Les français dans le monde, de nouvelles mobilités - Histoire Géographie - BAC STMG

Les français dans le monde, de nouvelles mobilités - Histoire Géographie - BAC STMG

Découvrez ce cours gratuit de géographie consacré aux français dans le monde. Ce cours rédigé par un professeur d'histoire-géographie est au programme de terminale STMG.

Nous aborderons ici les mobilités des français qui vivent à l'étranger, leur répartition géographique,et le sliens qu'ils entretiennent avec la France.

Consultez et téléchargez gratuitement ce cours de géographie pour Terminale STMG. Retrouve en bas de cette leçon les autres cours disponibles pour réviser ton programme de Terminale.

Document rédigé par un prof Les français dans le monde, de nouvelles mobilités - Histoire Géographie - BAC STMG

Le contenu du document

 

Cette fiche est consacrée à la seconde des deux questions au choix du thème 3 du programme de géographie. Le programme officiel précise que le professeur doit analyser les mobilités des Français qui vivent à l’étranger, leur répartition géographique ainsi que les liens qu’ils entretiennent avec la France, dans un espace mondialisé.

 

PRÉREQUIS

Avant d’aborder ce cours, il faut se rappeler d’une part que si la mondialisation se définit par des échanges de marchandises, de capitaux, d'informations, elle se caractérise également par des flux de population à l'échelle mondiale, qui se multiplient. Parmi ces flux, on distingue notamment les échanges Nord/Nord et Nord/Sud (relire la fiche sur les migrations internationales), qui concernent particulièrement les Français partis vivre à l’étranger.

OBJECTIFS

  • Après la lecture de cette fiche, vous devez avoir renforcé votre connaissance des notions suivantes : francophonie, géostratégie, puissance, zone économique exclusive.
  • Vous devez pouvoir nommer, situer et caractériser les principaux territoires ultramarins français, les principaux centres d’impulsion de la mondialisation, les territoires émergents.
  • Cette fiche permettra en outre de renforcer vos connaissances sur les mobilités internationales.

Introduction

Le nombre d’inscrits au registre des Français résidant à l’étranger, tenu par les consulats, s’élève à 1 821 519 en 2017. Tous les Français ne s’inscrivant pas à ce registre, on estime leur nombre total entre 2 et 2,5 millions, dont près de la moitié vivent en Europe et le tiers a moins de 25 ans.

Cette communauté française à l’étranger qui a doublé depuis 20 ans garde des relations, familiales ou professionnelles, étroites avec la France et renforce le rayonnement de la France à l’international.

Problématique

  • Comment la mobilité des Français vers l’étranger traduit-elle l’intégration de la France à la mondialisation et son rayonnement économique, culturel, diplomatique et militaire ?

I. LA RÉPARTITION DES EXPATRIÉS FRANÇAIS

8ec9ed7b-03a5-4406-b7e5-6b6f26d4df9f

A.  La répartition régionale des expatriés français traduit les dynamismes de la mondialisation

DÉFINITION : Expatrié. Une personne résidant dans un autre pays que son pays d’origine, souvent pour des motifs professionnels et pour une durée limitée.

Il n’existe pas une seule zone géographique où les Français vivant à l’étranger ne soient pas présents. Toutefois, on remarque des zones où le nombre de ceux-ci est plus important.

  • Europe (UE et hors UE) : 49%
  • Amériques : 20 %
  • Afrique du Nord - Moyen-Orient : 14%
  • Asie - Océanie : 8%
  • Afrique - Océan indien : 8%

Les 5 premiers pays d’accueil de la communauté inscrite au registre sont la Suisse, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Belgique et l’Allemagne.

L’Europe est la zone géographique où le nombre d’expatriés français est le plus élevé avec 673 316 personnes installées dans un pays de l’Union européenne et 225 958 dans un pays européen hors UE (en 2017), les pays comptant le plus d’expatriés étant les pays limitrophes de la France comme l’Angleterre, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse ou encore l’Allemagne.

L’Amérique du Nord est le deuxième foyer de peuplement de Français avec 267 666 personnes en 2017, principalement au Canada et aux États-Unis. S’en suit le Proche et le Moyen-Orient avec 143 313 personnes. On remarquera également que l’Asie-Océanie et l’Afrique francophone pèsent lourd dans le total des expatriés avec respectivement 144 919 et 125 934 personnes.

