Le Moyen Orient et le pétrole - Histoire Géographie - Bac STMG

Le Moyen Orient et le pétrole - Histoire Géographie - Bac STMG

Retrouve sur digiSchool ce cours d'histoire Terminale STMG sur Le Moyen-Orient et le pétrole.

Cette fiche est consacrée à la seconde question au choix du thème 1 du programme d’histoire. Le programme officiel précise que le professeur doit étudier l’évolution de l’importance du pétrole dans les relations internationales depuis 1945 et les enjeux stratégiques actuels liés au pétrole au Moyen-Orient.

digiSchool t'accompagne toute l'année dans tes révisions ! Retrouve aussi en bas de la leçon toutes les autres fiches du programme d'histoire pour le bac stmg.

Le Moyen Orient et le pétrole - Histoire Géographie - Bac  STMG

Le contenu du document

PRÉREQUIS

Avant d’aborder ce cours, il faut se rappeler les grandes phases de l’évolution des relations internationales depuis l’année 1945, marquée par la fin de la Seconde Guerre mondiale, puis la bipolarisation du monde pendant la guerre froide, qui se termine qu’en 1991 avec l’effondrement du bloc communiste. Suit une période de domination hégémonique des États-Unis, puis, au XXIème siècle une multipolarisation du monde, caractérisée par l’affirmation de nouvelles aires de puissance, avec non seulement l’Union européenne et le Japon mais aussi les pays émergents.

OBJECTIFS

Après la lecture de cette fiche, vous devez renforcer votre connaissance des notions suivantes : guerre froide, monde bipolaire/monde multipolaire, terrorisme, nationalités.            Vous devez pouvoir situer et caractériser les principaux pays producteurs de pétrole dans le monde, puis caractériser les enjeux que représentent leurs territoires, d’abord dans le contexte de guerre froide, dont vous maîtriserez les principaux repères chronologiques, puis pour la période qui suit la fin de la guerre froide, marquée par l’affirmation croissante des États du Moyen-Orient.        

Introduction

La découverte progressive des très importantes ressources pétrolières du Moyen-Orient à partir du début du XXème siècle et les évolutions technologiques dépendantes du pétrole permettent à la région de très vite apparaître comme une zone stratégique primordiale pour les grandes puissances.

Les premiers gisements de pétrole sont découverts dans la région au début du XXème siècle. Les Européens s’investissent dans l’exploitation de cette ressource par le biais de la Turkish Petroleum Company dès 1912. Les premiers gisements exploitables sont découverts dans la région de Mossoul en 1927. 

Le premier oléoduc est alors construit vers les ports de la Méditerranée pour acheminer le pétrole jusqu’à l’Europe et l’Amérique. Des gisements sont également découverts près des côtes iraniennes dans le Golfe Persique, mais surtout en Arabie Saoudite où des compagnies américaines s’attèlent à l’exploitation de ces ressources. Le pétrole du Moyen-Orient révèle très vite ses atouts qui le destinent à l’exportation : facilité d’extraction, bonne qualité et abondance.

Le développement de l’automobile et du transport maritime qui s’accentue après la Seconde Guerre mondiale dans ce qu’on a appelé « la civilisation de l’automobile » nécessite de plus en plus de pétrole et consacre le rôle énergétique majeur du Moyen-Orient. Ainsi, dans les pays industrialisés, 54% du pétrole importé est utilisé pour les transports.

Les États du Moyen Orient sont dès lors au cœur des relations internationales, dans lesquelles ils représentent des enjeux non seulement économiques et financiers mais aussi politiques et militaires, car les convoitises pour « l’or noir » provoquent de nombreuses crises et conflits. 

Ces enjeux divisent non seulement les pays de la région mais aussi des puissances extérieures, dont l’interventionnisme qui confirme leur volonté de contrôler les ressources de la région est progressivement limité par les pays producteurs qui ont pris conscience que leurs ressources pétrolières constituent non seulement un atout économique majeur mais aussi une arme politique.

 

Problématique

  • Pourquoi les pays producteurs de pétrole du Moyen Orient sont-ils des territoires placés au cœur des relations internationales depuis 1945 ?

Nous étudierons d’abord l’importance du Moyen-Orient pendant la guerre froide, puis nous analyserons la place des pays producteurs de pétrole de la région dans les relations internationales depuis les années 1990 jusqu’au début du XXIème siècle.

