Les espoirs d'un ordre mondial au lendemain des conflits : de la SDN à l'ONU - Histoire Géographie - Première STMG

Les espoirs d'un ordre mondial au lendemain des conflits : de la SDN à l'ONU - Histoire Géographie - Première STMG

Voici un cours d'Histoire Géographie niveau Première STMG, rédigé par notre professeur, consacré au chapitre "Les espoirs d'un ordre mondial au lendemain des conflits : De la SDN à l'ONU".

Vous verrez tout d'abord que la SDN (Société des Nations) était une organisation avec peu de moyens, notamment à cause de l'abscence des Etats-Unis, et vous verrez pourquoi la SDN a fait faillite, malgré l'entrée de l'Allemagne en 1926. Notre professeur vous explique alors le passage de la SDN à l'ONU, ses objectifs et ses missions. Enfin, vous verrez que l'ONU naît presqu'en même temps que la guerre froide, ce qui est évidemment un contexte international défavorable au développement de l'ONU.

Téléchargez gratuitement ce cours d'Histoire Géographie ci-dessous intitulé "Les espoirs d'un ordre mondial au lendemain des conflits : de la SDN à l'ONU".

Les espoirs d'un ordre mondial au lendemain des conflits : de la SDN à l'ONU - Histoire Géographie - Première STMG

Le contenu du document

 

INTRODUCTION

La société des Nations (SDN) créée et basée à Genève, semble répondre à l’idéal wilsonien - du président américain Wodroow Wilson. Ce dernier avait en effet présenté en un programme de 14 points, la façon dont il voyait la nouvelle diplomatie internationale, mise en place afin d’éviter tout nouveau conflit. La Première Guerre mondiale avait tout de même fait 10 millions de morts !

 

Le président Wilson propose à la colombe de la paix, un programme un peu lourd…

 

 

UNE ORGANISATION AVEC PEU DE MOYENS

UN ABSENT DE TAILLE : LES ÉTATS-UNIS

Inscrite dans le traité de Versailles, la SDN est d’abord celle des vainqueurs et comprend au départ une quarantaine de membres qui vont admettre progressivement de nouveaux États. Cependant, le président Wilson de retour dans son pays en 1919, après une tournée triomphale en Europe, ne parvient pas à faire signer le texte d’adhésion par le Congrès américain. Non  seulement, la SDN ne comprend au départ que des États vainqueurs – ce qui est un peu paradoxal pour une organisation qui prétend promouvoir la paix à l’échelle mondiale, mais elle n’inclut pas les États-Unis, inspirateur de sa création (les 14 points de Wilson) qui sont alors déjà sur quasiment tous le plans la première puissance mondiale.

 

« L’ESPRIT DE GENEVE »

Durant les années 1920, la SDN fait illusion. Les États membres se réunissent une fois par an pour défendre la paix mais parallèlement, les accords bilatéraux qui protègent l’intérêt de quelques États se multiplient. L’enthousiasme de certaines figures comme le ministre français des affaires étrangères à promouvoir a paix : Aristide Briand est surnommé à l’époque : «  le pèlerin de la paix » ; masque mal les faiblesses d’une organisation dont l’impuissance va éclater au grand jour.

 

ARISTIDE BRIAND FAIT LA UNE DE TIME EN 1927

Aristide Briand fait la une du TIME en 1927 - Cours Histoire Géographie Première STMG

 

LA FAILLITE DE LA SDN

Malgré l’entrée de l’Allemagne au sein de la SDN, en 1926, qui peut apparaître comme une grande victoire diplomatique ; l’organisation se révèle vite inefficace ce face aux coups de force successifs des dictatures. Elle ne peut empêcher l’annexion de la Mandchourie chinoise en 1931 par le Japon. En 1935, ce belliqueux pays dirigé par un gouvernement militaire, décide quitter l’organisation, aussitôt suivie par l’Allemagne nazie. Les dictatures fascistes ne font plus mystère de leur volonté de conquêtes territoriales. En octobre 1935, l’Italie mussolinienne envahit l’Ethiopie et est timidement condamnée par des sanctions économiques... Depuis 1935, l’Allemagne nazie remilitarise toute la société allemande en rendant obligatoire le service militaire, bafouant une clause de plus du traité de Versailles. Cette même année elle claque la porte de la SDN. La société des Nations ne peut assister qu’impuissante à l’invasion de la Pologne le 1er septembre 1939 : c’est le début de le Seconde Guerre mondiale.

