent des Cahiers Français, propose une analyse des évolutions passées des institutions et des acteurs de la vie politique, ainsi que des possibles mutations futures.
    • La Ve République et ses évolutions, Cahiers français N°397 - Mars-avril 2017
  • Vous pouvez également consulter un dossier de la Documentation française à l’adresse suivante :
    • http://www.ladocumentatonfrancaise.fr/dossiers/1958-constitution-cinquieme-republique/index.shtml
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?