I. LE PÉTROLE DU MOYEN-ORIENT, UN ENJEU MAJEUR DE LA GUERRE FROIDE

A. Les pays du Moyen-Orient renforcent peu à peu leurs pouvoirs

Durant les années 1950 et même 1960, de grandes compagnies, essentiellement anglaises et américaines, dominent le marché pétrolier mondial et en contrôlent la production. Ces 7 entreprises (5 américaines et 2 anglaises) sont appelées les Majors

Elles peuvent s’appuyer sur la présence de bases américaines, sur les Britanniques qui possèdent encore des protectorats dans la région et sur des gouvernements mis en place aux indépendances qui sont le plus souvent proches des Occidentaux, comme la monarchie irakienne ou encore l’Iran du Shah.

Néanmoins, la donne change à partir des années 1960. Les premiers gouvernements des pays arabes issus des indépendances sont renversés par des leaders se réclamant le plus souvent du nationalisme et du panarabisme, comme le démontre l’arrivée du parti Baas au pouvoir en Irak en 1958, de même qu’en Syrie en 1963. 

Ces nouvelles élites, à l’image de l’Égypte de Nasser, mettent en place un socialisme arabe qui tente de défendre un non-alignement vis-à-vis des deux blocs ; cela induit donc une prise de distance avec les anciennes puissances coloniales. Par ailleurs, les derniers pays de la région encore colonisés accèdent à l’indépendance tels que le Koweït en 1961, le Yémen en 1967, Oman en 1970 ou encore le Qatar, Bahreïn et les Émirats Arabes Unis en 1971, y supprimant ainsi les derniers point d’appui britanniques.

Les monarchies conservatrices du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar, Émirats Arabes Unis …), de même que les pays arabes progressistes (Syrie, Égypte, Irak …) tentent alors de prendre le contrôle de leurs richesses naturelles au premier rang desquelles figure le pétrole. 

En 1960, l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) est créée. Elle regroupe progressivement les pays producteurs de pétrole au Moyen Orient plus le Venezuela. A la fin des années 1960, ces pays nationalisent les entreprises pétrolières étrangères présentes sur leur sol et, grâce à l’OPEP, mettent en place des mesures (quotas) leur permettant de contrôler l’offre sur le marché mondial et donc de faire monter les prix en ajustant la production à la demande mondiale.

Au début des années 1970, les importations de pétrole augmentent fortement, notamment de la part des États-Unis qui préfèrent s’approvisionner à bas prix au Moyen-Orient, plutôt que d’exploiter leurs propres réserves.

12c875a0-be47-4430-a88b-d476e585e1de

Mais les années 1970 sont marquées par deux chocs pétroliers (1973 et 1979) qui entraînent une forte hausse du prix du baril de pétrole. Lors de la guerre de Kippour (octobre 1973) entre Israël et ses voisins arabes, les pays arabes utilisent le pétrole comme arme politique : ils décident de réduire le volume des exportations et d’imposer un embargo aux pays occidentaux, ce qui entraîne le quadruplement du prix du pétrole. 

En 1979, la crise politique qui touche l’Iran (révolution islamique) provoque le deuxième choc pétrolier et une nouvelle hausse des prix.

B. Une région touchée par de multiples conflits

La guerre froide est une période marquée par de très nombreux conflits dans le monde arabe. Le premier d’entre eux est le conflit israélo-arabe qui aboutit à 4 guerres (1948, 1956, 1967, 1973), toutes gagnées par les armées israéliennes.

Mais on peut également constater l’existence d’une « guerre froide arabe » opposant dans des pays en guerre civile (Yémen, Liban, Oman) des monarchies conservatrices arabes alliées aux Occidentaux à des régimes progressistes nationalistes (Égypte, Syrie, Irak) alliés à l’URSS. L’Égypte de Nasser intervient par exemple aux côtés des Républicains du Yémen à partir de 1962 pour servir les intérêts de l’URSS, face aux royalistes soutenus par les Occidentaux.

Ces conflits sont également doublés d’une querelle proprement interne au monde musulman, particulièrement après la révolution islamique iranienne de 1979 qui voit s’opposer un bloc chiite dirigé par l’Iran à un bloc sunnite dominé par l’Arabie Saoudite, avec en arrière-plan une lutte pour le contrôle de régions pétrolifères. La guerre Irak-Iran de 1980-1988 s’inscrit pleinement dans ce schéma conflictuel. 