 

SORTIR DE LA GUERRE ET PREPARER LA PAIX AVEC L’ONU

FIN DE LA SDN ET DEBUT DE L’ONU

Paradoxalement, la SDN ne disparaît pas avec l’éclatement de la guerre. Elle se préoccupe notamment de missions sanitaires et particulièrement des millions de réfugiés qu’il faut soigner, transporter… Elle cesse définitivement toutes ses activités pour céder place à l’ONU : Organisation des Nations unies en 1946.

  • En février 1945, à Yalta sur les bords de la Mer Noire, Staline, Roosevelt et Churchill réfléchissent au rétablissement de la démocratie en Europe. Une assemblée des Nations Unies est programmée pour les mois à venir.
  • Réunie à San Francisco le 26 avril 1945, l’assemblée composée de 51 États rédigent la charte fondatrice de l’Organisation des Nations Unies, elle est ratifiée officiellement le 26 juin 1945. Son siège est établi à New York.

 

OBJECTIFS ET MISSIONS

  • L’ONU doit « préserver les générations futures du fléau de la guerre », donc assurer la paix et la sécurité dans le monde. Elle remplace la SdN mais va plus loin grâce à ses organismes spécialisés. (voir schéma avec unicef, unesco…)
  • La défense des droits de l’homme est proclamée dans la charte. L’ONU veut réaliser aussi une coopération internationale dans les domaines économiques, sociaux et intellectuels dans le respect des libertés de tous.

 

Elle se positionne nettement contre la colonisation. 

Principaux organismes des Nations-Unis en 2016 - Cours Histoire Géographie Première STMG

 

UN CONTEXTE  INTERNATIONAL DEFAVORABLE AU DEVELOPPEMENT DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES

L’ONU NAIT PRESQU’EN MEME TEMPS QUE LA GUERRE FROIDE

 

  • La Guerre froide est un conflit idéologique qui oppose deux modèles. Le camp américain défend la démocratie libérale (élections libres, séparation des pouvoirs…) et le capitalisme (libre concurrence et propriété privée). Le camp soviétique impose le communisme au nom d’une société égalitaire mais c’est en réalité un régime de dictatures avec culte du chef et répression des opposants, l’économie est étroitement contrôlée : pas de propriété privée.
  • La sortie du conflit s’accompagne de guerres civiles dans de nombreux pays où s’opposent les communistes et leurs adversaires : en Grèce, en Chine, en Pologne les communistes accèdent au pouvoir en 1947 à l’issue d’élections truquées. L’ONU à peine créée ne peut rien entreprendre d’efficace. Elle se dote progressivement en 1946 des règlements permettant le fonctionnement de ses institutions. Le 24 janvier 1946 elle adopte  une première résolution consacrée à l’utilisation pacifique de l’énergie atomique.

 

 

UNE ONU IMPUISSANTE ?

 

  • La création des casques bleus en 1956 dote  l’ONU d’une force d’interposition armée. Elle est constituée de soldats envoyés par les pays membres. C’est le Conseil de sécurité qui décide ou non leur envoi. Les membres permanents de ce conseil : la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie,  disposent d’un droit de veto qui peut bloquer toute décision. Or, dans le contexte de la Guerre froide, les deux Grands notamment ne se privent pas d’utiliser cette arme diplomatique.

 

 

  • Depuis 1949 l’URSS possède elle aussi l’arme atomique, les deux Grands ne peuvent plus risquer directement un affrontement militaire. Ils utilisent la propagande pour défendre leur modèle, l’espionnage pour percer les secrets ennemis. La science (conquête spatiale) et le sport servent à démontrer au monde leur supériorité.

 

Ces moyens indirects n’empêchent pas de graves crises  où L’ONU se révèle impuissante pour empêcher ou régler les plus graves crises de la Guerre froide : Guerre de Corée de 1950 à 1953, la crise des missiles à Cuba en 1962. Le monde est au bord d’une guerre atomique avant  que les deux Grands ne trouvent  un  accord sans que l’ONU n’ait joué le moindre rôle. Elle recentre ses actions sur les aspects sociaux, économiques éducatifs et sanitaires.

 

CONCLUSION

A deux reprises successives, des États ont tenté de mettre en place une gouvernance mondiale, d’abord pour promouvoir et protéger la paix. Malgré la faillite de la SDN et l’impuissance patente de l’ONU à éviter certains conflits, voire y mettre un terme,  ont permis cependant grâce notamment à leurs organes subsidiaires de faire qu’à l’échelle mondiale que les inégalités sanitaires et éducatives, que les guerres, soient moins  fréquentes sans pouvoir cependant y mettre un terme.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?