En Europe comme en Amérique, les métropoles mondiales sont des destinations privilégiées par les Français (lire la fiche sur les centres d’impulsion de la mondialisation). Certaines villes comme Montréal ou Londres connaissent un boum spectaculaire du nombre de Français ces dernières années. 

Ainsi, environ 350 000 Français vivraient à Londres, ce qui fait des Français la plus importante minorité de la capitale britannique. Le quartier de South Kensington concentre beaucoup de commerces, restaurants ou de bâtiments liés à la France (cinéma français, consulat de France, lycée français, bibliothèque en français etc.) à tel point qu’il est appelé la « Froggy Valley » (la vallée des grenouilles). Les raisons de cet attrait français pour Londres sont diverses : la ville permet de combiner la proximité géographique avec la France et divers atouts comme un marché de l’emploi dynamique dans le domaine financier et bancaire, l’opportunité d’apprendre la langue anglaise etc.

Si l’on dénombre près de 40 000 Français supplémentaires ayant quitté la France entre 2016 et 2017, le choix de leur destination traduit une évolution différenciée. Les régions qui ont connu la plus forte arrivée de Français sont les pays européens hors de l’UE, en particulier la Suisse, l’Amérique du Nord et l’Afrique du Nord. La croissance est plus modérée dans les pays de l’Union Européenne, du Proche-Orient ou de l’Asie-Océanie. Les pays de l’Afrique, hormis ceux du Maghreb, constatent une diminution du nombre de Français installés sur leurs territoires.

 

B.   La composition de la communauté française vivant à l’étranger connaît quelques mutations

La répartition des Français inscrits par genre est stable. Les femmes représentent 50,1% de la communauté française à l’étranger. Elles sont plus nombreuses dans les pays de l’Union européenne (54%) qu’en Asie (42%).

La structure par âge traduit l’importance des étudiants (34% des Français inscrits sur les registres ont moins de 25 ans) et des actifs (51%). On peut toutefois noter la tendance à la hausse des départs des retraités. On recense aujourd’hui environ 1 retraité sur 10 vivant à l’étranger. Les principaux pays d’accueil sont les pays qui sont d’anciennes colonies, ou ceux voisins de la France : l’Algérie tout d’abord, puis l’Espagne, le Portugal et l’Italie. La moitié des 1.3 millions de retraités qui ont quitté la France réside en Europe.

II. LES FACTEURS DE MOBILITÉ SONT MULTIPLES

 

Plusieurs facteurs se combinent pour comprendre tant la géographie des pays d’accueil que les motivations de ceux qui quittent la France.

A. La mobilité des Français est fortement liée au rayonnement mondial de la France et aux flux qui lient la France aux centres d’impulsion de la mondialisation

La densité des flux économiques entre la France et ses pays partenaires réapparaît dans la mobilité des Français : les principaux pays d’accueil sont en grande majorité les pays avec lesquels la France réalise le plus d’échanges. 

Ceci car la plupart des expatriés quittent la France pour des raisons professionnelles : les centres d’impulsions majeurs et les pays émergents sont donc les plus attractifs pour donner une nouvelle dimension à une carrière. La mondialisation du réseau des FTN entraîne par exemple un déploiement des salariés à l’échelle mondiale.

La raison professionnelle est ainsi la plus invoquée avec plus de 50 % des réponses selon une enquête menée par les pouvoirs publics. Les entreprises privées sont les acteurs qui emploient le plus de personnes avec plus de 75 % des expatriés, le reste étant employé dans la fonction publique (des professeurs qui rejoignent des établissements scolaires à l’étranger par exemple). 

On remarquera que le niveau d’études de ces travailleurs de l’étranger est élevé car 74 % d’entre eux ont une licence (Bac +3) ou plus contre 11 % en France métropolitaine. Le marché de l’emploi français, en crise, provoque donc le départ de nombreux travailleurs qualifiés qui cherchent un emploi dans les pays voisins (principalement en Allemagne ou au Royaume-Uni) ou même aux États-Unis ou dans les pays émergents.

Enfin, 6% des expatriés sont des étudiants effectuant une partie de leur cursus à l’étranger, 5,4 % sont des retraités et 1,3 % sont des personnes travaillant dans des associations humanitaires.

 

B. La mobilité des Français peut aussi être liée à des raisons personnelles

Près d’un tiers des Français qui résident à l’étranger ont des motivations familiales ou personnelles. Ce type de mobilité est souvent facilitée par la double nationalité que possèdent 45 % des expatriés, ce qui leur permet de pouvoir aller voir leur famille et de demeurer auprès d’eux autant qu’ils le souhaitent.

