Analyse et résumé : Douze hommes en colère, de Reginald Rose - Première

Analyse et résumé : Douze hommes en colère, de Reginald Rose - Première

Découvrez cette analyse détaillée et ce résumé de l'oeuvre de Réginald Rose : Douze Hommes en Colère. Cette fiche de cours gratuite rédigée par un professeur de français vous aidera à mieux comprendre et assimiler les notions importantes de cette oeuvre.

Cette pièce de théâtre a connu un franc succès grâce au côté contemporain du discours. Elle met en scène 12 hommes, jurés, durant leurs délibérations sur un procès pour homicide.

Téléchargez cette analyse d'oeuvre et son résumé gratuit ci-dessous grâce à vos jetons.

Document rédigé par un prof Analyse et résumé : Douze hommes en colère, de Reginald Rose - Première

Le contenu du document

 

 

I. INTRODUCTION

Douze hommes en colère (Twelve Angry Men, dans le titre original) est une pièce en deux actes, écrite par le scénariste et dramaturge Reginald Rose, et publiée en 1957. Elle est l'adaptation d'une pièce qu'il avait écrite pour la télévision, en 1954. En 1957, Reginald Rose adapte également sa pièce télévisée pour le grand écran, et scénarise l'adaptation cinématographique de son travail, réalisée par Sidney Lumet.


II. ELÉMENTS AUTOBIOGRAPHIQUES

1. Biographie de l'auteur

Reginald Rose naquit en 1920, à New York. Il fut dramaturge, et scénariste, notamment pour la télévision. Il est connu pour son travail à la télévision, sur la chaîne CBS ; mais Douze hommes en colère reste son plus grand succès. 

2. Témoigner : le rôle de l'auteur

En une occasion, Reginald Rose est amené à être juré dans le cas d'un procès pour homicide. La pression qu'il ressent lors des délibérations le font réaliser le fort potentiel d'une telle situation au théâtre : c'est le point de départ de l'écriture de Twelve angry men.


III. RÉSUMÉ DE L'INTRIGUE

1. Les circonstances d'un huis clos

Le premier acte s'ouvre sur une pièce vide : la salle de délibérations. On entend, en voix off, la voix du président, qui énonce leurs devoirs aux jurés : ils doivent délibérer, et énoncer un verdict d'innocence ou de culpabilité pour juger l'accusé. Le verdict ne sera valide que s'il est énoncé à l'unanimité. Le président précise que, si l'accusé est reconnu coupable, la peine de mort sera prononcée contre lui. 

2. Un drame humain

Tout un drame humain se crée donc, depuis cette situation. Le juré numéro 8 parvient peu à peu à convaincre les autres jurés que l'accusé est peut-être innocent, et qu'ils ne peuvent pas le condamner en leur âme et conscience. 


IV. LE CHOIX DE L'ANONYMAT

Lire Douze hommes en colère peut être déconcertant, voire un peu difficile, de prime abord. En effet, les personnages n'ont pas de nom, ils ne sont désignés que par leur numéro de juré, et par leur profession, précisée en exergue du livre (ce qui aura, nous le verrons, une importance dans l'interprétation sociologique du texte). 

1. Réalisme

La première explication fait appel au genre, choisi par le dramaturge, pour sa pièce. Reginald Rose écrit des dialogues efficaces, et surtout, réalistes : le réalisme est le genre dans lequel il s'inscrit. 

2. Universalité

De plus, le fait de ne pas nommer ses personnages leur confère plus d'universalité. Ils laissent le lecteur face à un choix : il s'identifie à un personnage au début de la pièce, puis verra jusqu'où les convictions psychologiques dans lesquelles il s'était reconnu peuvent le mener. 

3. Théâtralité

Enfin, l'anonymat des personnages a une dimension théâtrale, dans la mesure où il donne un poids particulier à la mise en scène. Gardez à l'esprit qu'il s'agit d'une pièce de théâtre, elle est faite pour être jouée et vue, au moins autant que pour être lue.

