Lieux et formes du pouvoir / Places and forms of power : La décolonisation britannique - Anglais - Terminale STMG

Lieux et formes du pouvoir / Places and forms of power : La décolonisation britannique - Anglais - Terminale STMG

Nous vous proposons de télécharger gratuitement cette leçon qui porte sur le thème Lieux et formes du pouvoir, de l'oral du bac STMG d'anglais. Ecrite par notre professeur, cette leçon revient sur la décolonisation de l'empire britannique.

Dans cette leçon, notre professeur d'anglais vous fait le tour d'horizon des toutes premières indépendances de l'empire britannique. Puis, ce cours revient dans le détail sur les grandes modfications de l'empire britanique. Enfin, ce cours se conclut par les derniers épidodes coloniaux.

Téléchargez ce cours sur le thème Lieux et formes du pouvoir de l'oral du bac STMG d'anglais.

Lieux et formes du pouvoir / Places and forms of power : La décolonisation britannique - Anglais - Terminale STMG

Le contenu du document

 

Introduction

La décolonisation de l'empire britannique est le processus par lequel les territoires colonisés et soumis à la couronne d'Angleterre ont progressivement acquis leur indépendance par rapport à la métropole. Si l'on exclut les colonies américaines, le période de décolonisation de l'empire britannique s'étend sur la quasi-totalité du XXe siècle, de la déclaration d'indépendance de l'Irlande en 1919 annonçant la volonté du pays de devenir un état souverain, à la rétrocession de Hong-Kong à la Chine en 1997, qui mit pour de nombreux observateurs un point final à l'empire britannique.

Il ne faut pas s'imaginer la décolonisation de l'empire britannique comme une entreprise anticipée et soigneusement planifiée par l'administration ou les hommes politiques du Royaume-Uni. La décolonisation n'est pas un processus homogène. Chaque colonie ou territoire était différent et pour chacun la route vers l'indépendance a été une négociation individuelle entre les organisations nationalistes locales, qui voulaient l'indépendance, et le Royaume-Uni. Malgré tout, il est possible de dégager quelques préoccupations communes et surtout de rappeler quelques évènements et personnages clés de cette période de l'histoire de l'empire britannique.

Nous aborderons cette présentation de manière chronologique en dégageant 3 grandes périodes : 1919-1947 la période des premières indépendances, 1947- 1970 la période des grands changements, 1970-1997 les derniers conflits coloniaux.

 

1919-1947, les premières indépendances  

L'indépendance irlandaise (1919-1921)

Ignorées ou retardées depuis la fin du XIXe siècle, les aspirations nationalistes d'une partie de la population et de la classe politique irlandaise se radicalisent progressivement et passent de l'autonomie vis à vis de Londres (Home Rule) à l'indépendance pure et simple, prônée par le mouvement Sinn Féin. Cette autonomie fut accordée par le gouvernement britannique en 1912 mais jamais vraiment appliquée ce qui conduit les membres d'une organisation irlandaise nationaliste à organiser une rébellion à Dublin en 1916, connue sous le nom d'Easter Rising. La réponse anglaise, extrêmement dure ne fit que radicaliser encore plus l'opinion publique irlandaise en faveur de l'indépendance. Pourtant il faudra attendre 3 ans avant que le parti nationaliste Sinn Féin ne déclare l'indépendance de l'Irlande et ne reconnaisse un « état de guerre » entre le Royaume-Uni et l'Irlande.

Les affrontements meutriers, de type guérillas, au cours desquels l'IRA (Irish Republican Army) et les forces armées britanniques s'affrontèrent durèrent jusqu'en 1921, date de la signature du traité anglo-irlandais officialisant la partition de l'Irlande. C'est à dire que l'Irlande du Nord demeurait intégrée au Royaume-Uni tandis que le reste du pays devenait indépendant.

Pour autant, particulièrement en Irlande du Nord, la signature de ce traité ne marqua pas la fin des conflits et attentats. Pour cela il faudrait attendre l'Accord du Vendredi Saint en 1998 (Good Friday Agreement)

Personnages clés :

  • Michael Collins : chef militaire des nationalistes irlandais pendant la guerre d'indépendance, il avait également participé à l'insurrection de 1916.
  • Eamon de Valera : chef politique nationaliste irlandais, considéré comme le père de la Nation Libre d'Irlande. Il fut également le troisième président de la République d'Irlande
  • Lloyd George : Premier Ministre du Royaume-Uni de 12/1916 à 10/1922, donc pendant toute la période de la guerre anglo-irlandaise.

