Corrigé Bac Blanc #2 Français - Bac STMG

Corrigé Bac Blanc #2 Français - Bac STMG

Voici le corrigé écrit de cette épreuve de Français du Bac Blanc #2 STMG. Le thème était "Écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours".

Retrouvez le sujet de ce Bac Blanc #2 de Français série STMG.

Rendez-vous mardi 14 Mars sur notre chaine YouTube digiSchool pour assister au live de correction en direct !

Corrigé Bac Blanc #2 Français - Bac STMG

Le contenu du document

 

Question 1 :

Au sein des trois documents, un je, qu'on appelle locuteur, semble s'adresser à quelqu'un qui n'est autre qu'un tu. Nous pouvons d'ailleurs remarquer un tel fait via la structure grammaticale du texte.

Marques de la première personne du singulier, du je locuteur :

Verbes :

« déclare » (texte A vers 1), « sais » (texte C, vers 4 et 9), « adore » (texte C, vers 5).

Déterminants :

« ma » (texte A, vers 2, 3, 13), « mon »  (texte A, vers 6), « mes » (texte A, vers 14, 20).

Pronoms personnels :

« je » (texte A, vers 1 ; texte C, vers 4, 9), « j ' » (texte C, vers 4, 9), « m' » (texte B, vers 1, 5), « me » (texte B, vers 2, 4).

 

Marques de la deuxième personne du singulier, du tu destinataire :

Verbes :  

« es » (texte A, vers 5, 14, 25), « crois » (texte B, vers 1, 2, 5, 14), « cours » (texte B, vers 3, 16).

Pronoms personnels :

« te » (texte A, vers 2), « t' » (texte A, vers 17, 25), « tu » (texte A, vers 5, 14, 18, 24 ; texte B, vers 1, 5, 6, 14, 18 ; texte C, vers 1, 6), « toi » (texte A, vers 7 ; texte B, vers 9, 22, 24), « tes » (texte C, vers 3).

 

Déterminants :

« tes » (texte B, vers 2), « ta » (texte C, vers 15), « tes » (texte B, vers 2).

 

Marque de la première personne du pluriel = je + tu :

« notre » (texte A, vers 1).

 

Grammaticalement, on remarque bien que c'est un je qui s'adresse à un tu et qui évoque la relation qu'ils ont ensemble. Or, on peut remettre en cause le fait que ce je s'adresse vraiment au tu de par le fait que les différentes situations d'énonciation ne permettent pas réellement à une personne de parler à une autre. Dans le texte A, via Spotted, ni le locuteur (je) ni le destinataire (tu) sont identifiés ; ce qui rend plus difficile l'échange de parole. Le locuteur signe d'ailleurs son écrit par : « ton admirateur secret qui aimerait tant être démasqué… » (vers 26). Conjointement, dans Message personnel, le locuteur et le destinataire ne sont pas explicités. Dans le texte C, nous savons que le destinataire du poème est une femme à qui est sûrement dédié l'ensemble du recueil Chansons pour elle. On peut alors imaginer qu'à la période de publication de cette œuvre, « elle » savait que le poème lui était adressé (plus que dans le cadre du texte A). Mais, le propre de la forme artistique et poétique est qu'elle est universalisante ; ce qui veut dire que chacun doit être susceptible de se reconnaître dans le propos. Ainsi, on pourrait conclure que le je du poème trouve son inspiration dans l'auteur et dans l'être qu'il aime, qui est incarné par le tu mais aucune œuvre artistique n'est réellement adressée à une seule personne.

Question 2 :

