Une ville mondiale : Shanghai - Géographie Terminale STMG

Une ville mondiale : Shanghai - Géographie Terminale STMG

Télécharge gratuitement cette fiche de Géographie du Bac STMG sur Shangai. Intitulée "Une ville mondiale : Shangai", cette fiche présente l'une des 2 questions du thème 1 au programme de géo à traiter au choix.

Révise ton bac STMG avec nos fiches téléchargeables. Fonce faire le quiz associé dans la rubrique "quiz" de la matière concernée pour vérifier tes connaissances !

SuperBac t'aide toute l'année dans tes révisions, retrouve tous nos cours, quiz et vidéos sur les applications ! Retrouve en bas de cette leçon les autres cours disponibles pour réviser ton programme de Terminale.

Document rédigé par un prof Une ville mondiale : Shanghai - Géographie Terminale STMG

Le contenu du document

 

Cette fiche est consacrée à l’une des deux questions du thème 1 du programme de géographie à traiter au choix. La seconde concerne Londres. Le programme officiel précise que l’étude d’une ville mondiale doit être en relation étroite avec la question obligatoire sur les centres d’impulsion et les inégalités d’intégration à la mondialisation.

 

PRÉREQUIS

Étudié en aval de la question obligatoire, ce cours permet d’approfondir la compréhension des dynamiques de la mondialisation qui s’opèrent entre les centres d’impulsion majeurs, de même que l’intégration progressive de territoires émergents ou la marginalisation persistante de ceux fragilisés par un faible IDH.

 

OBJECTIFS

Après la lecture de cette fiche, vous devez avoir renforcé votre connaissance des notions suivantes : centre d’impulsion, interface, mégalopole, aire de puissance, intégration, marginalisation.

Vous devez pouvoir nommer, situer et caractériser les territoires suivants : Shanghai, le quartier de Pudong, le port de Yangshan, la vallée du Yangzi.

Introduction

La mondialisation se caractérise non seulement par une intensification des flux à l’échelle mondiale, mais aussi par une hiérarchisation des territoires. Certains territoires concentrent les pouvoirs qui leur permettent de dominer les échanges et de s’imposer comme des centres d’impulsion, d’autres constituent des périphéries dont le dynamisme et le niveau d'intégration présentent d'importantes disparités.

Ville la plus peuplée de Chine (23 millions d’habitants), Shanghai s’impose particulièrement comme une ville mondiale émergente, qui prend une place de plus en plus affirmée au sein de l’archipel métropolitain mondial. 

Elle compte ainsi parmi les plus grands pôles de commandement mondiaux, au cœur d’un pays émergent, la Chine, désormais capable de concurrencer les pays de la Triade dans de nombreux secteurs.

Problématiques

  • Comment Shanghai s’impose-t-elle parmi les métropoles mondiales les plus intégrées à la mondialisation ?
  • Quels sont les effets de cette dynamique sur l’organisation des territoires de la ville, de la région et de la Chine ?

 

Nous expliquerons d’abord quels sont les fondements de cette émergence de Shanghai comme ville mondiale de premier rang, puis comment Shanghai s’impose comme un centre d’impulsion majeur en Asie orientale. Nous analyserons enfin comment l’affirmation de ce statut de métropole mondiale s’accompagne d’une métamorphose profonde de ses paysages, qui révèlent le creusement de disparités socio-spatiales.

I. SHANGHAI, UN NOUVEAU CENTRE D’IMPULSION DE LA MONDIALISATION

A. Un centre d’impulsion économique

Pudong est le quartier des affaires qui symbolise l’intégration de la ville au réseau des métropoles mondiales. On y trouve les bureaux des sièges sociaux de grandes entreprises transnationales chinoises et étrangères (en 2017, plus de 400 grandes entreprises internationales y ont installé leur siège chinois).

Shanghai a particulièrement valorisé les activités tertiaires supérieures : la finance, l’assurance, les activités bancaires.  La bourse de Shanghai est le principal centre financier d’Asie, devançant la bourse de Tokyo. S’y développent des centres commerciaux, des hôtels de luxe, des musées, et récemment le Shanghai Disney Resort depuis 2016. 

 

de98bc8c-b798-4b32-b530-75c1e8a5ca41

B. Une interface entre la Chine et le monde

La mondialisation est un phénomène qui bénéficie surtout aux littoraux par le biais du commerce maritime. Celui-ci a connu un essor fulgurant depuis les années 1950 grâce à la conteneurisation qui permet les transports multimodaux des conteneurs par voie maritime, terrestre et ferroviaire. 

La façade maritime chinoise a su bénéficier de cette évolution et joue aujourd’hui un rôle d’interface avec le monde. Sur le plan commercial, le port de Shanghai est le premier port maritime mondial pour les conteneurs et le deuxième port mondial pour le volume total de marchandises échangées.

Shanghai s’affirme aussi comme un carrefour aéroportuaire, davantage à l’échelle régionale que mondiale. Les aéroports desservent surtout les régions proches de la métropole, les pays de la façade orientale de l’Asie et certaines métropoles des États-Unis, d’Europe ou d’Australie.

C. Un centre d’impulsion culturel

La ville a accueilli l’exposition universelle de 2010. Par ailleurs, la mégalopole compte 3 universités à rayonnement mondial comme l’université de Shanghai (qui élabore chaque année le classement mondial des meilleures universités du monde), l’université Fudan et l’université Jiaotong. 

La création de parcs touristiques est également prometteuse pour la ville avec la construction du site de Disneyland en 2015 et celle du parc DreamWorks en 2016. Elle contribue à faire de la ville la vitrine d’une société chinoise qui se modernise, tandis que les enseignes européennes comme américaines se multiplient dans les rues piétonnes, qui attirent grâce à leurs boutiques de luxe de nouveaux touristes.

