Affaire Dreyfus - Histoire Géographie - Première STMG

Affaire Dreyfus - Histoire Géographie - Première STMG

Découvrez ce cours gratuit, écrit par un professeur d'histoire, consacré à l'affaire Dreyfus, chapitre au programme de première STMG.

Affaire Dreyfus - Histoire Géographie - Première STMG

Le contenu du document

La première partie de ce cours est consacrée à une présentation des principaux protagonistes de l'affaire Dreyfus. Ensuite, ce cours revient sur les étapes de l'affaie Dreyfus et notamment, la France dvisiée en 2 entre les dreyfusards et les antidreysfusards.

Téléchargez gratuitement ce cours d'histoire.

 

INTRODUCTION

Au départ, c’est une simple affaire d’espionnage. Le capitaine Dreyfus est accusé de trahison et condamné. Malgré la preuve de son innocence, les différents gouvernements refusent de rouvrir le procès. 

Autour de l’objectif de sauver un innocent, de nombreuses causes se greffent : lutte contre l’antisémitisme, choix des valeurs de la République, nationalisme, etc. La nation se divise en deux camps : les « dreyfusards » et les « antidreyfusards »…

L’affaire Dreyfus est considérée comme un moment décisif de la vie politique française et en particulier en matière de lutte pour les droits de l’Homme. Elle pose la question des valeurs sur lesquelles la République repose.

 

Problématiques :

I. Quels sont les enjeux de l’affaire  Dreyfus ?

II. Quelles menaces fait-elle peser sur la République ?

 

LES PRINCIPAUX PROTAGONISTES DE L’AFFAIRE…

Le capitaine Alfred Dreyfus. Juif français, il est accusé d’avoir livré des documents secrets aux allemands et se trouve condamné au bagne et à l’exil sur l’Ile du diable.  Il est ensuite innocenté mais les gouvernements qui se succèdent refusent de rouvrir le procès.

Le colonel Picquart, chef du service de renseignements. C’est lui qui apporte la preuve de l’innocence de Dreyfus en  1896 en identifiant le véritable coupable : Esterhazy.Il est emprisonné en 1898.

Le romancier Emile Zola. Après plusieurs articles, il rédige une lettre au président de la République Félix Faure, intitulée « J’accuse… » par Clémenceau et publiée dans le journal L’Aurore, pour dénoncer l’acquittement du véritable coupable.

L’Officier Esterhazy, auteur du bordereau qui  transmet des informations secrètes aux allemands.

 

Vocabulaire :

Antisémitisme : Racisme dirigé contre les juifs.

Laïcité : Organisation de la société qui supprime l’influence de la religion dans la vie politique et publique mais qui protège aussi la liberté de culte.

Nationalisme : C’est une doctrine politique qui donne la primauté à la puissance nationale et qui veut donner des droits à l’Etat-nation. 

Ce terme peut aussi être appliqué à des mouvements politiques qui veulent exalter leur propre nation au détriment des autres.

 

LES ETAPES DE L’AFFAIRE DREYFUS

Les dates clés

- 1894 : Dreyfus est condamné à la déportation

- 1896 : La famille de Dreyfus se mobilise. Picquart identifie le vrai coupable

- 1898 : Zola publie « J’accuse… ». Il est condamné et contraint à l’exil. Des partisans de Dreyfus fondent la Ligue pour les Droits de l’Homme

-1899 : Tentative de coup d’Etat par Paul Déroulède (nationaliste et partisan d’une revanche contre l’Allemagne). Le président Loubet gracie Dreyfus en septembre.

 

UNE FRANCE DIVISEE

L’affaire Dreyfus divise la France en 2 camps : 

D’un côté, les dreyfusards, persuadés de l’innocence du capitaine. Ils veulent faire éclater la vérité pour que le droit et la justice triomphent. Ce camp regroupe de nombreux intellectuels comme l’écrivain Zola. Ils veulent avant tout faire respecter les droits de l’Homme et du Citoyen.

De l’autre, les antidreyfusards qui estiment que le capitaine est un traitre. Ils pensent aussi que, dans le cas contraire, mieux vaut une injustice individuelle qu’une remise en cause de l’armée et du système. Ils sont majoritairement nationalistes, catholiques et antisémites. Ils veulent sauver le prestige de l’armée.

La presse joue un rôle important dans l’affaire Dreyfus car elle contribue à la formation de l’opinion publique. Chaque camp publie de nombreux articles dans des journaux qui prennent parti (par exemple, Zola publie dans le journal L’Aurore).

 

LA VICTOIRE DES IDEES REPUBLICAINES

L’affaire se conclue par la victoire des dreyfusards et de la démocratie et contribue à l’avancée des valeurs républicaines.

 En 1901, une loi permettant la liberté d’association est votée. Les radicaux, dreyfusards, font voter en 1905 une loi séparant définitivement l’Etat et l’Eglise. C’est une façon de punir cette dernière pour avoir soutenu le camp des antidreyfusards. Dorénavant, c’est le principe de laïcité qui est appliqué : l’Etat ne finance plus l’Eglise et ne salarie plus aucun de ses membres mais il assure la liberté de consciences et le droit de choisir sa religion.

 

CONCLUSION

Les enjeux de l'affaire Dreyfus ont essentiellement concerné le choix des valeurs de la République, les droits de l’Homme et du Citoyen risquant d’être bafoués par le fanatisme religieux et un nationalisme exacerbé.

La victoire des dreyfusards assure ainsi l’affirmation des valeurs et des idées républicaines.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bacstmg.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?