Espaces et échanges / Spaces and exchanges : Écosse - Anglais - Terminale STMG

Espaces et échanges / Spaces and exchanges : Écosse - Anglais - Terminale STMG

Nous vous proposons cette leçon gratuite consacrée au thème Espaces et échanges, de l'oral du bac STMG d'anglais. Ce cours est dans le programme de terminale STMG. Cette leçon a été écrite par notre professeur d'anglais, et elle revient sur l'histoire de l'Ecosse et sa relation avec l'Angleterre

Espaces et échanges / Spaces and exchanges : Écosse - Anglais - Terminale STMG

Le contenu du document

Après une brève introduction, cette leçon d'anglais niveau STMG aborde la situation géographique de l'Ecosse. Ensuite, cette leçon retrace l'histoire de l'Ecosse avce notamment son entrée dans le Royaume-Uni. Puis, ce cours sur le thème Espaces et échanges pouvoir se conclut par la présentation de l'économie de l'Ecosse et de sa situation politique.

 

 

Introduction

L’Écosse est l'une des quatre nations constitutives (cf. la fiche Un Royaume Désuni ? Introduction) du Royaume-Uni, et celle qui fut rattachée le plus tardivement au reste du Royaume. En effet si c'est la redéfinition des frontières sur le sol irlandais qui a le plus récemment fait bougé les contours du Royaume-Uni, le rattachement de l'Irlande toute entière au Royaume Uni est antérieur à celui de l’Écosse.

État souverain jusqu'en 1707, l’Écosse fut par la suite rattachée au Royaume-Uni, ce qui ne signifie pas que les relations entre ce pays et Londres aient ensuite été de tout repos, comme l'a montré tout récemment le referendum sur l'indépendance du pays en septembre 2014. Pour mieux saisir les points-clés de cette relation entre Écosse et Royaume-Uni, nous en aborderons ici les principaux aspects géographiques, historiques, économiques et politiques.

Légende : Drapeau Ecossais (St Andrew's Cross) par Nicolas Raymond http://freestock.ca/flags_maps_g80-scotland_grunge_flag_p1065.html.

 

GEOGRAPHIE

Située au Nord de l'île de Grande-Bretagne, l’Écosse est un vaste pays (79 000km2, soit 1/3 de la surface totale du Royaume-Uni) qui ne compte qu'une seule frontière terrestre, au Sud, avec l'Angleterre. Ses trois autres frontières sont maritimes puisque le pays est entouré de la Mer d'Irlande (Sud-Ouest), de l'Océan Atlantique (Nord) et de la Mer du Nord (Est). Outre sa partie terrestre, le pays est également composé de plusieurs archipels rassemblant des centaines d'îles. Les principaux archipels sont les Shetlands, les Orcades (Orkney) et les Hebrides. On les rassemble parfois sous le terme Northern Islands.

Fait de sommets désolés, de plaines rurales, de littoral découpé, de villes dynamiques ou d'îles inhabitées, le territoire écossais est extrêmement varié et s'organise en trois zones successives (du Nord-Ouest au Sud Est) les Highlands and Islands, les Central Lowlands ou Central Belt, et les Southern Uplands à la frontière avec l'Angleterre.

Légende : principales zones géographiques écossaises, http://www.undiscoveredscotland.co.uk/usscotfax/geography/

Au dernier recensement de 2011, la population écossaise s'élevait à environ 5 millions d'habitants. Édimbourg est la capitale du pays, pourtant ses 465 000 habitants (en 2012) la relèguent en deuxième position derrière Glasgow et ses 590 000 habitants (estimation 2012). Parmi les autres grandes villes on compte Aberdeen et Dundee toutes deux comptant entre 100 000 et 200 000 habitants. La densité moyenne de population, 67 hab/km2, est la plus faible du Royaume-Uni, et même l'une des plus faibles d'Europe mais cette moyenne ne signifie pas grand-chose car plus de 80 % de la population écossaise se concentre dans les villes (qui recouvrent à peine 6 % du territoire) ainsi, à Glasgow on trouve près de 3 300 hab/km2 alors que les Highlands sont quasiment déserts (5 hab/km2 )

 

Aperçu historique et entrée dans le royaume-uni

L'arrivée des Romains au Ier siècle après Jésus Christ marque le début de l'histoire écrite de l’Écosse. Ils se heurtèrent à une farouche résistance et la conquête du pays fut très difficile, particulièrement en ce qui concerne les territoires des Highlands qui ne furent sous contrôle romain que pendant de courtes périodes.

