Le Libre échange et le Protectionnisme - Economie Bac STMG

Le Libre échange et le Protectionnisme - Economie Bac STMG

Cette fiche de révision concerne le chapitre d'économie du Bac STMG sur le Libre échange et le protectionnisme. Si vous êtes en Première ou en Terminale STMG et qui vous souhaitez réviser ce chapitre, vous pouvez télécharger dès maintenant cette fiche de révision. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur le bouton rouge "Voir ce document" situé en bas de la page.

Le Libre échange et le Protectionnisme - Economie Bac STMG

Le contenu du document

 

En utilisant ce résumé de cours sur le libre échange et le protectionnisme en Economie, vous allez pouvoir mémoriser facilement tous les points importants du cours. N'hésitez pas à le partager !

 

 

 

I. Le libre-échange et ses conséquences

 

A) Les raisons de l'échange international

 

Il y a deux principales raisons dans l'échange international.

- Un pays ne dispose pas sur son territoire de tous les biens qui lui sont utiles. Il devra donc se les procurer en important (en France, pétrole, fruits exotiques).
- Tous les autres biens pourraient être produits en France. Seulement, de la même façon que nous nous spécialisons dans une activité, en fonction du coût d'opportunité, un pays peut en faire de même et choisir de ne produire que les biens pour lesquels ils possèdent un avantage vis-à-vis des autres pays (France : spécialisée dans la haute couture, le vin, le parfum, l'industrie agroalimentaire, la technologie notamment l'aéronautique et les matériels de guerre).

 

La France se spécialise dans les activités à forte valeur ajoutée et des activités à faible valeur ajoutée sont réalisées dans les pays en développement, ainsi, la France importe ses produits avec un valeur ajoutée faible.
On constatera cependant qu'une bonne partie des échanges ont lieu entre les pays riches dans le domaine du commerce intra-branches.
La spécialisation de chacun des pays peut dépendre de la demande intérieure.

 

 

B) Les arguments en faveur du libre-échange

 

1. Les avantages du libre-échange :

Le libre-échange consiste à laisser les marchandises circuler librement d'un pays à un autre sans en limiter la quantité et sans taxer ses produits. Il permet de faire du monde un espace dans lequel circulent librement les marchandises.
Chaque pays devrait gagner au développement des importations et des exportations. En effet, importer permet d'avoir accès à des produits moins chers, ce qui permet de réduire les coûts de production et d'augmenter les pouvoirs d'achat, tandis qu'exporter permet une plus forte croissance et réaliser des économies d'échelle car les entreprises pourront vendre sur les marchés étrangers.

 

2. Le libre-échange, la concurrence et l'innovation :

Sur un marché mondialisé, les entreprises vont se concurrencer en essayant de produire le meilleur article.
Sur le marché de la console, il y a une concurrence entre Sony et Nintendo. Nintendo pour devancer son concurrent, a innové en lançant la Wii. Ces innovations se font à coût de millions d'euros en recherche et développement. Ces investissements ne seront rentables que si le produit est vendu partout dans le monde.
Effectivement, la recherche et développement est un coût fixe qui ne peut être rentabilisé que grâce aux économies d'échelle.

 

 

C) Les limites du libre-échange

 

Les adversaires du libre-échange considèrent que celui-ci peut mener à la destruction d'emplois (délocalisation) pour les secteurs d'activité dont la production est peu compétitive. Ceci est logique puisque l'on a vu que dans le libre-échange, les pays se spécialisaient sur certaines activités et en abandonnaient donc un certain nombre d'autres. Les pays développés vont donc se spécialiser dans des productions utilisant surtout du travail qualifié. Et donc, les emplois non-qualifiés seront souvent délocalisés.

 

Pour la France, on a pu constater que de nombreux emplois non qualifiés avaient disparu dans l'industrie (sidérurgie, textile, équipementiers automobiles, etc...) par contre, le libre-échange a pu créer de nombreux emplois qualifiés (informatique, aéronautique...).

 

Existe-t-il des pays qui perdent le libre-échange ?

Quitte à se spécialiser dans la division internationale du travail, autant se spécialiser dans des activités à forte valeur ajoutée. Pour les pays pauvres, la spécialisation se fera le plus souvent dans le secteur agro-alimentaire et minier mais aussi dans les industries de main d'œuvre faiblement qualifiées. Ce qui peut pénaliser ces pays, ce n'est pas le libre-échange, mais le protectionnisme des pays riches (comme la politique agricole commune).

 

 

 

II. Le protectionnisme et ses conséquences

 

A) Définition et formes du protectionnisme

 

Le protectionnisme est une doctrine qui s'oppose au libre-échange et dont l'objectif est de limiter autant que possibles les importations.
Le protectionnisme ne prône pas pour autant l'autarcie puisqu'il ne s'oppose pas aux exportations. Il peut se faire au moyen de barrières tarifaires (droits de douanes) dont l'effet sera de taxer les produits. Ainsi, ces produits devenus plus chers, perdront de leur compétitivité. L'autre moyen, ce sont les barrières non tarifaires (quotas, restrictions volontaires aux exportations, accords entre des entreprises de ne pas se concurrencer, normes, réglementations d'hygiène et de sécurité).

 

 

B) Les arguments en faveur du protectionnisme

 

Le principal argument en faveur du protectionnisme c'est la protection de l'emploi. Dans des périodes de crise, où le chômage est élevé, des préoccupations protectionnistes ont tendance à revenir.
A l'origine, les théories du protectionnisme ont été développées en Allemagne au XIXe siècle. C'est-à-dire pour l'époque, de protéger l'industrie allemande jusqu'à ce qu'elle soit apte à concurrencer l'industrie britannique.

 

 

C) Les limites du protectionnisme

 

Le protectionnisme pose les limites à la liberté de consommer puisque les importations ne seraient plus accessibles. Et ceci conduirait à une baisse du pouvoir d'achat des ménages, et à une moindre recherche de compétitivité des entreprises face à une concurrence étrangère qui avait disparu (moins d'investissement de productivité, moins d'investissement en recherche et développement, les autres pays réagiraient par des mesures de rétorsion, ce qui porterait atteinte à nos exportations). Or, nos exportations représentent 25 à 30 % des richesses nationales. Les conséquences en termes de chômage seraient importantes.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bacstmg.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?