Les retraités qui s’expatrient sont donc nombreux à vouloir regagner leur pays d'origine. D’autres recherchent un cadre de vie agréable ou espèrent compenser la perte de leur pouvoir d'achat en investissant dans un pays où le coût de la vie et en particulier de l’immobilier, est moindre.

III. DES LIENS ÉTROITS MAIS COMPLEXES AVEC LA FRANCE ENTRETENUS PAR LES FRANÇAIS EXPATRIÉS

A. Le difficile rapport politique des expatriés avec la métropole

Les Français de l’étranger bénéficient en tant que citoyens français des mêmes droits que leurs compatriotes restés en métropole. Ils peuvent donc participer à toutes les élections locales (municipales, départementales et régionales) en votant par procuration sur les listes électorales en France. Les Français qui se sont inscrits sur les listes consulaires peuvent également voter aux élections sénatoriales, présidentielles ou législatives en se rendant dans le consulat ou l’ambassade la plus proche de leur domicile à l’étranger.

Depuis 2012, dans le cadre des élections législatives, 11 députés élus dans les circonscriptions des Français de l’étranger permettent de mieux représenter les 1 821 519 Français officiellement répertoriés dans le monde. Une assemblée de 155 conseillers renouvelables par moitié tous les trois ans est également élue par ces expatriés ; celle-ci éliera ensuite 12 sénateurs.

Pourtant, la participation à ces diverses élections est faible comme le montre par exemple les taux de participation de 56 % et 46% aux premier puis second tours de l’élection présidentielle de 2017. Cette forte abstention s’explique par l’éloignement de la métropole, mais surtout par le désintéressement vis-à-vis des affaires politiques françaises et ce malgré la désignation de députés représentant les intérêts des français de l’étranger. On peut également l’expliquer par l’absence d’inscription sur les listes consulaires (celle-ci n’étant pas obligatoire) qui ne permet donc pas aux Français de voter à l’étranger.

Pour autant, ces Français expatriés jouent un rôle géopolitique de premier plan, contribuant à l’influence de la France dans le monde. C’est la raison pour laquelle le président de la République ou les membres du gouvernement organisent souvent une rencontre avec eux lorsqu’ils se rendent dans un pays étranger qui accueillent des expatriés.

B. Des rapports économiques et culturels fructueux avec la métropole

Les Français résidant à l’étranger permettent le rayonnement de la France à l’international. En effet, ceux-ci, de par leur simple présence, répandent la culture et la langue françaises autour d’eux et un important foyer de peuplement français à l’étranger rend possible l’apparition d’activités culturelles diverses encouragées par les pouvoirs publics de la métropole. 

Ainsi, la fête de la musique ou encore la fête nationale sont fêtées chaque année dans les zones comptant beaucoup de Français, ce qui permet de promouvoir la culture et la langue françaises mais aussi les valeurs de la République.

Concernant les rapports économiques avec la France, de nombreux expatriés travaillent dans des entreprises françaises établies à l’étranger et sont donc en étroit contact avec la métropole et participent ainsi au développement de l’économie française dans le monde.

Conclusion

Les Français expatriés à l’étranger accentuent l’intégration de la France dans la mondialisation. Les Français de l’étrangers représentent moins de 4% de la population nationale, mais leurs effectifs augmentent régulièrement.

Leur éloignement est un enjeu politique pour les dirigeants du pays, soucieux de conserver chez ces citoyens le sentiment d’appartenance nationale, d’autant que les Français expatriés contribuent au rayonnement économique et culturel du pays.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Utiliser un vocabulaire précis.
  • Bien distinguer la géographie des mobilités et la composition de la communauté française vivant à l’étranger des facteurs de mobilité de ces Français.
  • Localiser les principaux pays d’accueil des Français expatriés.

POUR ALLER PLUS LOIN …

Des ouvrages sont proposés dans les programmes officiels. Parmi ceux-ci, nous pouvons retenir :

  • Foucher Michel, Atlas de l’influence française à l’étranger au XXIème siècle, Robert Lafont - Institut français, 2013

Chaque année est publié un rapport du Gouvernement sur la situation des Français établis hors de France, disponible en ligne sur le site de l’Assemblée des Français de l’étranger : http://www.assemblee-afe.fr/

LES COURS DU PROGRAMME DE GÉOGRAPHIE TERMINALE STMG

 

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?