II. SHANGHAI, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL ET NATIONAL

e000c7f2-5d78-4a6c-a18d-d996db5260df

Shanghai est le principal moteur économique de la vallée du Yangzi. Le fleuve, navigable pour les bateaux de 10000 tonnes, permet de relier la côte (Shanghai) avec la périphérie du bassin du Yangzi. Shanghai redistribue ses activités industrielles dans les villes de la vallée fluviale, tandis que la métropole mondiale privilégie la tertiarisation de son économie : la plupart des produits industriels exportés vers les marchés mondiaux ne sont plus fabriqués à Shanghai mais dans ces villes satellites. 

Ainsi Chongqing, ville pourtant à l’intérieur des terres et donc à l’écart du dynamisme des côtes chinoises, a pu bénéficier d’une forte croissance économique. La ville attire des investisseurs du monde entier grâce à la délocalisation des activités industrielles. En effet, les coûts de production y sont moins élevés que sur le littoral qui est plus développé et donc avec des salaires plus importants. Le delta et la vallée du Yangzi constituent ainsi la première région économique de la Chine, qui produit 20 % du PIB chinois, accueille 50 % des investissements étrangers et concentre plus de 50% du trafic de conteneur du pays.

Shanghai participe également au dynamisme de la façade maritime chinoise, qui est l'une des plus dynamiques au monde. Shanghai est l’un des principaux vecteurs de la littoralisation des activités économiques de la Chine suite à l’ouverture du pays et à son intégration dans la mondialisation, grâce au commerce maritime et au dynamisme des activités portuaires.

III. UN DYNAMISME QUI CRÉE DES DÉSÉQUILIBRES TERRITORIAUX

A. L’émergence d’une ville nouvelle

La croissance économique de Shanghai a nécessité une transformation de la ville. De nouveaux bâtiments publics ont vu le jour tels que le centre d’art, le musée des sciences ou encore le centre mondial des finances de Shanghai. Des gratte-ciels ont également été construits comme la tour Jinmao, la tour de la Perle de l’Orient ou encore la tour Shanghai. La zone du Pudong a donc littéralement changé de visage depuis 1990.

L’agglomération a également bénéficié des retombées économiques et des richesses de la ville de Shanghai ; des grands axes urbains et de lignes de métros sillonnent la ville et ses alentours, renforçant ainsi l’accessibilité et l’ouverture de la ville. Le port de Waigaoqiao étant saturé, un nouveau port en eaux profondes, celui de Yangshan, a été inauguré en 2005. 

Il peut accueillir de très grands navires et représente déjà 1/3 du trafic maritime de Shanghai ; les marchandises sont ensuite acheminées vers Shanghai par un pont de 32 km.

B. Les revers de la transformation de la ville

Pourtant, cette transformation totale de la ville et de ses alentours ne s’est pas faite sans difficultés. En effet, la politique urbaine chinoise tient en quelques mots : « tout détruire pour tout reconstruire ». Des quartiers historiques entiers ont ainsi été rasés afin de construire des gratte-ciels et autres bâtiments modernes à leur place. 

Le patrimoine culturel et historique chinois, qui aurait pu être valorisé par le tourisme a donc été sacrifié au nom d’une politique publique qui valorise avant tout la construction et non la préservation du patrimoine.

a2e569f7-255b-4622-93a3-44f141db39e9 e3514167-c722-4fc2-a824-99e5e6f8a040

Les expropriations sont également sources de conflits avec des personnes qui refusent de quitter leur maison où elles ont toujours habité.

C. L’émergence de Shanghai pose la question de son développement durable

La pollution est également importante avec une très faible règlementation sur la qualité de l’air et la présence d’industries lourdes qui polluent notamment le fleuve Yangzi et les littoraux, pollution accentuée par le fort commerce maritime. 

L’urbanisation croissante, l’augmentation de la population, l’élévation du niveau de vie moyen et la circulation automobile ont encore aggravé les problèmes de pollution atmosphérique. La construction du barrage des Trois Gorges a aussi déséquilibré les écosystèmes.

Des mesures de développement durable de l’agglomération ont donc été instaurées : la construction d’usines de traitement des eaux usées, de nouveaux immeubles économes en énergie, la valorisation des véhicules électriques, la lutte contre la pollution des navires de marchandises. Mais les pics de pollution restent nombreux et les conséquences sanitaires préoccupantes.

Conclusion

La mondialisation s’opère donc sous la domination d’un groupe restreint de pays, de mégalopole, et de métropoles, parmi lesquelles Shanghai, qui révèle l’affirmation de nouvelles puissances émergentes, au premier rang desquelles la Chine.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Citer des exemples précis de territoires : Pudong, le Yangshan, la vallée du Yanzi.
  • Aborder l’émergence de Shanghai comme métropole mondiale et ses effets territoriaux en variant les échelles : le poids de la métropole à l’échelle non seulement mondiale mais aussi régionale et plus locale, les effets de ses transformations au sein même de l’agglomération.

POUR ALLER PLUS LOIN …

Des ouvrages sont proposés dans les programmes officiels. Parmi ceux-ci, nous pouvons retenir celui de La Documentation photographique, qui propose de nombreux exemples précis et illustrés :

  • Bretagnolle, R. Le Goix, C. Vacchiani-Marcuzzo, « Métropoles et mondialisation », La Documentation photographique n°8082, 2011.
  • Un autre ouvrage plus récent évoque l’ensemble des métropoles mondiales : « Les villes mondiales », Questions internationales, La Documentation française, N° 60, mars-avril 2013.

LES COURS DU PROGRAMME DE GÉOGRAPHIE TERMINALE STMG

 

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?