 

2. Indépendance de l'Inde (1947)

Le mouvement pour l'indépendance de l'Inde est un ensemble hétéroclite de partis et d'organisations ayant à un moment ou à un autre réclamé la fin de l'administration de territoires indiens par les puissances coloniales. Régulièrement des émeutes ou des massacres ont lieu, comme le massacre d'Amritsar en 1919 où les troupes britanniques ont violemment réprimé une manifestation dans un parc de la ville. Ces épisodes sanglants ne font qu'échauffer les esprits.

Les revendications nationalistes sont donc assez anciennes, mais au début du XXe siècle un parti sort du lot : le Congrès National Indien (Indian National Congress). Ses revendications, juste après la Première Guerre Mondiale, consistent principalement en l'obtention du statut de dominion. Les dominions, comme le Canada, l'Australie ou l'Afrique du Sud sont des états disposant d'une grande autonomie par rapport à la couronne d'Angleterre, sans être toutefois pleinement indépendants. Ce statut est en général accordé aux colonies qui en font la demande et qui sont jugées suffisamment avancées et rentables économiquement parlant pour s'en sortir.

L'Inde remplit ces critères et pourtant, ce statut lui est refusé. Bien entendu cela conduit à une radicalisation des opinions. Des politiques d'agitation et de protestations non violentes sont adoptées, menées notamment par le très célèbre Mahatma Gandhi qui prônait la désobéissance civile comme moyen de faire avancer les revendications nationalistes. Le Congrès National Indien n'était toutefois pas le seul parti politique influent et les tensions qui régnaient entre différentes factions indiennes ne firent que retarder l'indépendance du pays. Le conflit le plus évident concernait la partition de l'Inde et du Pakistan, séparation voulue par la Ligue Musulmane (Muslim League) afin qu'un pays à majorité musulmane soit créé.

Bien que l'Inde s'engage aux côtés du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre Mondiale, les velléités nationalistes se font de plus en plus pressantes et c'est finalement juste après la fin de la guerre que l'Inde obtient son indépendance le 15/08/1947. Dans la foulée, le Nord de l'Inde devient un pays indépendant, le Pakistan composé de deux parties dont une, le Pakistan oriental deviendra plus tard le Bangladesh. Toutes ces redéfinitions de frontières entraînent d'importants déplacements de populations ainsi que de nombreuses et sanglantes émeutes.


Personnages clés :

  • Gandhi (né en 1869- assassiné en 1948) : dirigeant politique et guide spirituel en faveur de l'indépendance indienne. Pionnier de la désobéissance civile et de la non-violence.
  • Jawaharlal Nehru (1889-1964) : un des leaders de la lutte pour l'indépendance de l'Inde. Membre puis chef du parti politique du Congrès National Indien, il devint ensuite le Premier Ministre de l'indépendance à sa mort.
  • Muhammad Ali Jinnah (1876-1948) : avocat et homme politique, leader de la Ligue Musulmane de 1913 à l'indépendance. Connu comme le père fondateur du Pakistan, Il en fut le premier gouverneur, de l'indépendance du pays en août 1947 à sa mort.
  • Clement Attlee (1883-1967), Premier Ministre britannique de 1945 à 1951. Issu du Parti travailliste (Labour), c'est lui qui donna à Lord Mountbatten les pleins pouvoirs pour négocier l'indépendance de l'Inde.
  • Lord Louis Mountbatten (1900-1979 ), dernier vice-roi d'Inde et principal négociateur britannique de l'indépendance du pays. C'est lui qui admit la partition de l'Inde et du Pakistan afin de limiter les conflits religieux entre hindous et musulmans.

 

1948-1970, les grands changements

Un nouveau contexte mondial

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le monde est bouleversé et toutes les cartes sont redistribuées au niveau de la géopolitique mondiale. Les anciennes grandes puissances européennes sont épuisées par les années de conflits et la France comme l'Angleterre, les deux grandes puissances coloniales d'avant-guerre ont subi de nombreux dégâts. Ces pays sont ruinés et ont besoin de se reconstruire.

Ce sont les États-Unis et la Russie qui émergent en grands vainqueurs dès la fin de la guerre et qui se « partagent le monde ». Or ces deux pays ne sont pas des puissances coloniales. C'est le début de la Guerre Froide, période de grandes tensions entre le bloc de l'Est communiste et le bloc de l'Ouest libéral et une bataille des idéologies s'engage, de laquelle sauront tirer parti de nombreux leaders nationalistes de pays colonisés.

Durant cette période, les indépendances s'enchaînent, particulièrement à partir des années 60 en Afrique, trop nombreuses pour être citées toutes. Nous ne mentionnerons donc ici que quelques épisodes marquants de la période.

