Année 1940 - Histoire Géographie - Première STMG

Année 1940 - Histoire Géographie - Première STMG

Découvrez ce cours gratuit, écrit par un professeur d'histoire, consacré à la France en république et plus précisément l'année 1940, chapitre au programme de première STMG.

Année 1940 - Histoire Géographie - Première STMG

Le contenu du document

Dans sa première partie, ce cours d'histoire revient sur les personnalités importantes à connaitre. Ensuite, ce cours fait un point date par date, sur les évènements marquants de cette année 1940. Enfin, ce cours revient sur le régime de Vichy et la mise en place de la résistance.

Téléchargez gratuitement ce cours d'histoire.



INTRODUCTION

C’est durant l’année 1940 que la France connait sa plus grave défaite militaire. Elle cède à la stratégie allemande de la « guerre éclaire » (Blitzkrieg en allemand).  L’armistice est signé le 22 juin. La France est coupée en deux, la partie nord-est et la partie ouest sont occupées par les forces allemandes. 

Le bilan de ce début de guerre est déjà lourd : On dénombre environ 95 000 morts et près de 200 000 blessés. Plusieurs millions de français sont contraints de prendre le chemin de l’exil.

Cependant, le choix d’arrêter les combats coté français ne fait pas l’unanimité. Les valeurs qui fondent la démocratie sont remises en question. Faut-il accepter la défaite, collaborer avec le régime nazi ou résister ?


Problématiques :

- En 1940, quelles sont les visions de la France qui s’opposent ?

- Quelles sont les menaces qui pèsent sur la démocratie ?


LES PERSONNALITES A CONNAITRE

Le maréchal Philippe Pétain. Il s’est honoré durant la Première Guerre Mondiale et est considéré comme le vainqueur de la bataille de Verdun. L’immense prestige dont il jouit fait qu’il est rappelé au gouvernement français en 1940. Il souhaite la fin des combat et fait signer l’armistice entre l’Allemagne et la France le 22 juin 1940.

Le Général Charles de Gaulle. C’est lui qui organise et dirige les Forces Françaises libres depuis Londres. Il a le soutien de Winston Churchill, qui lui permet, entre autre, de s’exprimer sur les ondes de la BBC.

Winston Churchill. Premier ministre britannique en 1940. Farouchement opposé à tout accord avec les allemands, il accueille le général de Gaulle à Londres et lui apporte son soutien.


Vocabulaire

Armistice : Accord entre deux gouvernements en guerre pour arrêter les combats et définir les relations entre les deux Etats dans l’attente de la signature d’un traité de paix.

Axe : Alliance entre l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. Au sens large, le terme englobe également leurs alliés.

Blitzkrieg : On peut traduire le terme par « guerre éclaire », c’est une stratégie qui associe les blindés et l’aviation pour surprendre l’ennemi et percer rapidement le front.

Solution finale : Expression utilisée par les nazis pour évoquer le sort qu’ils réservaient aux juifs, c'est-à-dire l’extermination. 


CONTEXTE ET BILAN DES EVENEMENTS DE L’ANNEE 1940

LES PRINCIPALES DATES

- 10 mai 1940 : Hitler lance une grande offensive vers l’ouest.

- 13 mai 1940 : Les allemands percent le front ouest.

- 16 juin 1940 : Pétain est élu président du Conseil.

- 17 juin 1940 : Pétain demande l’armistice.

- 18 juin 1940 : Appel du Général de Gaulle.

- 28 juin 1940 : Le gouvernement reconnait de Gaulle comme le chef  des français libres.

- 10 juillet 1940 : Pétain obtient les pleins pouvoirs.

- 22 octobre 1940 : Rencontre entre Pétain et Hitler.


LE BILAN DE LA GUERRE EN 1940

En 1940, le bilan de la guerre côté français est déjà lourd. L’Allemagne a envahi la Pologne en septembre 1939, montrant ainsi l’efficacité de sa stratégie militaire. Au printemps de l’année suivante, elle décide de mener son offensive vers l’ouest.

L’avancée allemande de juin entraine l’exode de plus de 8 millions de civils qui se mélangent aux soldats. Les combats se soldent par un triste bilan. On compte, en effet, plus de 95 000 morts et 200 000 blessés.