Ces événements favorisent la mondialisation du commerce du pétrole : de nouvelles régions pétrolières sont valorisées, telles l’Indonésie, l’Afrique, la mer du Nord, l’URSS. Les pays industrialisés ne se fournissent plus prioritairement dans les pays du Moyen-Orient, qui ne contrôlent plus que 38 % de la production mondiale.

 Pour autant, le Moyen-Orient demeure un territoire clé du commerce du pétrole, car il dispose de réserves importantes, qui sont exploitables à des coûts inférieurs à ceux des autres régions pétrolières. L’implication des grandes puissances dans la guerre du Golfe en 1991 confirme l’importance stratégique de la région à la fin du XXème siècle.

I. LE MOYEN-ORIENT, UNE RÉGION TOUJOURS CONVOITÉE ET INSTABLE DEPUIS LA FIN DE LA GUERRE FROIDE

A. Le pétrole demeure un enjeu important des relations internationales

En 2002, les principaux pays producteurs de pétrole au Moyen-Orient étaient l’Arabie Saoudite (13% de la production mondiale), le Koweït (9 %), l’Iran (5%), l’Irak (4%) et les Émirats Arabes Unis (3%). Les pays de la région totalisent environ 34 % de la production mondiale. Surtout, les pays de la région possèdent plus de 60 % des réserves mondiales

Les États du Moyen-Orient bénéficie encore d'un potentiel de production dix fois supérieur à celui de l’Europe et quatre fois plus élevé que celui des États-Unis.

Le pétrole tend également à remplacer son principal rival, le charbon. Si l’on observe le bilan énergétique mondial :

  • En 1950, le pétrole représentait 27 % des énergies utilisées, le charbon 62 % et le gaz 10 %.
  • En 1970, le pétrole représentait 48 %, et le gaz 18 % tandis que le charbon tombait à 31 %.
  • Les prévisions pour 2020 tendent à accorder au pétrole 40 % de la part des énergies utilisées. Quant au charbon, il ne représenterait plus que 24 % et le gaz continuerait sa progression en venant à s’établir à 26 %.

Ces statistiques illustrent bien le besoin pour les grandes puissances de s’assurer le contrôle de ces zones qui recèlent une matière indispensable à leur économie et à leur développement. 

L’or noir reste donc la cause de nombreux conflits au Moyen-Orient et y entraîne toujours l’intervention de nombreux acteurs extérieurs, qui défendent chacun leurs propres intérêts, tant économiques que géopolitiques, dans un contexte de raréfaction de la ressource qui amplifie les convoitises, tandis que l’argent du pétrole permet une forte augmentation du niveau de vie dans les pays producteurs et particulièrement dans les monarchies du Golfe, où les régimes autoritaires assurent leur pérennité.

B. Une région marquée par l’influence des États-Unis

La fin de la guerre froide à partir de 1989 voit l’apparition d’un monde unipolaire dominé par la superpuissance américaine, qui s’affirme comme le vainqueur de la guerre froide et revendique la naissance d’un « nouvel ordre mondial ». 

Le premier conflit de cette période est la première guerre du Golfe qui voit s’opposer en 1990-1991 une coalition arabo-occidentale menée par les États-Unis avec le soutien de l’ONU à l’Irak qui a envahi le Koweït. Le but est double pour les Américains : s’affirmer comme puissance incontestée sur la scène mondiale et empêcher que l’Irak ne mette la main sur près de 9 % des réserves mondiales de pétrole.

Toutefois, cette domination sans égal des Américains dans le monde et dans la région est de courte durée. Avec les attentats du World Trade Center de 2001 et le déclenchement de la « guerre contre le terrorisme » par le président Bush, les Américains s’investissent de plus en plus dans la région. 

Après avoir renversé le régime des Talibans en Afghanistan en 2001, ils s’en prennent à l’Irak qu’ils envahissent en 2003, plongeant le pays dans le chaos. Les « printemps arabes » des années 2011-2012 entraînent de nombreux remous au Moyen-Orient et une guerre civile se déclenche en Syrie. 

Les Américains et les Occidentaux décident de soutenir les rebelles contre le président Bachar-El-Assad, affaiblissant ainsi le gouvernement central et renforçant les groupes djihadistes, permettant l’avènement d’un « État Islamique » dans les régions échappant au pouvoir central des gouvernements de Bagdad et de Damas.