 

Episodes clés

1956 Crise du canal de Suez : Le canal de Suez est depuis 1869 un raccourci creusé par l'homme en Égypte et qui permet de passer de la Mer Rouge à la Mer Méditerranée. C'est un point de transit essentiel pour le pétrole à destination de l'Europe. La gestion du canal de Suez était jusqu'alors assurée par des actionnaires français et britanniques mais en 1956 l'Egypte décide de nationaliser le canal, c'est à dire d'en reprendre le contrôle. Aussitôt la France et la Grande Bretagne réagissent en envoyant des troupes envahir la région pour reprendre le contrôle du canal, aidés d'Israël. L'Union soviétique lance un avertissement ferme en soutien à l'Egypte et menace d'utiliser l'arme nucléaire. Les Etats-Unis répliquent en disant qu'ils se verraient obligés de riposter de la même manière. La situation est extrêmement tendue. Pour désamorcer le conflit, les USA ordonnent à la France et au Royaume-Uni de retirer leurs troupes. Bon gré, mal gré ils s'exécutent et l'intervention ultérieure de l'ONU met fin au conflit. Cette crise marque la fin du statut de grande puissance coloniale pour le Royaume-Uni puisque de fait, le pays doit obéir aux Etats-Unis.

1957 Indépendance de la Côte de l'Or (Gold Coast), première colonie africaine à obtenir son indépendance. Une fois indépendant, le pays prend le nom de Ghana.

03/02/1960 Discours du ''Wind of Change'' (littéralement, vent du changement), dans lequel le Premier Ministre britannique conservateur Harold MacMillan reconnaît que l'indépendance constitue bien le futur des colonies britanniques africaines. Dans ce discours prononcé en Afrique du Sud, le Premier Ministre attaque également la politique de ségrégation raciale mise en place par cet état.

1961 Indépendance de l'Afrique du Sud suite à un référendum. Cette indépendance ne règle toutefois pas le problème de l'apartheid qui perdurera jusqu'au début des années 1990. En 1994 Nelson Mandela, leader du Parti du Congrès National Africain (African National Congress) est élu président du pays et entame une politique de réconciliation.

1965 Rhodésie du Sud. En 1965 la colonie de la Rhodésie du Sud, en Afrique, décide de déclarer son indépendance de manière unilatérale, c'est à dire sans le consentement de la Grande-Bretagne.

 

1970-1997, Derniers épisodes coloniaux

Résolution du conflit avec les colons en Rhodésie

Entre 1965 et 1980, suite à la déclaration unilatérale d'indépendance (UDI en anglais : Unilateral Declaration of Independence), la Rhodésie existe en tant qu'état autoproclamé mais non reconnu par la communauté internationale. Idéologiquement proche de son puissant voisin l'Afrique du Sud, soutenant l'apartheid et la domination blanche, la Rhodésie est ainsi protégée de toute intervention militaire directe de la part du Royaume-Uni, dont la population n'est de toute manière pas favorable à une intervention armée.

Après des années de pression et de sanctions économiques, et suite à des négociations multipartites, l'accord de Lancaster House est finalement signé en décembre 1979.

En 1980 la Rhodésie accède enfin au statut de pays indépendant reconnu par la communauté internationale sous le nom de Zimbabwe

 

L'ère Thatcher

Margaret Thatcher devint Premier Ministre du Royaume-Uni en 1979. A cette date, mis à part quelques petits territoires comme les Nouvelles Hébrides (New Hebrides) qui deviendront Vanuatu en 1980 ou Belize qui deviendra indépendant en 1981, le processus de décolonisation est en grande partie achevé.

Il reste pourtant deux territoires sensibles : les îles Malouines (Falklands islands) et Hong-Kong.

En 1982 les Malouines, au large des côtes de l'Argentine, sont envahies par la junte dictatoriale au pouvoir à Buenos Aires, principalement pour des raisons de politique intérieure. Les îles sont minuscules et inhospitalières, à des milliers de kilomètres du Royaume-Uni, et la population peu nombreuse. Pourtant, contre toute attente, la Dame de fer, comme on surnomme parfois Margaret Thatcher, décide d'envoyer une flotte militaire au secours des habitants de l'archipel, en parallèle de négociations diplomatiques. Pas question de laisser la souveraineté du Royaume-Uni être attaquée sans répondre. Les négociations diplomatiques ne permettant pas de parvenir à un accord, un bref conflit a lieu qui se solde par la victoire de l'Angleterre sur l'Argentine.

Quant à Hong-Kong, péninsule proche de la Chine, la situation est délicate puisque si une partie des territoires sur lesquels la colonie est construite avaient été cédés à perpétuité aux Anglais, la plus grande part de la superficie concernée était soumise à un bail de 99 ans, qui devait expirer en 1997. Au terme de négociations menées en 1982 par Margaret Thatcher à Pékin (Beijing), il fut décidé que la colonie dans son entier serait rétrocédée à la République Populaire de Chine en 1997, mais qu'elle conserverait un statut à part, plus autonome que les autres provinces chinoises.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?