Les territoires dans la mondialisation : Londres - Histoire Géographie - Bac STMG

Les territoires dans la mondialisation : Londres - Histoire Géographie - Bac STMG

Découvrez ce cours de géographie gratuit, consacré à Londres. Il a été écrit par un professeur de géographie.

La première partie de ce cours revient sur l'histoire de Londres, entre tradition industrielle et dérèglementation financière. Ensuite, ce cours de géographie aborde la puissance financière de Londres. Enfin, ce cours vous donne la place de Londres à l'échelle natonale et européenne.

Téléchargez gratuitement ce cours de géographie rédigé par un professeur.

Document rédigé par un prof Les territoires dans la mondialisation : Londres - Histoire Géographie - Bac STMG

Le contenu du document


 

LONDRES, UNE METROPOLE MONDIALE FAÇONNEE PAR SON PASSE

 

Quels sont les facteurs qui font de Londres une métropole mondiale ? 

 

LONDRES, VILLE DE TRADITION INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE

Londres a été le berceau de la révolution industrielle qui s’est ensuite répandue dans toute l’Europe à partir de la fin du XVIIIème siècle. L’Angleterre est donc le premier pays industrialisé d’Europe et une puissance industrielle ancienne.

Sur le plan commercial, les anglais ont pu prendre le contrôle, grâce à leur immense flotte militaire, des routes maritimes internationales leur permettant d’exercer leur domination sur toutes les mers du globe. La flotte commerciale est également très importante et les britanniques se sont imposés comme la première puissance commerciale à partir  du XVIIIème siècle. Les anglais ont été la première puissance maritime du monde jusqu’au début du XXème siècle. 

LE ROYAUME-UNI, EX-PREMIERE PUISSANCE COLONIALE

Le Royaume-Uni disposait du premier Empire colonial du monde en 1939 avec une population estimée à environ 450 000 000 d’habitants pour environ 33 000 000 de km². Cet immense empire a apporté à l’Angleterre et particulièrement à sa capitale, Londres, des richesses abondantes et en a fait le centre du monde. 

Ce passé est encore visible à Londres, où une forte population est issue de pays anciennement possessions britanniques comme les indiens qui représentent une part non négligeable des habitants de la capitale. Ainsi Londres est une ville cosmopolite où 1 londonien sur 4 n’est pas né au Royaume-Uni et plus de 300 langues sont parlées. 

 

londres-dans-la-mondialisation-histoire-geographie-terminale

 

Carte des territoires qui firent à une époque partie de l’Empire britannique.

LA DEREGLEMENTATION FINANCIERE ANGLAISE

Plus récemment, dans les années 1980, le gouvernement a effectué des grandes réformes sous l’impulsion de Margaret Thatcher visant à dérèglementer les marchés financiers. L’Angleterre, qui était déjà la première puissance financière mondiale depuis le XIXème siècle, a su tirer son épingle du jeu pour conserver ce rang à travers les siècles. 

 

LONDRES, PREMIERE PLACE FINANCIERE MONDIALE

 

LONDRES, VECTEUR UNIQUE DE LA PUISSANCE FINANCIERE BRITANNIQUE

Si l’Angleterre est la première puissance mondiale, celle-ci s’exerce par l’intermédiaire unique de Londres qui concentre les principaux services financiers et la plus importante bourse européenne, le London Stock exchange. Celle-ci constitue la première place européenne pour les transactions financières et pour les échanges en euros (40 % des échanges) malgré le fait que le pays ait conservé la livre sterling. 

UNE POLITIQUE ATTRACTIVE POUR LES INVESTISSEURS

Londres n’a pas compté uniquement sur son statut historique de plate-forme financière mondiale pour occuper la place privilégiée qu’elle occupe maintenant. A partir des années 1980, la grande qualité des services financiers et la baisse des impôts sur les entreprises ont permis d’attirer les investisseurs étrangers et britanniques dans la capitale. 

Les réseaux hérités de son passé colonial, l’universalité de la langue anglaise, la forte densité commerciale et financière ont permis à l’Angleterre de concentrer un grand nombre de richesses dans un seul endroit du pays, facilitant les échanges et les rencontres entre les acteurs économiques. Cette politique attractive pour les entreprises est défendue par le pouvoir politique, ce qui rassure les agents économiques sur la pérennité du dispositif.  

 

LES TRANSFORMATIONS DE LA CAPITALE ANGLAISE

La City est depuis longtemps le centre du pouvoir financier britannique. Mais dans les années 1980, la forte affluence d’investisseurs et d’entreprises étrangères contraint la municipalité de Londres à créer deux autres quartiers dynamiques d’affaire qui sont Mayfair (à l’ouest) et Canary Wharf (à l’Est) en transformant les anciens docks portuaires. 