L’ARMISTICE

Lorsque l’armée allemande perce le front dans les Ardennes, la France signe l’armistice (le 22 juin 1940). Le Royaume-Uni se retrouve seul face à l’Axe. 

→ Pétain veux arrêter les combats, et signer un armistice avec l’Allemagne

Les conditions de l’armistice sont dures pour la France. Les troupes allemandes occupent la moitié nord et l’ouest du pays. Une partie du sud-est est occupée par l’Italie. Les frais d'entretien des troupes d'occupation allemande sur le territoire français sont à la charge du Gouvernement français. L’armée française est démobilisée et son matériel remis à l’ennemi.

Le gouvernement français dirigé par le maréchal Pétain décide de s’installer dans la zone non-occupée et choisi la ville de Vichy.


LE REGIME DE VICHY

LA FIN DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE

Le 10 juillet, le maréchal obtient les pleins pouvoirs à la suite d’un vote des députés et des sénateurs. Le régime mis en place s’apparente alors beaucoup plus à une dictature. Pétain devient le chef de l’Etat français.

Les dirigeants de la Troisième République, comme Léon Blum,  sont arrêtés. Pétain considère que c’est la faiblesse du gouvernement et la faiblesse des institutions en place qui sont la cause de la défaite.


LA « REVOLUTION NATIONALE »

Pétain veut mettre en place un Etat autoritaire, catholique et paternaliste. Il met en place ce que l’on appelle la Révolution Nationale, centrée sur le travail, la famille et la patrie.

Au niveau du travail, il met en place un système de corporation. L’objectif est d’assurer un meilleur contrôle de l’Etat et d’éviter toute manifestation de lutte des classes. Les grèves sont interdites et les syndicats dissouts.

Au niveau de la famille, le Régime de Vichy encourage les familles nombreuses. Les femmes sont encouragées à rester au foyer. On valorise d’ailleurs ce « statut » par la création de la fête des mères. 

Ai niveau de la patrie,  Pétain instaure un véritable culte de cette dernière mais aussi de sa propre personne, en particulier via les écoles.


LA COLLABORATION

Au niveau de la politique extérieur, le Régime de Vichy met en place la collaboration avec le régime nazi. Pétain rencontre alors Hitler en octobre.

Le régime vote alors des lois racistes qui limitent les droits des juifs. A partir de là, les persécutions contre les juifs se multiplient, ce qui aboutit, par la suite, à la participation à la solution finale.


LA RESISTANCE

LA POSITION DU GENERAL DE GAULLE

La vision du général de Gaulle est en totale contradiction avec celle du maréchal Pétain. Il estime que l’armistice signé est particulièrement déshonorant pour la France. Il faut dire que les 2 tiers du pays sont occupés par l’ennemi et que l’armée est démobilisée. Il estime que la France peut encore se relever et que rien n’est perdu, mais pour cela, il faut que la lutte reprenne.

Le 18 juin 1940, il prononce un discours à la radio depuis Londres. C’est un appel à la résistance et aux armes. Le discours est publié le lendemain dans la presse et touche ainsi un nombre important de personnes. 

C’est par l’appel du 18 juin que née la France libre et qui regroupe à ses débuts, qu’une poignée d’homme prêt à poursuivre le combat avec les britanniques, contre les nazis.

De Gaulle multiplie ensuite les appels et discours radiodiffusés pour encourager un maximum de personne à se joindre à lui.

→ Le Général de Gaulle souhaite que le combat contre l’Allemagne nazie se poursuive.  


L’ORGANISATION DE LA RESISTANCE

Grâce à l’appel du 18 juin, la résistance commence à s’organiser peu à peu. Elle regroupe des actions très diversifiées et le plus souvent isolées les unes des autres. C’est Jean Moulin qui sera envoyé en 1942 pour tenter d’unifier ces mouvements de résistance.


CONCLUSION

La question de la signature de l’armistice engendre deux prises de position : d’un côté, le maréchal Pétain souhaite l’arrêt des combats et un accord avec les allemands. De l’autre, la vision du général de Gaulle qui estime que rien n’est perdu et qu’il faut continuer de se battre à tout prix. Une partie de la France se range derrière Pétain, une autre derrière de Gaulle.

Lorsque le maréchal obtient les pleins pouvoirs, la démocratie est mise entre parenthèse et laisse la place à un Etat autoritaire. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bacstmg.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?