Après le départ des Romains au Ve siècle après J.-C., ce sont les Pictes qui dominèrent la région pendant plusieurs siècles, largement influencés à l'époque médiévale par la culture gaélique, probablement venue d'Irlande. Ce royaume d’Écosse perdura sans intervention extérieure jusqu'au XIIIe siècle ou une querelle de succession résolue grâce à l'intervention du roi Edouard Ier d'Angleterre mis fin à 200 ans d'âge d'or du royaume. Au départ invité à résoudre le conflit de succession, Edouard Ier se déclara suzerain d’Écosse, ce qui déclencha une série de guerres et de rébellions avec ce pays. Les cinéphiles parmi vous auront peut-être vu le film Braveheart qui relate l'une de ces rébellions, menée par William Wallace.

Faisons un bond en avant de quelques siècles pour nous retrouver en 1603, l'année de l'Union des Deux Couronnes (Union of the Crowns). Pour vous aider à situer, nous sommes à l'époque de Shakespeare en Angleterre. En raison d'une absence d'héritier au trône, c'est Jacques VI d’Écosse qui succède à la reine Elizabeth Ière sur le trône d'Angleterre. Il devient alors Jacques Ier (James I) d'Angleterre et d’Écosse et les deux royaumes, bien que toujours distincts se retrouvent gouvernés par le même roi. L'idée de Jacques Ier était de fusionner les territoires, tout comme le Pays de Galles avait été intégré au royaume d'Angleterre au siècle précédent, et de devenir monarque du Royaume de Grande Bretagne et d'Irlande. Cependant cette unification ne put se faire alors car de nombreuses voix s'élevèrent, au sein des Parlements écossais comme anglais, pour s'opposer à ce projet.

Légende : King James I of England and VI of Scotland, 1606, Jon de Critz the Elder http://en.wikipedia.org/wiki/James_VI_and_I

Ce n'est qu'un siècle plus tard avec l'Acte d'Union de 1707 que la reine Anne de Grande-Bretagne parviendra à concrétiser l'unification des deux nations. Les Parlements écossais et anglais sont supprimés, remplacés par un Parlement de Grande Bretagne.

 

Economie

Si environ un quart des terres sont cultivées en Ecosse, le secteur primaire ne représente qu'1 % de l'économie nationale. Les productions sont diversifiées et clairement localisées selon les différentes zones géographiques et climatiques du pays. Dans les Highlands aux sols relativement pauvres on élève des moutons, tandis que le Sud et l'Est de l’Écosse se prêtent plus facilement à l'élevage de vaches à viande ou laitières. Quant aux cultures, les principales sont la pomme de terre, le blé et d'autres céréales comme l'orge.

Le pays est également riche en ressources énergétiques : gisements de pétrole sous-marins en mer du Nord, gisements de gaz, éolien terrestre et énergie des marées et des vagues.

Par le passé, le secteur industriel a joué un rôle très important dans l'économie du pays. Qu'il s'agisse des chantiers navals, de la sidérurgie ou des industries minières, en particulier du charbon, le secteur secondaire fut un acteur essentiel de l'économie écossaise de la Révolution Industrielle à la fin du XXe siècle, où il a décliné comme ailleurs en Europe. Néanmoins, le secteur manufacturier tente aujourd'hui de se réorienter vers des productions de pointe liées aux secteurs de la chimie, de l'électronique ou des sciences de la vie.

Un mot sur une des productions les plus connues du secteur secondaire écossais : le whisky. Les exportations de whisky sont en augmentation et rapportent chaque année plus de 4 milliard de livres sterlings à l'économie britannique. Cette production emploie plus de 35 000 personnes et est de plus très étroitement liée à la filière touristique.

Comme dans toutes les économies modernes, c'est le secteur des services qui emploie la majorité de la population (72,3 % selon les chiffres 2014 du gouvernement écossais). L’État et les administrations publiques sont le premier employeur de ce secteur. La finance, basée principalement à Edimbourg et Glasgow, est en pleine expansion. Enfin parmi le secteur des services, la filière touristique mérite également d'être mentionnée puisqu'elle emploie 8,5 % de la population active écossaise et qu'elle génère près de 5 % de son PIB.

