Le texte théâtral et sa représentation - Français - Première STMG

Le texte théâtral et sa représentation - Français - Première STMG

Consultez le cours sur le thème "Le texte théatral et sa représentation du XVIIème siècle à nos jours" de Première STMG en Français.

Dans ce cours, vous verrez tout d'abord le vocabulaire théâtral et ensuite l'histoire du théâtre.

Téléchargez ce cours sur le texte théâtral et sa représentation Bac STMG Français.

Le texte théâtral et sa représentation - Français - Première STMG

Le contenu du document

 

Genre littéraire à part entière, le théâtre est, par définition, un art figé. Toutefois, il est possible de constater que sa représentation n'est jamais terminée. Elle est en constante évolution selon son adaptation, l'interprétation que l'on en a et la période donnée.

 

Le vocabulaire théâtral

 

Pour s'y retrouver au théâtre, il faut avoir un minimum de vocabulaire de base, autant pour les types de répliques que pour les éléments du texte lui-même.

 

Les répliques

 

Aparté : c'est ce qu'un personnage dit à l'écart des autres et que seuls les spectateurs sont censés entendre.

Dialogue : c'est un échange de paroles, une conversation entre deux personnages ou plus.

Monologue : c'est le discours qu'un personnage se tient à lui-même. Il devient parfois tirade.

Stichomythie : c'est un dialogue où les personnages se répondent vers pour vers.

Tirade : c'est une longue réplique récitée d'un trait, sans interruption, par un seul personnage.

 

Les indications de texte

 

Les didascalies (en italique) sont des indications scéniques, à savoir le lieu où se déroule l'action, et les personnages en présence, en début de scène et d'acte. En complément, seront indiqués les personnages (en romain) qui parlent, tour à tour, à chaque début de répliques.

Les didascalies internes sont, quant à elles, écrites en italique, entre parenthèses. Elles décrivent notamment les actes, comportements, humeurs, vêtements mais aussi des personnages, ou tout changement de situation dans la scène.

 

 

L'histoire du théâtre

 

L'histoire du théâtre trouve ses origines dans l'Antiquité.

La tragédie, liée au culte de Dionysos, apparaît notamment avec Sophocle (495 avant J.-C. – 406 avant J.-C.) et Eschyle (526 avant J.-C. – 456 avant J.-C.). Quant à la comédie, elle naît avec Plaute (254 avant J.-C. -184 avant J.-C.)

Le Moyen Âge voit arriver de nouveaux genres littéraires, comme la farce. On redécouvre également la tragédie en faisant resurgir l'œuvre de Sénèque (4 avant J.-C. – 65 après J.-C.).

Puis le théâtre se développe, se renouvelle et se transforme, tout en devenant un art à part entière et un genre littéraire d'expression destiné à instruire et à plaire.

 

Le XVIIème siècle

 

Le XVIIème siècle voit le théâtre gagner ses premiers hommages, surtout en France. Le public développe un intérêt certain pour ce genre littéraire qui s'est donné pour objectif de divertir.

Les dignes représentants français sont, entre autres :

Pierre Corneille (1606-1684) – L'Illusion comique (1635) ;

Le Cid (1637) ;

Jean Racine (1639-1699) – Andromaque (1667) ;

Bérénice (1670) ;

Jean-Baptiste Poquelin dit Molière (1622-1673) – Le Médecin malgré lui (1666) ;

Les Fourberies de Scapin (1671) ;

Les Femmes savantes (1672) ;

Le Malade imaginaire (1673).

 

Le XVIIIème siècle

 

Un théâtre plus engagé, mais aussi plus comique, voit le jour en ce siècle des Lumières, à qui la tragédie ne convient plus.

Le style de l'époque est souvent censuré en raison de sa critique quotidienne du pouvoir en place. On parle alors de drame bourgeois.

Les célébrités de l'époque sont nombreuses :

La Commedia dell'arte – théâtre populaire italien – est apparue en 1528, avec des personnages tels qu'Arlequin, Colombine ou Pantalon ;

Marivaux (1688-1763) – L'Île des esclaves (1725) ;

Le jeu de l'amour et du hasard (1730) ;

Alain-René Lesage (1668-1747) – Turcaret (1709) ;

Beaumarchais (1732-1799) – Le Barbier de Séville (1775) ;

Le Mariage de Figaro (1784) ;

Denis Diderot (1713-1784) – Le fils naturel (1757) ;

Le père de famille (1758).

 

Le XIXème siècle

 

Les genres se mélangent, mais le drame trouve un certain écho auprès du public.

Les auteurs de cette période sont vite repérés et catalogués, parfois même la censure les guette.

Victor Hugo (1802-1885) – Hernani (1830) ;

Ruy Blas (1838) ;

Alfred de Musset (1810-1857) – On ne badine pas avec l'amour (1834) ;

Il ne faut jurer de rien (1836).

 

Le XXème siècle

 

La première moitié du XXème siècle marque un retour et une réadaptation des œuvres antiques. Les auteurs s'en emparent et les réécrivent.

Jean Cocteau (1889-1963) – Antigone (1922), pièce reprise également par Jean Anouilh (1910-1987) en 1944 ;

Jean Giraudoux (1882-1944) – Électre (1937).

Au milieu du siècle, naît le mouvement et le théâtre de l'absurde (1950) dont les principaux dramaturges sont, entre autres :

Eugène Ionesco (1909-1994) – La Cantatrice chauve (1950) ;

Samuel Beckett (1906-1989) – En attendant Godot (1953).

 

Tout d'abord, œuvre littéraire, le théâtre est devenu un genre. Le plaisir de lire devient alors le plaisir de voir. Les styles théâtraux se succèdent, se mélangent et se renouvellent pour s'étendre à un public de plus en plus large au fil des siècles.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?