Une ville mondiale : Londres - Histoire Géographie - Bac STMG

Une ville mondiale : Londres - Histoire Géographie - Bac STMG

Découvrez ce cours de géographie  consacré à Londres comme ville mondiale. Il a été rédigé par un professeur de géographie.

Cette fiche est consacrée à l’une des deux questions du thème 1 du programme de géographie à traiter au choix. La seconde concerne Shanghai. Le programme officiel précise que l’étude d’une ville mondiale doit être en relation étroite avec la question obligatoire sur les centres d’impulsion et les inégalités d’intégration à la mondialisation.

Téléchargez gratuitement ce cours de géographie pour réviser votre Bac STMG !Retrouve en bas de cette leçon les autres cours disponibles pour réviser ton programme de Terminale.

Document rédigé par un prof Une ville mondiale : Londres - Histoire Géographie - Bac STMG

Le contenu du document

 

PRÉREQUIS

Étudié en aval de la question obligatoire, ce cours permet d’approfondir la compréhension des dynamiques de la mondialisation qui s’opèrent entre les centres d’impulsion majeurs.

OBJECTIFS

Après la lecture de cette fiche, vous devez avoir renforcé votre connaissance des notions suivantes : centre d’impulsion, interface, mégalopole, aire de puissance, intégration, marginalisation.

Vous devez pouvoir nommer, situer et caractériser les territoires suivants : Londres, le quartier de la City.

Introduction

La mondialisation se caractérise non seulement par une intensification des flux à l’échelle mondiale, mais aussi par une hiérarchisation des territoires. Certains territoires concentrent les pouvoirs qui leur permettent de dominer les échanges et de s’imposer comme des centres d’impulsion.

Berceau de la révolution industrielle qui s’est ensuite répandue dans toute l’Europe à partir de la fin du XVIIIème siècle, Londres est aussi la capitale du pays qui disposait du premier Empire colonial du monde en 1939. Cet immense empire a apporté à l’Angleterre, et particulièrement à Londres, des richesses abondantes et en a fait très tôt le centre du monde.

 Londres a su maintenir son rang parmi les métropoles mondiales au sein de l’archipel métropolitain mondial. Elle compte ainsi parmi les plus grands pôles de commandement mondiaux, au cœur d’un pays européen qui constitue un moteur majeur de l’Europe occidentale, pôle de la Triade.

Problématique

  • Comment Londres s’impose-t-elle parmi les métropoles mondiales les plus intégrées à la mondialisation ?

Nous expliquerons dans un premier temps quels sont les fondements de la puissance de Londres dans le monde. Nous insisterons plus particulièrement sur la City, qui est une place financière de premier rang dans le monde. Nous analyserons enfin les défis que doit désormais relever Londres tant pour maintenir son statut que pour limiter les ségrégations socio-spatiales aggravées par son intégration à la mondialisation.

             

I. LONDRES, UN CENTRE D’IMPULSION MAJEUR EN EUROPE

A. Le cœur du Royaume-Uni

Londres est d’abord la capitale politique historique du pays, une monarchie parlementaire. On y trouve tant la résidence de la famille royale (Buckingham palace) que le siège du Parlement (palais de Westminster) ou la résidence du premier ministre (10 Downing street).

Sur le plan économique, Londres domine le reste du pays et grâce essentiellement à la City, en 2010, les services financiers représentent 15 % du PIB (Produit Intérieur Brut) et 21 % de l’emploi du pays. La capitale et son aire urbaine concentrent également 13,6 % de la population avec 12,4 millions d’habitants en 2016 et 22 % du PIB britannique. Londres concentre actuellement la moitié des créations d’emplois du pays.

Grâce à son aéroport international (Heathrow), Londres est une porte d’entrée nationale incontournable. Les ports à proximité de la capitale sont des stimulateurs de l’activité économique qui se répercute ensuite sur la ville, toute proche. Le réseau de communication est également très important et très bien desservi au niveau de la capitale et de ses alentours, facilitant les échanges et donc la richesse de cette région qui est d’ailleurs reliée au continent par la LGV (achevée en 2007) et passant sous la Manche.

B. Une aire de puissance majeure en Europe

Londres s’impose comme la plus grande ville financière européenne. Elle concentre 40 % des échanges en euros, soit plus que toute la zone euro réunie. Londres est également la première ville européenne (et mondiale) pour l’influence culturelle devant Paris selon le classement de l’institut des stratégies urbaines de Tokyo en 2012.

La ville est également le plus gros Hub (porte d’entrée) européen grâce au poids de son aéroport qui a accueilli presque 70 millions de passagers en 2011. Le trafic portuaire en fait également dans une moindre mesure une porte d’entrée des marchandises en Europe qui peuvent ensuite être acheminées au besoin sur le continent par le tunnel sous la Manche.

II. LONDRES, UNE VILLE MONDIALE

A. Un centre d’impulsion économique

Si l'Angleterre est la première puissance mondiale, celle-ci s'exerce par l'intermédiaire unique de Londres qui concentre les principaux services financiers et la plus importante bourse européenne, le London Stock exchange. Celle-ci constitue la première place européenne pour les transactions financières et pour les échanges en euros (40 % des échanges) malgré le fait que le pays ait conservé la livre sterling.

Aujourd’hui 14 grandes entreprises anglaises classées parmi les 500 plus grandes firmes mondiales siègent à Londres. Les quartiers de Londres concentrent également un grand nombre de services financiers, juridiques, de conseil et de gestion. L’économie créative (nouvelles technologies, technologies de l’information, médias etc.) et les centres d’administration (pouvoir politique) sont également très proches, ce qui facilite les relations entre les différents acteurs (culturels, économiques, politiques).