Le pétrole joue également un rôle déterminant dans ces conflits en constituant le nerf de la guerre car il donne les moyens aux belligérants de poursuivre leurs opérations militaires.  La région étant considérée comme primordiale pour les intérêts et la sécurité des Etats-Unis, ceux-ci y déploient des moyens importants pour y limiter ou y éliminer les éventuelles menaces.

Le budget de défense américain étant plus important que celui de tous les autres pays de la planète additionnés, les forces armées américaines ont les moyens de leurs ambitions. Deux flottes américaines assurent la sécurité des routes du pétrole, particulièrement dans le Golfe Persique, dans la Mer Rouge et à proximité d’États faibles qui ne parviennent pas à maintenir l’ordre et la sécurité dans leurs eaux territoriales. 

Ces menaces sont particulièrement présentes au large des côtes du Yémen et de la Somalie où les marines américaines et occidentales luttent contre des pirates qui y perturbent le trafic maritime.

On observe depuis la crise économique de 2008 un relatif essoufflement de la puissance américaine qui souffre d’un déficit budgétaire de plus en plus abyssal qui commence à limiter ses moyens à l’international et qui l’incite à diminuer ses interventions extérieures, comme l’illustrent le retrait américain d’Irak en décembre 2011 ou encore celui d’Afghanistan en décembre 2014.

On remarque également une montée en puissance des pays émergents dans la région comme la Chine et la Russie qui viennent contrecarrer quelque peu les intérêts américains sans vouloir toutefois remettre en cause le rôle de garant de la sécurité des approvisionnements qu’occupent encore les États-Unis.

Le « gendarme américain » qui assurait la sécurité des voies d’approvisionnement en pétrole semble donc vouloir diminuer son engagement au Moyen-Orient afin de réduire les lourdes dépenses qu’incombent cette mission.

 

Conclusion

La région du Moyen-Orient apparaît donc comme un révélateur des grandes étapes de l’évolution des relations internationales depuis 1945. Territoires au cœur des affrontements entre les blocs Est et Ouest pendant la guerre froide, les États du Moyen-Orient ont ensuite été l’un des principaux théâtres de l’affirmation de la domination hégémonique des États-Unis. 

Le Moyen-Orient confirme désormais la multipolarisation du monde, avec le retrait progressif de l’engagement américain, et à un degré moindre des États européens, tandis que les puissances émergentes d’Asie s’y imposent comme des acteurs de plus en plus influents.

07c1165a-cbea-4821-a725-1ce3d37370b2 ef405758-0549-4513-ab13-85bb54f1a176

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Utiliser un vocabulaire précis.
  • Proposer une chronologie claire, qui rende compte des ruptures et des continuités des enjeux géopolitiques liés au pétrole au Moyen-Orient.
  • Situer les territoires énoncés (à l’aide de la carte de synthèse)

POUR ALLER PLUS LOIN …

  • Des ouvrages sont proposés dans les programmes officiels. Parmi ceux-ci, nous pouvons retenir celui de La Documentation française :

Copinschi Philippe, « Le pétrole une ressource stratégique », La Documentation française, 2012.

  • Vous pouvez également consulter l’article suivant :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/petrole/relations-internationales.shtml

  • La documentation Photographique propose des articles actualisés et illustrés, ainsi que de multiples cartes :

Fabrice Balanche, Géopolitique du Moyen -Orient, La Documentation photographique N°8102, 2014.

  • L’émission Le Dessous des cartes de Jean-Christophe Victor :

L’arc de crises au Moyen Orient, mars 2010 (sur l’enjeu pétrolier en Irak) : https://www.youtube.com/watch?v=xx5exyYBNgU

  • L’encyclopédie Larousse propose un article de synthèse sur les conflits israélo-arabes :

http://www.larousse.fr/encyclopedie/groupe-homonymes/guerres_isra%C3%A9lo-arabes/125298

AU PROGRAMME D'HISTOIRE DE LA TERMINALE STMG

Le jeu des puissances dans un espace mondialisé de 1945 à nos jours (+ Quiz Associé)

Le Moyen-Orient et le pétrole (+ Quiz associé)

L’Amérique latine (+ Quiz associé)

De la décolonisation à la mise en place de nouveaux États depuis 1945 (+ Quiz associé)

L’Algérie de 1954 à 1962 (+ Quiz associé)

L’Union indienne à partir de 1947 (+ Quiz associé)

L’évolution politique de la Vème République (+ Quiz associé)

Les femmes dans la société française (+ Quiz associé)

L'élection présidentielle, un enjeu majeur de la vie politique française (+ Quiz associé)

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?