Légende : infographie représentant la part des différents secteurs dans l'économie écossaise en 2014, publiée par le

gouvernement écossais.

Dans sa stratégie économique publiée début mars 2015, le gouvernement écossais définit 4 grandes priorités pour le futur : Investir de manière durable dans la formation et les équipements, encourager l'innovation et la recherche, promouvoir une croissance inclusive pour réduire les inégalités et accroître le rayonnement international du pays.

 

Politique

Comme toutes les autres nations constitutives, l’Écosse fait partie du Royaume-Uni. Si la question de son indépendance, ou du moins de son autonomie vis à vis de Londres, n'est pas récente, le pays ne possède sa propre assemblée législative que depuis la fin des années 1990. En effet, presque 20 ans après l'échec du referendum de 1979, c'est en 1997 que le peuple écossais se prononce en faveur de la dévolution. Un an plus tard le Parlement écossais est créé, par le Scotland Act de 1998. Cette loi délimite également les compétences du Parlement, c'est à dire les sujets sur lesquels il a le droit de légiférer.

Légende: Chambre principale du

Parlement Ecossais, Paul Buckingham http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Scottish_Parliament,_Main_Debating_Chamber_- _geograph.org.uk_-_1650829.jpg

En pratique, l'assemblée a le droit d'agir dans tous les domaines qui ne sont pas réservés au Parlement britannique de Westminster. Elle peut ainsi créer des lois pour l'agriculture, le développement économique, la justice locale, les collectivités locales, le tourisme la recherche et même la police. Le Parlement peut même modifier dans une certaine mesure l'impôt sur le revenu.

Le Parlement écossais siège à Edimbourg, dans le quartier d'Holyrood. La chambre est disposée en hémicycle, contrairement aux chambres rectangulaires du Parlement du Royaume-Uni de Londres (cf. fiche sur Le Royaume-Uni : une monarchie parlementaire)

Depuis les élections de 2011, c'est le Scottish National Party ou SNP qui détient le plus grand nombre de sièges au Parlement mais il leur manque un siège pour obtenir une majorité absolue. En effet il y a 64 MSPs (Members of Scottish Parliament) issus du SNP sur un total de 128 sièges. Le deuxième parti le plus influent actuellement est le Parti Travailliste Ecossais (Scottish Labour Party) avec 38 sièges. En troisième position, le Parti Conservateur et Unionniste Ecossais (Scottish Conservative and Unionist Party) détient 15 sièges.

Les noms de ces partis montrent bien à quel point la question de l'indépendance (ou de l'union, selon les points de vue) du pays est importante en matière de politique écossaise. D'ailleurs en septembre 2014 a eu lieu un referendum sur l'indépendance de l'écosse après des mois de campagne acharnée entre les partisans du OUI nationaliste, comme le groupe Yes Scotland, et les partisans du NON regroupés autour du slogan Better Together.

Légende: manifestants indépendantistes et unionistes à l'occasion du référendum, publié dans le Telegraph le 7/09/2014

Should Scotland be an independent country? Cette question d'une extrême importance aussi bien pratique que symbolique a agité tout le Royaume-Uni pendant des mois, mais seule la population écossaise était appelée à voter. Au final, les électeurs ont choisi le NON à 55,3 % (contre 44,7 % de OUI) avec un taux de participation record, inédit au Royaume-Uni, de 84,6 %.

A l'issue du referendum, la Reine a publié un communiqué politiquement neutre indiquant que le résultat du referendum serait respecté par tous les habitant du Royaume-Uni et que « la famille royale [était] décidée à soutenir toutes les actions constructives en faveur du développement de l’Écosse comme de tout autre territoire du Royaume-Uni. »

Suite à la défaite du OUI, le Premier Ministre Ecossais Alex Salmond, élu nationaliste et leader de la campagne en faveur de l'indépendance, a quitté ses fonctions et c'est à présent une femme, Nicola Sturgeon qui dirige le gouvernement écossais.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac STMG le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac STMG

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac STMG

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?