 

ec8903ff-961b-4369-a81e-a78d9bd3342a_w1190h505

La City est depuis longtemps le centre du pouvoir économique de Londres. La puissance financière de Londres repose d’abord sur ce quartier d’affaires qui reste la première place financière du monde en 2018. Plus de 400 000 personnes y travaillent, au sein de plus de 20 000 entreprises, qui produisent plus de 10% du PIB britannique.

Mais dans les années 1980, la forte affluence d’investisseurs et d’entreprises étrangères contraint la municipalité de Londres à créer deux autres quartiers dynamiques d’affaires qui sont Mayfair (à l’ouest) et Canary Wharf (à l’Est). Mayfair est essentiellement un quartier de boutiques de luxe, où se concentrent les plus grandes enseignes internationales. Canary Wharf est un pôle financier où travaillent plus de 100 000 personnes, en grande partie dans les bureaux de banques internationales, construits à la place des anciens docks portuaires.

B. Un centre d’impulsion culturel

Londres est une ville cosmopolite où 1 Londonien sur 4 n’est pas né au Royaume-Uni et plus de 300 langues sont parlées. Une forte population est notamment issue de pays qui étaient autrefois des colonies britanniques (Inde, Pakistan, Afrique subsaharienne, Caraïbes). Les entreprises londoniennes bénéficient ainsi d’une main d’œuvre internationale, anglophone, le plus souvent hautement qualifiée, qui pérennise l’ouverture sur le monde de la métropole.

Londres s’avère en outre l’une des métropoles les plus touristiques du monde, en particulier grâce à la richesse de son patrimoine historique (quartier de Westminster avec son palais et son abbaye ;  Tour de Londres, forteresse construite au XIème siècle qui servait de résidence royale et qui accueille plus de 2 millions de visiteurs par an), à la renommée de ses musées (British Museum), de ses théâtres mais aussi pour ses rues commerçantes (Oxford street est la plus célèbre pour les adeptes du shopping).

 

III. LONDRES, UNE VILLE CONFRONTÉE À DE MULTIPLES DÉFIS AMPLIFIÉS PAR LA MONDIALISATION

A. Des inégalités socio-spatiales qui se creusent

 À l’échelle du territoire national, si le Sud du pays bénéficie d’un développement important de par sa proximité avec la capitale, le nord, l’ouest et le centre du pays, plus pauvres et toujours en reconversion, sont plus ou moins délaissés par la dynamique actuelle, entraînant un accroissement des inégalités entre les régions anglaises. Les autorités tentent de corriger ce problème en reliant la capitale et le nord du pays avec des LGV (lignes à grande vitesse) mais celles-ci sont encore en projet et les premières ne devraient être achevées qu’en 2026.

Au sein de l’aire urbaine, les contraste sont très importants entre les différents quartiers (les plus pauvres étant souvent relégués en périphérie, tandis que le centre bénéficie du phénomène de gentrification), de même parfois qu’à l’intérieur de certains quartiers. On évalue à plus de 2 millions le nombre de Londoniens qui vivent sous le seuil de pauvreté.

DÉFINITION : Gentrification. Phénomène d’embourgeoisement d’un quartier, où s’installent de nouveaux habitants aisés dans des bâtiments neufs ou rénovés, au détriment de populations plus modestes, qui sont délogées.

B. Les incertitudes liées au Brexit

 En 2016, les Britanniques ont voté la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne à partir de 2019. L’une des principales craintes pour Londres, dont les habitants ont voté en faveur du maintien de leur pays au sein de l’Union européenne, est de ne plus bénéficier des facilités accordées à la circulation des marchandises, des capitaux et des personnes entre la capitale britannique et les autres métropoles européennes. Par ailleurs, le résultat du référendum de 2016 a rapidement perturbé les places financières, ce qui peut freiner les échanges sur lesquels Londres fonde son statut de centre d’impulsion.

Pour autant, le cosmopolitisme de la ville ne semble pas remis en question, et la baisse de la valeur de la Livre Sterling semble avoir profité à Londres, puisque davantage de touristes y ont séjourné (le coût d’un voyage au Royaume-Uni est en effet devenu moins élevé). Les investissements au sein de la City ne semblent par ailleurs pas freinés à ce jour. Les incertitudes demeurent pour autant tant pour la métropole que pour l’ensemble du Royaume-Uni, certains voyant par exemple le Brexit comme l’occasion pour le quartier des affaires de La Défense à Paris, concurrent de la City, d’attirer de nouveaux investissements étrangers désireux de rester au sein de l’Union européenne.

Conclusion

La mondialisation s’opère donc sous la domination d’un groupe restreint de pays, de mégalopole, et de métropoles, parmi lesquelles Londres, qui révèle les atouts des territoires de l’Europe occidentale, l’un des pôles de la Triade.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Citer des exemples précis de territoires : Les quartiers historiques, les quartiers d’affaires.
  • Aborder les atouts de Londres comme métropole mondiale et ses effets territoriaux en variant les échelles : le poids de la métropole à l’échelle non seulement mondiale mais aussi régionale et plus locale, les effets de ses transformations au sein même de l’agglomération.

POUR ALLER PLUS LOIN…

Des ouvrages sont proposés dans les programmes officiels. Parmi ceux-ci, nous pouvons retenir celui de La Documentation photographique, qui propose de nombreux exemples précis et illustrés :

  • Bretagnolle, R. Le Goix, C. Vacchiani-Marcuzzo, « Métropoles et mondialisation », La Documentation photographique n°8082, 2011.
  • Un autre ouvrage plus récent évoque l’ensemble des métropoles mondiales :
  • « Les villes mondiales », Questions internationales, La Documentation française, N° 60, mars-avril 2013.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?