Aujourd’hui 14 grandes entreprises anglaises classées parmi les 500 plus grandes firmes mondiales siègent à Londres. Les quartiers de Londres concentrent également un grand nombre de services financiers, juridiques, de conseil et de gestion qui sont reliés aux 3 quartiers d’affaire de la capitale. L’économie créative (nouvelles technologies, technologies de l’information, médias  etc.) et les centres d’administration (pouvoir politique) sont également très proches, ce qui facilite les relations entre les différents acteurs (culturels, économiques, politiques).

 

vue-aerienne-de-londres-histoire-geo-terminale

 

Une vue aérienne de Londres.

 

LONDRES,  ACTEUR DE PREMIER PLAN A L’ECHELLE NATIONALE ET EUROPEENNE

A L’ECHELLE NATIONALE

A l’échelle nationale, Londres domine le reste du pays et grâce essentiellement à la City, en 2010, les services financiers représentent 15 % du PIB (Produit Intérieur Brut) et 21 % de l’emploi du pays. La capitale et son aire urbaine concentrent également 13,6 % de la population avec 12,4 millions d’habitants en 2012 et 20 % du PIB britannique.

Grâce à son aéroport international (Heathrow), Londres est une porte d’entrée nationale incontournable. Les ports à proximité de la capitale sont des stimulateurs de l’activité économique qui se répercute ensuite sur la ville, toute proche. Le réseau de communication est également très important et très bien desservi au niveau de la capitale et de ses alentours, facilitant les échanges et donc la richesse de cette région qui est d’ailleurs reliée au continent par la LGV (achevée en 2007) et passant sous la Manche. 

Londres est donc une métropole nationale incontournable à l’image de Paris en France. Mais cela ne va pas sans problèmes. En effet, si le Sud du pays bénéficie d’un développement important de par sa proximité avec la capitale, le nord, l’ouest et le centre du pays, plus pauvres et toujours en reconversion, sont  plus ou moins délaissés par la dynamique actuelle, entraînant un accroissement des inégalités entre les régions anglaises. Les autorités tentent de corriger ce problème en reliant la capitale et le nord du pays avec des LGV (lignes à grande vitesse) mais celles-ci sont encore en projet et les premières ne devraient être achevées qu’en 2026. 

 

A L’ECHELLE EUROPEENNE ET MONDIALE

Londres s’impose comme la plus grande ville financière européenne. Elle concentre comme on l’a dit 40 % des échanges en euros, soit plus que toute la zone euro réunie. Londres est également la première ville européenne (et mondiale) pour l’influence culturelle devant Paris selon le classement de l’institut des stratégies urbaines de Tokyo en 2012. L’exemple le plus récent de cette influence culturelle est l’organisation des jeux olympiques à Londres en 2012. 

La ville est également le plus gros Hub (porte d’entrée) européen grâce au poids de son aéroport qui a accueilli presque 70 millions de passagers en 2011. Le trafic portuaire en fait également dans une moindre mesure une porte d’entrée des marchandises en Europe qui peuvent ensuite être acheminées au besoin sur le continent par le tunnel sous la Manche. 

Mais cette suprématie ne va pas sans poser de nombreux problèmes notamment avec l’UE qui critique l’Angleterre pour son refus de se soumettre à la législation européenne. Les autres pays européens et notamment la France sont jaloux de son succès qui repose en grande partie sur la politique économique libérale de son gouvernement mais aussi sur sa politique favorable aux entreprises et sur la déréglementation financière, ce que n’apprécient pas ses partenaires européens qui eux sont obligés d’obéir aux règles de Bruxelles. 

 

londres-territoires-dans-la-mondialisation-terminale-stmg

 

Source : http://www.diploweb.com/IMG/jpg/qi59-ue-pib-par-habitant.jpg.

Le fait que le Royaume-Uni ait toujours voulu conserver sa souveraineté monétaire en refusant l’euro et en gardant la livre pose le problème de l’intégration politique du pays à l’UE, celle-ci prenant de plus en plus la forme d’une fédération où la richesse (calculée par le PIB) des régions reste inégalitaire malgré les politiques d’ajustement européennes. 

Le coût du travail est aussi très important pour comprendre les tensions entre Londres et ses voisins européens. En effet, Londres mise sur la flexibilité du travail et un soutien massif aux entreprises par notamment un impôt sur les sociétés attractif  avec un taux d’imposition des entreprises de 22 % contre par exemple 33 % pour la France. La compétitivité est au centre de la stratégie économique la politique libérale anglaise alors que la France privilégie par exemple la stabilité de l’emploi, ce qui entraîne une rigidité de la flexibilité du travail. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?