Le mot poésie peut paraître adapté même si on constate que la forme des divers textes oscille entre simple déclaration d'amour et chanson. En effet, le texte A est écrit sous la forme de vers mais au vu du peu de musicalité que ces derniers mettent en jeu, peut-on parler de poème ? En outre, le texte B est issu d'un album. Il s'agit d'une chanson ; ce que l'on peut aussi remarquer de par la présence de paragraphes et d'un refrain. Conjointement, le texte C, qui appartient à un recueil de poèmes, est appelé Chansons pour elle et sa forme est semblable à celle du texte B, la chanson de Françoise Hardy. En effet, on y trouve aussi une organisation en strophes (l'équivalent poétique du paragraphe) et vers dont la structure revient presque à l'identique deux fois (vers 4 : « Je n'en sais rien, mais j'aime leur clarté profonde », vers 9 : « Je n'en sais rien, mais je rends grâce à la nature »). Au delà de cette sorte de refrain, il y a un bien un effet de rythme avec le fait que chaque premier et troisième vers de strophe est une question de taille symétrique (le premier vers de strophe  : 5 syllabes (« Es-tu brune ou blonde ? », vers 1 ; « Es-tu douce ou dure ? », vers 6 ; « Fidèle, infidèle ? » vers 11). Le troisième vers de strophe : 2 syllabes (« Tes yeux ? », vers 3 ; « Ton cœur ? », vers 8 ; « Au fait ? », vers 13 ).

 

 

Commentaire :

- Peinture de l'objet aimé :

 Justement, ici, il est difficile de parler d'une peinture ou d'un portrait puisqu'aucun des traits physiques de l'objet aimé est défini de façon précise, selon des traits décrits précisément par des mots renvoyant à des concepts définis. Tout comme le locuteur, on ne connaît pas la couleur exacte des cheveux de l'être aimé (vers 1). De même, on ne sait si ses yeux sont « noirs » ou « bleus » (vers 2). Or, nous savons qu'ils sont clairs (« leur clarté profonde », vers 4) ; ce qui, a priori, devrait exclure la possibilité qu'ils soient noirs. Néanmoins, le je du poème ne tire pas de telles conclusions et on pourrait presque imaginer que l'être aimé a des yeux noirs clairs. On comprend alors que le poème dépeint une sorte d muse, dont la « beauté » est la seule caractéristique qui lui est définitivement attribuée (vers 15). Les mots semblent inaptes à la décrire ; soit car l'être dépeint est multiple (il peut s'agir de n'importe quelle femme qui inspire le poète) ; soit car la beauté de l'être aimé est tellement unique qu'elle est imperceptible. Dans les deux cas, l'être aimé est dépeint de façon méliorative et énigmatique.

 

- Sensations :

Première strophe : sens visuel avec les couleurs : « brune », « blonde », « noirs », « bleus », « clarté ».

Vers 5 : « le désordre de tes cheveux » : évocation des sens de la vue et du toucher.

Vers 6 : « douce » ou « dure ».

 

- Oubli du savoir :

Beaucoup de questions → le locuteur cherche à savoir mais, comme il le dit, ne sait rien. Alors que les questions s'additionnent les unes aux autres, le locuteur ne cherche pas à y répondre. En effet, la dernière question est une question rhétorique s'étendant sur deux vers (vers 12 et 13 : « Qu'est-ce que ça fait. / Au fait ?), exprimant le fait qu'il n'est pas intéressant de se poser de telles questions. Il renonce ainsi à répondre à celles qu'il s'était posées précédemment et se condamne à rester dans l'ignorance.

 

 

Dissertation :

Besoin de partager ses sentiments avec l'être aimé (texte A) ou avec autrui pour se soulager (texte B).

Besoin de comprendre l'amour, de s'intéresser à comment le faire naître, comme il naît ensuite, comment on l'entretient, comment il fait souffrir, comment il rend heureux, quel est son fonctionnement, s'il appartient à des normes ou des règles, comment on en parle, etc. (De l'amour, Stendhal ou Clélie, Madame de Scudéry ou L'Art d'aimer d'Ovide, le marivaudage).

Réaliser une dédicace à l'être aimé, lui faire un présent artistique.

Écrire sur une thématique dont on est certain qu'elle touchera un public assez large, car il s'agit d'un sentiment universel, comme la tristesse ou la colère.

 

Ecriture d'invention :

Pistes :

Cadre spatio-temporel : année de terminale, lycée X, classe de philosophie, préparation concours IEP.

 prise de parole de l'être aimé, interventions pertinentes qui surprennent et séduisent.

 contact régulier avec la personne mais pas omniprésent, créant ainsi la sensation de manque.

répétition de la vision physique de l'être aimé, découverte des différentes façons de se coiffer, de s'habiller, de se maquiller … découverte d'une beauté immuable et constante.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?