4. Virilité

Par ailleurs, l'anonymat peut être un moyen, pour le dramaturge, d'expliquer la masculinité de ses personnages. On les désigne comme des hommes dans le titre, comme s'il s'agissait d'un nom neutre, l'équivalent de "personnes".


V. LES RAISONS DE VOTER COUPABLE

Le juré 8 se refuse à voter coupable, non parce qu'il pense que l'accusé est innocent, mais parce qu'il pense qu'un doute subsiste toujours, et qu'on ne peut envoyer un homme à la mort sur cette base. Il est possible, également, qu'il ressente de la pitié pour lui, ou tout simplement que ce soit un geste de rébellion contre la peine de mort

1. La conviction, l'intime conviction, ou l'évidence

Certains sont convaincus de la culpabilité de l'accusé, car ils la ressentent comme une évidence, une intime conviction : c'est le cas, par exemple, du 12, qui semble plutôt indécis, et dit lui-même, à plusieurs reprises, ne pas vraiment réfléchir. 

2. L'hypothèse sociologique

D'autre part, certains votent coupable par discriminationraciale ou sociologique. C'est le cas du numéro 10, qui, après une sortie particulièrement dramatique, est rappelé à l'ordre par les autres jurés. 

3. L'hypothèse personnelle

Enfin, certains condamnent à mort parce qu'ils voient dans l'accusé une figure de leur passé : c'est le cas du numéro 3, le dernier à se résoudre à voter non coupable. Il avait mentionné, à un moment des délibérations, son fils, qui s'était élevé contre lui, et l'avait quitté. Laissant parler ses émotions, il se rend compte que c'est son fils qu'il cherche à condamner, dans la personne du jeune accusé. 


VI. LA PRISE DE POUVOIR PAR LA PAROLE

1. Faiblesse contre force

Dans la pièce, les faibles s'opposent aux forts. On s'aperçoit, dès le départ, que les personnages qui se caractérisent par leur force veulent plaider coupable, alors que ceux qui se caractérisent par leur faiblesse sont tentés de plaider non-coupable. 

 

  • Force sociologique et violence symbolique
  • Force masculine : la virilité
  • Domination de la parole

 

2. Circularité

Cette parole, qui classe les personnages en dominés ou en dominants, circule. Il est utile de voir la pièce, plutôt que de la lire, pour se rendre compte de cette distribution de la parole, très habile. 

3. La force de la parole : figure du dramaturge

Pourquoi ce choix de la métaphore de la parole, pour exprimer le pouvoir ? Probablement parce que c'est aussi une métaphore du dramaturge. 


VII. AMÉRICANITÉ, CONTEMPORANÉITÉ

Par ailleurs, nous notons dans la pièce une grande modernité, qu'on pourrait aller jusqu'à nommer contemporanéité. La pièce est très ancrée dans un endroit, la ville américaine, et dans un moment, le contemporain.

1. Américanité

L'américanité est criante, d'abord dans les références culturelles; mais aussi dans les descriptions de la ville. Buildings et métros aériens sont là pour nous rappeler l'ambiance de New York : on retrouve l'ambiance d'un Manhattan Transfer, de John Dos Passos.

2. Modernité

Cette américanité se double d'une modernité : on mentionne des comédies musicales récentes, on évoque les derniers événements sportifs.

On pourrait alors se demander ce qui pousse le dramaturge à insister sur ces deux thèmes.

3. Un double plaidoyer : contre la peine de mort, contre la discrimination

Le dramaturge a en réalité besoin que le lecteur, comme le spectateur, sachent que la pièce a lieu aux Etats-Unis, à ce jour, car cela donne une portée militante à sa pièce. Si les jurés doivent parlementer, c'est qu'existe encore parmi eux la dénigration sociale, et le militantisme pro-peine de mort. 


VIII. CONCLUSION

Oeuvre courte, mais riche, politique, littéraire, Douze hommes en colère est un drame contemporain et engagé

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bacstmg.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?